AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 A Hazy Shade Of Winter. [ Owen ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Date d'inscription : 15/04/2014
Source de l'image : trafalgar Law Zerochan
Graphiste(s) : moi ? ( Graphiste c'est un peu pompeux pour un decoupage sur paint )
Messages : 139
Sexe fictif : Masculin
Lieu de vie : Dans l'arrière boutique de son magasin
Emploi : Tatoueur.

MessageSujet: A Hazy Shade Of Winter. [ Owen ]   Mar 22 Avr - 16:22


Plic,Ploc ça pleut




Il faisait frais dehors. La pluie tombait doucement seulement perturbée par les caresses du vent qui la faisait onduler. Elle glissait sur le sol et léchait les pavés de sa langue argentée, s’infiltrant dans les fissures du béton et courrait dans les gouttières et rigoles dans un joyeu glouglouttage. C’était un de ces temps printanier encore très empreins des sévices de l’hivers, un petit caprice du temps qui tenait à rappeler que les beaux jours n’étaient pas pour tout de suite.
Comme à son habitudes, Tom se baladait torse nu dans son magasin profitant de la fraicheur pour ouvrir toutes les fenêtre et laisser pénétrer le vent humide à l’intérieur des murs. Il appréciait les temps de pluie, ils étaient toujours calmes et relaxant, et puis, son âme d’artiste les avaient toujours trouvé extrêmement beaux. Peut-être était-ce pour cela qu’il avait sorti son chevalet et ses pinceaux au milieu de son magasin, et qu’il s’appliquait à peindre les rues humides et rendues luisantes par la pluie. L’humidité lui inspirait l’aquarelle, et il voulait dans chaque coup de pinceaux qu’il opposait sur la toile, capturer l’essence insaisissable de la pluie, cette petite brume qui l’entoure et peut être même, dans un excès de réalisme faire arriver au nez du spectateur la douce odeur de la terre mouillé.
Il essuya ses mains pleines de peinture et jeta le chiffon dont il s’était servi dans un coin. Il observa la rue encore une fois : avec ce temps, cela l’étonnerai que quelqu’un décide de s’aventurer dans son magasin. Cela tombait bien d’ailleurs, il était bien seul… et puis il devait faire les comptes : chose obligatoire pour tout commerçant mais tant abhorrée par notre tatoueur qui ne comprenait jamais rien à ces histoires de chiffre d’affaire et de TVA. Il frissonna  délicieusement quand un petit vent s’engouffra par les fenêtres ouvertes : Allons Tom ! au travail !
Le brun mit un nouveau vinyle dans son tourne disque qui jamais ne s’éteignait, et alla allumer un bâtonnet d’encens qu’il posa sur le comptoir ou derrière lequel il s’assit.
Sortant ses lunettes au épaisses branches noires il commença à se malmener la tête avec tous ces chiffres. Il avait quand même un drôle d’air : Grand et maigre comme un clou, pleins de piercings, de quelques cicatrices, de tatouages et ses cernes sous ses yeux qui lui donnaient l’air d’un panda cela contrastait avec cette attitude infiniment concentré et ses épaisses lunettes qu’il avait sur le nez.

Le vinyle était toujours en train de tourner, l’encens de bruler et déjà Tom étouffait avec difficulté un long bâillement, au fur et à mesure que le temps passait les chiffres couché sur du papier étaient de moins en moins intéressant et les arabesques de fumée produite par l’encens semblaient être le plus fascinant spectacle du monde. Les yeux ocres aux reflets acier semblaient être de plus en plus lourd et se fermaient dans un intervalle de plus en plus court, si bien que notre tatoueur fini par s’endormir sur son comptoir. Lunette de travers sur le visage, bouche ouverte émettant un léger ronflement, bercé par le vent frais qui faisait bruisser les affiches et le vinyle qui continuait sa ronde.

Look around

Grass is high

Fields are ripe

It's the springtime of my life





lightsteelblue pour mes paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ziggy-can-hear-major-tom.tumblr.com/
Date d'inscription : 17/04/2014
Source de l'image : zerochan
Graphiste(s) : moi.. et ça se voit xD
Messages : 263
Sexe fictif : Masculin
Lieu de vie : Cité

MessageSujet: Re: A Hazy Shade Of Winter. [ Owen ]   Mar 22 Avr - 19:16


Saluuuuuuuut!

