AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Fureur et Dictionnaires || Dan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Fureur et Dictionnaires || Dan   Sam 8 Mar - 18:51


D’expérience, Kazuya savait qu'il y avait des jours qui commençaient mal et d'autres qui commençaient très mal. Or un jour qui commençait mal, finissait rarement bien. Ce jour-là faisait partie de la deuxième catégorie : les Très Mauvaises Journées (TMJ pour les intimes).

Tout avait commencé par un réveil brutal à cinq heures du matin par son Altesse Royale, le félin ayant décidé que Kazuya avait suffisamment dormi et pouvait donc se lever afin de le nourrir. Le jeune homme était donc sorti de son lit avec un taux d'énervement dangereusement élevé. Il avait rageusement donné sa pâté au damné animal et s'était lui-même servi un maigre petit déjeuner. Maigre parce que Kazuya n'avait pas grand appétit de manière générale et encore moins à cinq heures du matin.

Il s'était ensuite attelé à son travail. C'est là qu'il avait découvert le mail de Ieyasu, Mya de son prénom. Le contenu (dont nous ne donnerons pas le détail pour préserver les âmes les pus sensibles) l'avait mis hors de lui au point qu'il avait failli balancer son ordinateur contre un mur. Son précieux ordinateur! C'était dire.

Il s'était contenté du Dictionnaire Oxford Anglais-Allemand qu'il ne se souvenait pas avoir acheté (mentionnons que si Kazuya parlait anglais convenablement, il ne baragouinait pas un mot d'allemand. Au moins le dictionnaire servait à quelque chose...).

Tout cela pour dire qu'il était d'une humeur meurtrière lorsqu'il reçut le coup de fil. Le fameux coup de fil provenait de sa sœur ainée, Akane. Le ton joyeux de la jeune femme avait le don de l'irriter au plus haut point. Ça ne loupa pas et une fois de plus il se prit à maudire sa famille et tous ses ancêtres. Il était tellement prit par ses malédictions qu'il ne prêta attention qu'à la deuxième moitié du message.

"...Et donc je serais là dans deux minutes!"

Kazuya resta figé, téléphone plaqué contre l'oreille, écoutant la tonalité avec des yeux ronds comme des soucoupes. Il devait avoir mal entendu. Non, il avait mal entendu. Elle n'avait pas pu oser...Non, décidément, même Akane ne prononcerait pas ce mot devant lui.

Et bien en fait si.

Une minute et quarante deux secondes plus tard, la blonde à la poitrine généreuse l'avait kidnappé dans une embrassade. Trois minutes et vingt et une secondes plus tard il était comme par miracle vêtu d'un jean bleu foncé et d'un débardeur rouge. La seconde d'après, il se faisait trainer à l’extérieur par Akane pour "faire du Shopping". Seule sa virilité l'empêcha de hurler.


***
Et c'est ainsi qu'il se retrouva perdu dans une ruelle, en un bel après-midi ensoleillé.

Cela faisait dix minutes que Kazuya se tenait dans cette rue qu'il n'avait jamais vu de sa vie et qu'il espérait ne jamais revoir, sans aucun indice quant à la direction de son logis. Ses yeux noisettes parcoururent la foule qui se pressait sur la chaussée face à lui. C'était fou ce qu'il y avait de monde. D'ailleurs il commençait à se sentir mal...

Il détestait les gens. Rien que tout à l'heure, il s'était fait percuté cinq fois en cinq minutes et personne ne s'était excusé. Bande de rustres, va. Puis, fatigué de se faire pousser Kazuya était allé s'adosser à un mur afin de réfléchir à ce qu'il allait faire.

Cinq minutes après ces évènements il était toujours au même endroit, regardant nerveusement les alentours. Il se prit à regretter son casque et son MP3 qu'il n'avait malheureusement pas eut le temps de prendre lorsqu'il s'était fait kidnapper par la Démone.

D'ailleurs elle avait du culot celle-là! Elle le trainait en ville contre son gré, le forçait à patienter pendant qu'elle essayait des vêtements dans cinquante magasins différents et finissait par l'abandonner!

"Je suis désolé Kaz, Min-Min vient de se faire plaquer par son petit copain ! Je dois aller la rejoindre. Rentre sans moi d'accord!" avait-elle dit avant de disparaitre dans la marée humaine.

Sa première réaction avait été de se demander qui était Min-Min. Puis il s'était dit que finalement il valait peut-être mieux ne pas savoir...

Il commençait à avoir la nausée, la migraine et qui sait quoi d'autre encore. Son regard se fit désespéré alors qu'il examinait les enseignes. Il en repéra finalement une, pas trop loin, qui était pour lui comme un oasis dans le désert: une librairie.