17h34, dimanche. Le démon marchait dans la rue, sous la pluie qui glissait le long de son visage, gouttait de ses cheveux, trempait ses vêtements et se faufilait jusque dans ses chaussures. Il ne savait plus depuis combien de temps il marchait ainsi, et n'avait pour ainsi dire, aucune destination de prévu. Il croisait souvent, au coin des rues des types louches, presque cagoulés, et venant à peine de débarquer en ces lieux, il n'osait pas encore se renseigner auprès des gens, pour savoir où il pourrait s'approvisionner en herbe et autres substances illicites. Oh, ca allait, il avait encore ce qui lui fallait; 2 sacs bourrés d’herbe, 75 plaquettes de mescaline, 5 feuilles complètes d’acide en buvards, une salière à moitié pleine de cocaïne, une galaxie multicolore de remontants, sédatifs, hilarants, larmoyants, criants, en plus une bouteille de tequila, une bouteille de rhum, une caisse de bière et un demi litre d’éther pur. Bref.
Au coin d'une ruelle mal éclairée, toujours sous cette pluie presque glaciales, Owen fut arrêté par un de ces types étranges. Il semblait grogner dans sa moustache, le regardant de travers. Le démon ne comprenait pas un seul mot, pas même une syllabe. Et n'ayant pas envie de discuter, il décidait de contourner l'homme qui était très certainement bourré. Il les connaissait bien les gens bourrés, puisqu'il avait souvent l'occasion d'en côtoyer. Alors il contournait doucement, le regardant du coin de l'oeil jusqu'à devoir arrêter le mouvement brusque de l'individus qui visait à le frapper. Evidemment, ce genre de situation tombait toujours sur Owen. Faut avouer, il avait toujours eu beaucoup de chance.
Un pas en arrière, décalage sur la gauche, accroché à la manche du type qui se voyait à présent bloqué par une pression, un simple geste en plus et son bras se déboîtait.
On pouvait lire un petit sourire de satisfaction à la commissure des lèvres du jeune démon.
- Ne recommences plus. Ok?
Il le lâcha doucement en le poussant pour garder une certaine distance. Il ne comprenait pas pourquoi les autorités laissaient ce genre de type traîner dans la rue, car cela pouvait vite dégénérer.
Au carrefour à droite, il arrivait dans une rue plus grande, mais la pluie avait comme réduit à néant toute forme de vie. Pas un chat à l'horizon, pas un bruit autre que le clapotement de la pluie sur le bitume. Il marchait encore et encore, admirant les scintillements partout ou se posait son regard.
Envahi d'une étrange sensation, il se stoppa net. Presque plié en deux, la main posée sur son ventre, une terrible douleur le figea, lui rendant impossible n'importe lequel des mouvements imaginable. Puis, passé quelques minutes il se remit à marcher, presque normalement, comme si tout allait bien, toussant de temps à autre, jusqu'à être éprit d'une toux incessante, le poussant à s'appuyer contre le mur pour tenir debout et avancer. Il n'alla pas très loin, puisque quelques mètres suffirent pour que son maintient, le mur, ne se transforme en porte, s'ouvrant sous son poids. Il tomba dans un terrible fracas, cassant au passage le pas de la porte en essayant de se ratrapper, et pour couronner le tout, se prenant la porte toute entière en pleine tête.
- Aie..
Il se releva difficilement, effaçant les quelques petites gouttes de sang au coin de sa bouche avec sa main. En relevant la porte pour la remettre au moins de telle sorte que la pluie n'entre pas, il regarda sa main et soupira avant de marmonner.
- C'est bon.. Je vais payer.. Pas la peine de criser.


"Je dois porter sur le monde un regard sans haine..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/04/2014
Source de l'image : trafalgar Law Zerochan
Graphiste(s) : moi ? ( Graphiste c'est un peu pompeux pour un decoupage sur paint )
Messages : 139
Sexe fictif : Masculin
Lieu de vie : Dans l'arrière boutique de son magasin
Emploi : Tatoueur.

MessageSujet: Re: A Hazy Shade Of Winter. [ Owen ]   Mar 22 Avr - 23:23


Pas de bobos ?



Il rêvait, plongé dans l’abime des limbes, son esprit si fertile l’ayant enfermé dans ses vaporeux bras de sommeil. Tom rêvait souvent, mais ses rêves n’étaient pas comme ceux d’une personne lambda, il cauchemardait parfois les souvenirs de son passé, mais le plus souvent, lorsqu’il « revait » Rien n’était compréhensible, tout n’était que sensations et intuitions, gerbes de couleurs et paroles étranges, sons qui résonnaient et tournaient dans sa tête, parfois personnes lui parlant, rencontres passé ou futures. Si vous lui aviez demandé d’expliquer cela, il vous aurait surement répondu : tu vois le trip d’un hippie sous lsd en plein solo de Hendrix ? Bah c’est à peu près ça.
Mais alors qu’il était occupé à baver sagement sur ses feuilles de compte, un grand fracas se fit entendre, il avait le sommeil lourd mais là le vacarme le réveilla en sursaut si bien qu’il tomba de sa chaise.

« gné ? …. »

Réussit il a articuler en se relevant en se tenant le bas du dos. Dire coucou au sol pour le réveil c’était pas très agréable. Il s’appuya sur le comptoir pour tenir debout, c’est alors qu’il vit un quelqu’un dans l’entrée, un quelqu’un avec des cheveux d’un rouge carmin. Aussi roux que ceux de Lola. Il aimait beaucoup les cheveux roux. Alors qu’il s’approchait il remarqua quelque chose. Dans un clong sonore, la porte venait de s’effondrer une nouvelle fois.

« oh … ma porte…. Tiens, c’est pas mal… ça fait entrer la lumière sans porte » Dit-il en se lissant le bouc, et frissonnant à cause de l’air frais qui entrait maintenant à grande goulée dans l’édifice.

Effectivement celle-ci était cassée, il rejeta son regard sur l’homme. Ah, Il avait dû tomber, fracassant ainsi la porte. Il s’approcha de lui et le détailla, non pas d’un regard gênant ou inquisiteur, juste du regard du peintre qui détaille une nouvelle œuvre. L’homme était grand mais tout de même plus petit que lui, il avait l’air plutôt bien bâtit, même si le brun pouvait sentir un problème chez lui la santé ? la famille ? la tête ? oui … plutôt la santé. Il remonta sur le visage pour être transpercé par un unique œil vert, l’homme était-il borgne ? Il vit néanmoins qu’il affichait un air contrarié, dommage, il avait l’air d’avoir un joli visage, avec un sourire il aurait peut-être eu la candeur d’un Botticelli … Mais il semblait pour l’instant torturé comme un Van Gogh.
Tom apposa sa main sur son épaule, un sourire bienveillant sur les lèvres.

« Hey ? tu t’es pas fait trop mal ? » Il retira vivement sa main remarquant que l’homme était trempé comme une soupe « Mais t’es complètement trempé ! Merde… Viens tu vas t’attraper mal. »

Pour appuyer ses paroles il prit le roux par la main et l’emmena dans l’arrière-boutique qui constituait son lieu de vie. Il le laissa en plan au milieu de tout son bazar : des feuilles contenant divers travaux, des pots de peintures, du charbon, des pastels, de la terre glaise et autres fantaisies d’artistes. Dans un coin, à côté d’un nue de femme qui baignait un porcelet dans une mare de vin, se trouvait le chevalet et l’aquarelle encore humide que le brun venait de peindre. Elle représentait la rue que l’on voyait depuis la fenêtre de la boutique, mais ce n’était pas exactement la même : Des fantômes, des silhouettes difformes semblaient danser sous la pluies, c’était ce que Tom voyait. C’était ses hallucinations, ce pourquoi tout le monde le traitait de menteur, c’était sa réalité qu’il avait peinte, sous peine de ne pouvoir l’exprimer.
Le brun revint vite, les bras chargés d’étoffes. Il tendit des serviettes au roux, et posa sur un tabouret un jean noir. Il avait dans ses mains un T-shirt jaune, semblable à ceux qu’il portait souvent lorsqu’il ne se baladait pas torse nu comme maintenant. Le logo était le même que celui de la boutique, et reprenait les motifs de ses tatouages, c’était le signe de ceux de la bande de Kerniss, ceux qui bossaient pour lui. En devenant son apprenti, Tom s’était fait tatouer sa marque sur le torse, et le jour où il était devenu comme son fils, l’homme le lui avait tatoué dans le dos. Ce symbole avait une forte valeur émotionnelle pour lui, un souvenir de son senseï à jamais ancré en lui. Il caressa le logo sur le t-shirt, puis sembla se rappeler la présence du roux. Des petites rougeurs vinrent colorer ses joues alors qu’il faisait la moue, ayant toujours un filet de bave au coin de la bouche, de l’encre sur la joue et ses lunettes de travers sur son nez.