Après une grande inspiration pour se donner du courage, le jeune homme s'élança vers le petit bout de Paradis. Il dut lutter contre la foule pendant quelques instants mais arriva à bon port sain et sauf. Il poussa la porte et entra dans la boutique.

Le magasin était calme et Kazuya se détendit quasiment instantanément. Il se dirigea vers les étagères et les longea jetant un œil distrait aux titres des livres. Ses pas le portèrent vers un coin de la librairie dédié...aux dictionnaires.

Un signe du destin sans aucun doute.

Il observa les dictionnaires avec grand intérêt, examinant le volume et le potentiel de chacun d'un œil expert. Il finit par attraper un pavé de cinquante centimètres d'épaisseur et de format environ 24x32 cm.

"Hm...Il est pas mal celui-là." dit-il pensivement en le sous-pesant.


Dernière édition par Kazuya Kashiwagi le Mar 29 Avr - 16:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Fureur et Dictionnaires || Dan   Mer 2 Avr - 17:46

Après avoir passé la matinée à flemmarder dans sa vielle maison, Dan avait décidé de partir à l’aventure en compagnie d’Aria. Il commença par une traversée de la forêt en admirant ses résidents, pour ensuite se jeter dans un espace plein de monde : les ruelles.

Vous allez dire, ce n’est pas pire que ces grandes places envahies par des civils, qui regardent Daniel d’un air choqué et méprisant. Daniel n’avait jamais compris pourquoi. Il était pourtant gentil et personne ne pouvait remarquer son appartenance à une famille démoniaque. Il ne se doutait pas qu’il était anormalement gros. Pas gros dans le sens un peu enrobé, mais gros comme un énorme ballon ou même une petite montgolfière.

Il rebondissait donc gaiement dans ces étroites ruelles avec sa fidèle amie, s’obligeant de sourire à tous les passants qu’il croisait. Il ne put s’empêcher de bousculer quelques personnes. Il faut dire que ces rues ne sont pas très larges. Il s’excusa donc et leur donna un sourire encore plus grand.

Cependant, lorsqu’une petite fille lui renversa une glace dessus, il essaya de la réconforter avec une balle rebondissante. La petite fille, effrayée par son expression et par sa taille, partit en courant en pleurant de plus belle.

Attristé, Daniel poursuivit son chemin tête baissée, les larmes aux yeux. Aria le consola d’un petit coup de trompe. Il la regarda d’un regard attendri et lui donna une cacahuète pour ensuite en avaler une poignée.

Outrée, Aria le poussa d’un coup de tête. Daniel se mit à rouler sans pouvoir se contrôler. Il dévala une longue ruelle en pente dans laquelle les passants le regardèrent avec étonnement. Arrivé au fond de la rue, il fut stoppé par un magasin se trouvant sur son chemin.

Un peu sonné, Daniel se redressa péniblement et regarda autour de lui. Aria l’avait rejoint et le fixait d’un air pei. Il lui pardonna cependant en lui gratifiant son éternel sourire.

Il se trouvait  devant une librairie. Au début un peu soucieux, il se pencha sur la vitrine pour observer les livres en exposition. Ses yeux furent attirés par un énorme ouvrage portant le nom de « 1000 grandes équations du monde de la physique ». Cela faisait trois mois qu’il cherchait ce livre : sans succès.

Il n’hésita même pas une seconde. Il ouvrit la porte et entra. Cependant, le vendeur le jeta à la porte en lui montrant l’écriteau : « pas d’animal domestique ».

Il entreprit donc de négocier avec Aria pour qu’elle l’attende dehors. Au début un peu réticente, elle finit par accepter lorsqu’il lui promit une journée de télé-cacahouètes, un rituel prouvant leur amitié.

Il pénétra donc dans la librairie et se précipita dans le rayon sciences. Après avoir cherché dans toutes les étagères de l’immense bibliothèque en merisier, il trouva enfin son bonheur.

Tout excité par sa trouvaille, il en feuilleta quelques pages. Une fois convaincu, il se dirigea vers la caisse. Cependant, les rayons étant trop étroits, il reversa une bibliothèque sur un client en train d’examiner un dictionnaire.

Tout penaud, il s’empressa de redresser l’étagère, et de s’excuser auprès de jeune homme :

« Excusez-moi, je suis un peu trop enrobé… Pas de mal ? »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Fureur et Dictionnaires || Dan   Mer 2 Avr - 21:44

Un léger sourire de satisfaction ornait ses lèvres alors que son regard se posa avec désinvolture sur le titre inscrit en grosses lettres argentées sur la couverture. Dictionnaires des croyances, coutumes et superstitions insolites. Il reposa sauvagement le dictionnaire sur l'étagère où il l'avait prit. La bibliothèque n'apprécia visiblement pas ce rude traitement car dans le même instant sa voisine, c'est-à-dire l'étagère à laquelle Kazuya tournait le dos, lui tomba dessus avec fracas. Enfin presque. Le destin n'étant pas si cruel que ça, les allées étaient plutôt étroites et l'étagère fut bloquée par celle que le jeune homme avait maltraité, stoppant sa chute juste avant qu'elle ne le percute.