« erm, j’espère que ce sera à ta taille… Tu veux du thé ou du café ? ….. Ah ! désolé pour la pagaille. »

Lâcha-t-il, un peu gêné de faire entrer quelqu’un si rapidement dans son lieu de vie, haut lieu de création. Tom, … mon pauvre Tom … à force de faire entrer des inconnus mal en point chez toi, faudra pas t’étonner si tu fini violé, tué ou mangé, ou les trois à la suite un de ces Quatre. Aurait pu dire une petite voix dans la tête du junkie, enfin s’il avait eu une petite voix qui fait des recommandation bien sûr… Et bizarrement, s’il en avait eu une, il était sûr qu’elle aurait la voix de William.








lightsteelblue pour mes paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ziggy-can-hear-major-tom.tumblr.com/
Date d'inscription : 17/04/2014
Source de l'image : zerochan
Graphiste(s) : moi.. et ça se voit xD
Messages : 263
Sexe fictif : Masculin
Lieu de vie : Cité

MessageSujet: Re: A Hazy Shade Of Winter. [ Owen ]   Mer 23 Avr - 13:07



Mais.. La porte?

Entendant une voix derrière lui, le jeune démon se retourna pour se retrouver face à un homme, environ 5 à 6 ans de plus que lui, et aussi plus grand. Il avait de profondes cernes qui laissaient entendre un manque de sommeil colossale, ou une prise de remontant relativement régulière. Des lunettes épaisses, mais surtout, torse nu, mettant ainsi en avant des tas de tatouages magnifiques de part et autre de son corps.
Il ne semblait pas lui en vouloir pour la porte. En fait, il avait même l'air de trouver ca pas trop mal. Alors, étonné, le roux haussa très légèrement un sourcil et le regarda dans les yeux avec un regard des plus perçant, comme s'il cherchait à comprendre ce qu'il se passait.
Un courant d'air glacial traversait les lieux, gelant le garçon trempé jusqu'aux os. Il tremblait légèrement, mais se contenait, ce qui rendait la chose presque imperceptible.
Puis une main vint se poser sur son épaule, juste quelque secondes. L'homme lui demandait s'il allait bien, et au vu des circonstances, cela n'étonnait en rien le rouquin.  Il avait l'air de vivre dans un autre monde. Mais un autre monde meilleur. Alors, Owen se mit à sourire légèrement. Il n'eu pas le temps de répondre à cette question, car en face, l'homme  venait de remarquer qu'il était complètement trempé. Aussitôt, l'inconnu l’entraîna dans l’arrière boutique à toute vitesse, ce qui empêcha en grande partie le démon de détailler  les lieux qui semblaient bien lui plaire.

- Mais.. La porte..?!

Soufflat-il dans l'élan. Une fois arrivé dans l'arrière boutique, il ne savait plus ou donné de la tête. Le sol était recouvert de merveilles. Voyant l'homme partir un peu plus loin, le démon s'agenouilla pour admirer des œuvres qu'il trouvait de toute beauté. Dont une en particulier. Celle de la rue avec ces êtres aux formes étranges... Des esprits?
Il resta scotché sur la toile jusqu'au retour de son hôte, ou il se releva doucement pour regarder ce qu'il venait de lui rapporter. Serviette, pantalon, t-shirt.. N'osant pas vraiment les prendre, il n'écouta que d'une oreille qu'il pouvait se servir. Au lieu de ça, il s’avança vers lui et détailla ses tatouages, allant même jusqu'a oublier qu'il était humain, et qu'il n'était pas simplement un chef-d’œuvre.

- C'est magnifique...  

Il fit un tour autour de l'homme en évitant les objets qui jonchaient le sol. Toujours émerveillé, avec un regard très doux. Il frôla un tatouage du bout du doigt avant de se redresser, se rappelant qu'il n'était pas un tableau.

- Owh... Hm.. Désolé. Du.... Du café,  du thé..? Mais, mais  la porte?



"Je dois porter sur le monde un regard sans haine..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/04/2014
Source de l'image : trafalgar Law Zerochan
Graphiste(s) : moi ? ( Graphiste c'est un peu pompeux pour un decoupage sur paint )
Messages : 139
Sexe fictif : Masculin
Lieu de vie : Dans l'arrière boutique de son magasin
Emploi : Tatoueur.

MessageSujet: Re: A Hazy Shade Of Winter. [ Owen ]   Mer 23 Avr - 18:25


ah! t'as les mains froides



Tom resta un instant idiot, les bras tendu avec son T-shirt dans les mains, attendant que l’autre le prenne. Mais celui-ci avait nullement eu l’air de l’écouter, le regardant avec insistance . Quoi ? …. Il avait quelque chose sur le visage ? Le brun fronça les sourcils, il n’avait pas vraiment l’habitude qu’on le regarde avec cette lueur étrange dans le visage, une sorte de… D’émerveillement ? Non, ce n’était pas ça, il devait se tromper, il ne comprenait pas pourquoi l’homme le regardait ainsi. Il s’apprêta a lui demander si tout allait bien ou s’il avait besoin de quelque chose quand soudainement il s’approcha de lui pour détailler ses tatouages. Il rougit un peu plus, c’est vrai que l’œuvre de son senseï pouvait ne pas laisser indifférent , il avait été fier, si fier lorsque celui-ci lui avait demandé de devenir l’une de ses toiles vivantes. Mais tout de même, cette soudaine proximité le chamboulait un peu, et dans un geste inconscient et instinctif, il croisa ses bras, cachant ainsi les creux de ses bras, un réflexe qu’il avait quand il rencontrait quelqu’un : cacher ses bras complètements mutilés par les piqures, souvenirs de son passé de Junkie.
L’homme tourna autour de lui, un peu déboussolé il le laissa faire, cela avait l’air de lui faire plaisir et la lueur dans son regard en semblait plus amicale.

« C’est magnifique… »


Il rougit devant le compliment, d’habitude els gens avaient plus une mauvaise image des tatouages, de plus sur son corps grand, maigre et marqué de toutes part par des cicatrices cela pouvait en rebuter plus d’un. Mais quand le roux apposa ses doigts glacés sur son dos suivant le tracé d’un de ses tatouages, celui-ci ne put retenir un couinement surpris.

« ah ! »

Bien que cela ne fut que de la peau coloré, sans savoir pourquoi ses tatouages avaient toujours été une zone sensible chez lui. Peut-être à cause de l’importance qu’ils avaient pour lui ? Sa gêne était tout de même à son paroxysme, et devina qu’il en était de même pour l’autre quand il l’entendit bafouiller :

« Owh... Hm.. Désolé. Du.... Du café, du thé..? Mais, mais la porte? »


Il fronça les sourcils « … la porte ?.... »
Hein ? c’était un cocktail ça ? ou ça voulait dire qu’il voulait du thé… ou bien du café. Puis, après une longue minute qu’il passa à réfléchir il se souvint .

« Ah ! la porte… Oh, c’est pas bien grave tu sais, de toute façon elle est jamais fermée »

Conclu-t-il dans un sourire. Oui, il était comme ça Tom, déconnecté a en oublier que fermer la porte de son magasin pouvait le protéger de diverses choses.
Il se retrouva à nouveau dans un silence, gênant, et cela commençait à l’oppresser un peu, ne sachant trop que faire, il lança une seconde serviette sur le roux, remarquant que les habits de celui-ci gouttaient par terre.

« hum…euh, vas-y sèche toi »

Il fit une moue inquiète, il devait être congelé, il ne le connaissait que depuis trente secondes mais, il n’avait vraiment pas envie qu’il attrape mal, même s’il sentait déjà une fragilité chez lui. Oh, ce n’était qu’une petite sensation rien d’autre, une petite pointe à l’arrière de la tête, comme celles qu’il ressentait lorsqu’il allait à l’hôpital pour ses examens, ah … d’ailleurs il fallait qu’il parle de certaines choses avec le docteur Flymel…
Il sortit de sa rêverie, et secoua la tête.

« ah ! hum, oui je te laisse te changer en paix. »

Il se dirigea vers ce qui semblait être une cuisine si ensevelie par le bazar qu’elle en devenait presque inutile. Faut dire, il ne s’en servait pas énormément, il mangeait assez rarement en fait. Non pas qu’il soit anorexique, ou autre. En fait il oubliait simplement que son corps avait besoin de se nourrir et ne pouvais pas se contenter de cigarettes, de café et d’autres petites choses. Ce fait élucidait deux mystère chez Tom, et en rajoutait un. Il expliquait pourquoi il était si maigre, et pourquoi le seul élément utilisable de sa cuisine était la machine à café. Mais, on pouvait se demander comment un type se nourrissant de café pouvait être aussi lent… Le junkie était en bien des points un défi pour la science.
Il revint quelques instants plus tard avec deux tasses de café fumante.

« Au fait, moi c’est Tom, Tom Floyd. »






lightsteelblue pour mes paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ziggy-can-hear-major-tom.tumblr.com/
Date d'inscription : 17/04/2014
Source de l'image : zerochan
Graphiste(s) : moi.. et ça se voit xD
Messages : 263
Sexe fictif : Masculin
Lieu de vie : Cité

MessageSujet: Re: A Hazy Shade Of Winter. [ Owen ]   Ven 25 Avr - 12:14


Merci..