Le monde semblait s'être figé. Kazuya s'était retourné pendant la chute de l'étagère et se tenait donc aplatit contre la première bibliothèque, regardant la seconde avec des yeux ronds comme des soucoupes, n'osant presque plus respirer. Puis l'attraction terrestre reprit ses droits et quelques livres glissèrent de l'étagère et percutèrent son corps en plusieurs endroits, lui arrachant quelques grognements de douleur.

Un ange sourit et l'étagère se releva d'elle-même, ayant probablement décidé qu'elle l'avait assez effrayé comme ça.

Kazuya ne vit pas l'homme rond qui avait agrippé le meuble pour le remettre dans une position verticale. Oui il était si parfaitement rond qu'il fallait l'écrire ainsi. Kazuya n'observa pas son visage rebondi orné de spirales, son gros nez et ses yeux bridés. Il ne remarqua nullement la chevelure brune défiant la gravité retenue par un bandeau.

L’œil noisette fut soudainement attiré par les livres tout bonnement fascinant qui venait de l'agresser et qui se trouvait maintenant couchés innocemment sur le sol. Dans sa grande mansuétude, Kazuya décida de les ramasser. Il se mit promptement à genoux et se concentra sur la tâche délicate de ramassage de livres violents. Complètement absorbé par cette activité, il ne prêta aucune attention à ses environs et fut donc extraordinairement surpris lorsque la voix de l'individu rond, qu'il ne voyait d'ailleurs pas, retentit.

« Excusez-moi, je suis un peu trop enrobé… Pas de mal ? »

Une vague de froid engloutit Kazuya et le figea pendant quelques secondes. Il ne pouvait pas, c'était au dessus de ses forces. Il n'arrivait pas à faire semblant de n'avoir rien entendu !

Alors, à contrecœur, il releva lentement, très lentement le regard. Il regarda d'abord avec un reste d'espoir autour de lui, mais personne qui aurait put potentiellement lui adresser la parole ne se trouvait dans les parages. Quel dommage...Intérieurement, le jeune hacker soupira. Puis, lentement, très lentement, il tourna son regard vers l'individu rond, qu'il, il fallait se rendre à l'évidence, voyait parfaitement bien. Quel dommage...

Un instinct de survie oublié par l'être humain s'activa alors en lui et il se transforma en robot.

Du moins, il fit tout son possible pour ressembler à ces petits êtres métalliques. C'est ainsi qu'il répondit à la question d'une voix monocorde et le regard fixe:

"Aucun mal, merci. Par chance, l'étagère s'est arrêtée juste avant de me toucher, je n'ai donc pas été blessé."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Fureur et Dictionnaires || Dan   Mar 29 Avr - 10:54

L’étagère était tombée sur un jeune homme. Celui-ci semblait absorbé par le ramassage des livres qui venaient de tomber. Pourquoi ne regardait-il pas le coupable ? Dan avait du mal à comprendre son comportement. Il en eu encore plus lorsqu’il s’adressa à lui. L’étranger regardait autour de lui. Cherchant la personne qui lui avait parlé sans voir le petit Daniel.

Dan commença à se demander s’il avait des problèmes de vue. Mais lorsqu’il le vit enfin, il en conclu qu’il était tout simplement déficient mental. Une larme coula le long de la joue de notre ballon. Plein de pitié, il s’imagina la dure vie du pauvre jeune homme en tant qu’autiste. Dan se pencha donc prudemment pour ne pas rester coincé sur le ventre et entreprît de l’aider. Il avait un grand cœur, et voulait aider les plus démunis. Sans se rendre compte que quelques fois, cela pourrait être mal pris.

Lorsque l’inconnu lui répondit, ses paroles ne purent que confirmer ses doutes. Il parlait d’une voix monotone, comme automatisée. Une deuxième larme perla sur sa joue. Il se devait de l’aider. C’est donc en pleur que Dan se pencha en avant pour aider son nouvel ami à se redresser dans un élan de bonté. Une main tendue, une autre sur le cœur il se mit à lui dire lentement et en articulant :

- JE M’APELLE DAAANIIIEEL. TUUU PEUUUX M’APEELLER DAAAAAN.