L'homme semblait vraiment être ailleurs, complètement déconnecté de la réalité. Ca ne faisait pourtant que quelques minutes qu'Owen était entré dans sa boutique en fracassant la porte dans un terrible fracas, et lui l'avait déjà oublier. Du moins, c'est ce qu'en avait conclu le démon en le voyant froncer les sourcils. Cela fit hausser le sourcil du seul œil découvert du roux, qui se demandait alors pourquoi il avait l'air si pensif. Une pensée qui dura bien une minute, mais une longue minute durant laquelle Owen aurait eu le temps de compter trois ou quatre fois les secondes... Comment ca c'est impossible?!
Alors, sans vraiment comprendre il répéta de nouveau de quoi il s'agissait

-Et ben.. Oui, la..  porte...?

Vint ensuite une réponse plus ordonnée avec en finalité un sens réel.

- Ah ! la porte... Oh, c'est pas bien grave tu sais, de toute façon elle est jamais fermée  

Cela l'étonna. C'était pas commun pour une boutique, surtout une boutique avec tout un tas de merveilles de ne jamais fermer ses portes. Oui, il est vrai qu'il s'agissait aussi du lieu de vie de l'inconnu, mais tout de même. Les cambriolages sont très rapide, et encore plus lorsqu'il n'y a aucune serrure à déverrouiller.
Et de nouveau, ils étaient plongés dans un blanc, un trou de conversation ce qui provoquait une sensation étrange chez Owen, presque une gêne, une sensation de trop, de déranger.
C'est alors qu'il se prît une nouvelle serviette presque dans la tête, avec la permission de l'utiliser pour se sécher.

- Hum...euh, vas-y sèche toi

Il l'empoigna d'une main, et de l'autre retira le bandeau de ses cheveux, ce qui ajouta de nouvelles gouttes sur le plancher, presque à en faire une flaque.

- Merci...

Le brun semblait une fois de plus s'être évader malgré son air inquiet qui toucha le démon, perdu dans ses pensées, jusqu'à revenir à la réalité pour bredouiller:

- Ah ! hum, oui je te laisse te changer en paix.

Il le regarda partir, se dirigeant vers ce qui devait être une cuisine.. ? Sans doute..  Et regarda les vêtements posés sur la chaise. Hésitant un peu car affreusement gêné de déranger et pas habitué à ce qu'on l'aide, il décida de se changer tout de même après quelques longues secondes. Lejeune démon venait à peine d'enfiler le pantalon noir sec que son hôte était déjà de retour. Il était torse nu et se séchait les cheveux quand il le vit arriver avec des tasses de café fumantes.  Alors il laissa glisser la serviette sur son épaule et ferma rapidement la braguette du jean avant de le regarder.

- Au fait, moi c'est Tom, Tom Floyd.

Il se rappela qu'effectivement, il ne s'était pas encore présenté et balbutia, encore sous l'effet de quelques tremblement certainement dû a ses membres gelés.

- Hm.. Je.. Je m'appelle Owen...Winchester.

Puis il lui souriait un peu avant de regarder le t-shirt qui allait lui  assurer une température normalement convenable.


(Je change l'image plus tard, la ça plante D8)


"Je dois porter sur le monde un regard sans haine..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/04/2014
Source de l'image : trafalgar Law Zerochan
Graphiste(s) : moi ? ( Graphiste c'est un peu pompeux pour un decoupage sur paint )
Messages : 139
Sexe fictif : Masculin
Lieu de vie : Dans l'arrière boutique de son magasin
Emploi : Tatoueur.

MessageSujet: Re: A Hazy Shade Of Winter. [ Owen ]   Ven 25 Avr - 17:55



Stone, le monde est stone



Il ne put s’empêcher de rougir un peu, envoyant que l’autre n’avais pas fini de se rhabiller. Il tiqua. Mais qu’est ce qui lui prenait de jouer aux vierges effarouchée ? Lui-même se baladait les trois quart du temps torse nu, et il voyait des corps à longueur de journée… enfin il aurait voulu en voir, mais pour cela il aurait fallu qu’il ait plus de client. Enfin bref, il était encore en train de se perdre dans un dilemme intérieur, mais il laissa sont œil dérivé sur le torse offert, inconsciemment. Bien sûr il ne reluquait pas, il ne se le serait pas permit, mais son âme d’artiste se disait que tracer quelques arabesques ou motif sur ce corps barré et strié de nombreuses cicatrices ne lui déplairait pas du tout. En fait , il n’avait pas encore vraiment eu de clients, pas de grosses commandes ou de quoi laisser s’exprimer sa créativité, quelques personnes étaient passé pour des petites bricoles, des phrases ou des symboles écrit aux poignets, aux creux des reins, derrière la nuque. Parfois quelques besoin de recolorer ou de donner une seconde jeunesse. Pour le reste c’était souvent des gens de passages, des coups de vents qui passaient sans rien voir, une ou deux fois il avait eu le bonheur de tomber sur des amateurs de vieux disques mais ce fut tout.
Il observa encore les cicatrices du roux, mais s’en détourna bien vite, sachant pertinemment que parfois le passé qui reste collé à votre peau est mieux passé sous silence quand dans les paroles échangées. Et puis, cet homme était encore un inconnu, il n’allait pas lui poser la question. Chacun portait sa croix, son fardeau, ses cicatrices.
Il resta un instant interdit, plongé dans ses réflexions, lorsqu’il remarqua quelque chose. Ses mains tremblaient fortement, tant et si bien que le liquide noir contenu dans les tasses s’agitait fortement, léchant dangereusement les bord de la fausse porcelaines fendues de toutes part. Que lui arrivait il bon sang ?

« .. Je.. Je m'appelle Owen...Winchester. »

L’inquiétude s’installa une fois de plus sur le visage du junkie, oubliant un instant ses petits problèmes. L’autre tremblait tellement que son élocution semblait en pâtir, il n’arrivait pas à retrouver une température normale. Le brun espérait qu’il n’attraperait pas mal comme ça. Il aurait tellement aimé pouvoir faire un peu plus que lui donner des vêtements et du café.

« J’aimerai t’aider à te réchauffer… »

La phrase était tombé dans le silence. Ou plutôt son ambiguïté mal dissimulée était tombée comme un poids de plomb sur une fine couche de glace. Encore une fois, Tom n’avait pas réfléchit avant de parler, ou plutôt les mots avaient outre passé la barrière de ses lèvres sans que sa cervelle ai eu le temps de les décoder. Et maintenant qu’il comprenait toute l’ampleur de cette phrase anodine, il espérait que Owen n’y avait vu aucun sous-entendu. Ou que du moins il n’avait pas entendu. Il se retrouva là, coulé sur place, tétanisé, rouge, ses mains tremblant toujours autant, il en se sentait pas très bien… Il déglutit, essaya tant bien que mal de faire bouger ses muscles. Il réussit à reprendre son calme. Il s’approcha d’une table basse ou il déposa les tasses et pointa du doigts le canapé.

« J-je t’en prie fini de te changer » lança-il dans un sourire « commence à boire et si tu as encore froid tu peux prendre une couverture sur le canapé. Je reviens j’ai oublié quelque chose dans la cuisine »

Il se releva, marcha d’un pas rapide jusque dans la cuisine, ferma la porte et se retint de justesse a l’évier.
Tout son corps tremblait, il avait du mal à réfléchir et il avait horriblement chaud. Et soudain la lumière se fit dans son esprit : il reconnaissait ces symptômes. Il faisait une crise de manque. Une putain de crise de manque.
Il soupira, encore heureusement celle-ci était relativement douce par rapport à celles qu’il avait d’habitude. Il inspira, expira et essaya de se rappeler quand pour la dernière fois il avait pris quelques chose. Mais soudain son corps fut plié en deux par une violent nausée, il se pencha au-dessus du lavabo agité de spasmes et de frissons, mais rien de vint. Le brun se laissa glisser contre le métal froid de levier et attrapa sa tête pour la serre entre ses mains. Un spasme agita sa jambe qui buta dans la table et qui fit rouler à côter de lui un flacon. Il l’attrapa et lu l’étiquette.

sirop ….. La suite était illisible. De même pour les effets secondaires

Il n’avait pas envie de prendre quelque chose alors qu’il y avait quelqu’un chez lui, qui savait comment il pouvait réagir. Il haussa les épaules en tremblant, il n’avait pas vraiment d’échappatoire, tant pis. Il ouvrit le flacon et avala… bien plus que la dose prescrite. Il soupira, ferma les yeux quelques minutes. Lorsqu’il les rouvrit, ceux-ci étaient totalement dilatés, mangeant le regard Ocre aux reflets argents. Il se sentait mieux, étrangement et merveilleusement mieux, un petit rire euphorique lui échappa. Zut, en fait il était bien stone. Mais c’était encore gentil, il savait qu’a ce niveaux là ce n’était pas bien méchant, il serait juste content, déblatérerait des âneries pas possibles, aurait l’air un peu endormi-… attendez trente secondes… en fait il serait normal.
Il se releva et se passa le visage sous l’eau, attrapant le premier objet qui lui tomba sous la mains, il s’en alla rejoindre Owen.
Il s’assit sur le canapé.