Satisfait, Dan lui fit un grand sourire et attendit que celui-ci lui prenne la main. Pendant ce temps, il détailla le jeune autiste. Il était plutôt maigre. Peut-être ne mangeait-il pas assez. Quel pauvre enfant ! Il était vêtu d’un débardeur qui accentuait la maigreur du personnage. Une mèche de cheveux lui tombait sur le visage. Dan eut presque envie de la lui couper pour qu’il puisse mieux y voir.

La main toujours tendue en avant, Daniel se retint de parler du livre qu’il s’apprêtait à acheter. Il ne savait pas vraiment pourquoi, mais des dialogues qu’il avait eus s'étaient mal terminés à cause de ces équations. Pour Daniel, cela n’avait aucun sens. Qui n’aimerait pas connaitre tous les mystères du monde qui nous entoure ? Il avait seulement compris qu’il fallait attendre que ce soit le jeune homme qui relance la conversation. Cependant, l’inconnu en question était autiste. Comment parler avec un autiste ? Paniqué Daniel tenta de dire quelque chose. Cependant, les seuls mots qui lui vinrent à l’esprit furent :

-Aimes-tu les gâteaux ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Fureur et Dictionnaires || Dan   Dim 4 Mai - 10:34

Si la vie était bien faite, la conversation aurait été close avec les mots de Kazuya et le jeune homme aurait pu sortir de cette antre cauchemardesque et oublier bien vite tout ce qui s'était passé. Non, en fait si la vie était bien faite, il ne se serait pas retrou dans cette librairie puisque sa sœur ne l'aurait pas trai hors de chez lui. Visiblement la vie n'était pas bien faite.

Kazuya jeta un regard noir à l'individu rond<, qui avait commencé à pleurer pour on savait quelle raison. Non mais, vraiment ! C'était lui qui avait envie de pleurer ! Non seulement sa trouvaille était piégée mais en plus il avait été victime d'un sombre complot impliquant des étagères, des livres et...ça. Plus il y pensait plus il avait envie de fondre en larmes. Sauf que contrairement à d'autres il n'allait pas se mettre à pleurer pour si peu.

- JE M’APELLE DAAANIIIEEL. TUUU PEUUUX M’APEELLER DAAAAAN.

Le jeune homme regarda le dénommé Dan comme s'il venait de se transformer en flamant rose. Pourquoi diable parlait-il comme ça ? Une déficience mental peut-être. Ce serait vraiment la cerise sur le gâteau. Mais pas si surprenant que ça finalement. Quand on y pensait se devait être traumatisant d'être rond à ce point. Ce ne serait pas étonnant qu'une telle condition ait eu des répercussions sur la santé mentale de ce 'Daniel'.

Kazuya était tellement perplexe qu'il n'avait même pas remarqué la main tendue de l'abruti...individu. Lorsqu'il la remarqua enfin, il se contenta de la regarder avec dédain. Il se détourna de l'homme et finit de ramasser les livres tombés au sol. Il ignora royalement la question de l'individu portant sur les gâteaux, se concentrant sur sa tâche.

Une fois les livres arrangés en pile, il se leva. La main tendue de Dan complétement délaissée. Il leva un œil vers le visage de l'homme.

"Je ne sais pas à quoi tu joues mais tu ferais mieux d'arrêter." dit-il d'un ton brusque avant de le dépasser pour reposer les livres sur l'étagère criminelle.

Il s'appliqua à être le plus violent possible en reposant les ouvrages, afin de faire parvenir à la bibliothèque l'ampleur de sa haine envers l'univers et les étagères en particulier. Son massacre terminé, il se retourna et avisa la libraire qui se dirigeait vers eux à grands pas, l'air suprêmement enra.

"Messieurs," leur dit-elle après s'être campée devant eux les mains sur les hanches "Veuillez arrêter de perturber notre clientèle. Et faites attention aux meubles."

Ayant fini sa tirade, elle se détourna sèchement et retourna à son poste. L'intervention de la libraire n'était pas passée inaperçue. Les regards des autres clients étaient tournés vers eux. Kazuya commençait à se sentir mal. Il darda un regard venimeux à Dan pour bien lui faire comprendre que tout cela était sa faute.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Fureur et Dictionnaires || Dan   

Revenir en haut Aller en bas
 

Fureur et Dictionnaires || Dan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ⊱ la fureur de vivre, la fureur d'espérer.
» MAISON BARATHEON ▲ nôtre est la fureur [4/8]
» Le secret de la volonté est quelque part entre la fureur et le calme total.
» « Le secret de la volonté est quelque part entre la fureur et le calme total. » (LOUKAS R.)
» Charles Xavier // Le secret de la volonté est quelque part entre la fureur et le calme total.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sygridh : New Battle :: Sygridh :: ≫ Ruelles commerçantes :: ✐ Librairie-