« désolé, j’ai pas été trop long ? j’allais chercher… » Il regarda ce qu’il avait pris « mon … tire-bouchon ? »
Il secoua la tête et préféra se noyer dans son café, essayant d’éviter le regard du roux.

« T-tu vas mieux ? »






lightsteelblue pour mes paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ziggy-can-hear-major-tom.tumblr.com/
Date d'inscription : 17/04/2014
Source de l'image : zerochan
Graphiste(s) : moi.. et ça se voit xD
Messages : 263
Sexe fictif : Masculin
Lieu de vie : Cité

MessageSujet: Re: A Hazy Shade Of Winter. [ Owen ]   Dim 4 Mai - 16:32


Comme un gamin...


"J'aimerais t'aider à te réchauffer.."

Voila une phrase bien étrange, aux multiples sens cachés. Mais Owen savait qu'il s'agissait uniquement ici, du fait qu'il était frigorifié. Cela étant, il ne pus'empêcher de sourire en l'entendant, et même en essayant de se contrôler, il avait l'impression de ressembler au chat du cheschire. Après tout, rire un peu ne pouvait lui faire de mal, au contraire. C'était un luxe qu'il ne pouvait rarement s'offrir, ou seulement en de rares occasions comme celle-ci.
Heureusement, Tom n'avait pas remarqué son rire, ou tout au moins, ne semblait pas l'avoir remarqué ou mal prit,  voir mal interpréter.
En restant dans cette pièce au moins plus chaude que la température à l’extérieur, et avec les vêtements sec, Owen se mangeait une bouffée de chaleur, provoquant à cause de la température ambiante et du froid dans son corps, des picotements terribles, comparables à des coups de couteaux plantés partout dans son corps et sans arrêts. Mais il restait là, debout, à regarder son interlocuteur qui semblait gêné par ce qu'il venait de dire. C'était amusant, en fait. Et ca lui faisait oublier un peu les picotements insupportables qui n'allaient de toute façon, plus durer très longtemps.

« J-je t’en prie fini de te changer » lança-il dans un sourire « commence à boire et si tu as encore froid tu peux prendre une couverture sur le canapé. Je reviens j’ai oublié quelque chose dans la cuisine »

Voila, là c'était sur. La phrase précédente du brun l'avait mise mal à l'aise, ce qui était  visible à cause de l'hésitation quand il prit la parole par la suite.  Et aussitôt, il se redressa et partit en un éclair. Il avait l'air étrange, partir si rapidement... ? C'était vraiment étrange...
Le démon enfila le t-shirt qui lui avait été prêté, essuya de nouveau ses cheveux encore très humides et s’assit sur le canapé, regardant la fumée sortir de la tasse, encore et encore. Il l'attrapa, manquant de se brûler les main, car oui, Owen avait toujours été doué dans tout ce qui faisait parti de la vie courante... En fait, il étais simplement pas habitué à prendre du temps pour lui, et donc, a boire du café, même s'il aimait ça. Une gorgée suffit pour sentir ce liquide brûlant couler dans sa gorge et bruler son estomac. C'était vraiment plus qu'agréable pour le garçon jusque là frigorifié.
En attendant, les minutes devenaient de nouveau étrangement longues. Il ne savait plus ou se mettre, ayant horreur de déranger. Ne le voyant pas revenir, il regarda avec attention les œuvres jonchant le sol et les murs. Il était émerveillé. Il en avait déjà repéré quelques-une, mais partout ou il posait les yeux, il découvrait de nouveaux dessins, esquisses, croquis.. Et le tout très bien réalisé. Un enfant dans un magasin de jouet. C'était à peu près à ça qu'il ressemblait à cet instant, les yeux pétillants de curiosité mais aussi d'admiration. Car il aimait aussi beaucoup le dessin, mais n'avait jamais rien montré à personne, car qui pouvait s'y intéresser? Il ne connaissait personne, vivait seul avec son fidèle compagnon Acker.. Il fallait croire que les relations avec les gens n'étaient pas faites pour lui. Et la preuve était que pour cette première rencontre, il avait cassé la porte du magasin.. Preuve de son habileté.
Il reposa la tasse de café en entendant un bruit dans la cuisine. En se levant, il se remit à tousser, ce qui le cloua à la banquette. Main devant la bouche, il avalait difficilement le fer dan sa bouche. Il n'avait jamais apprécié le gout du sang. Pourtant, il en avait plus souvent que la norme en bouche et devait le supporter. Une simple habitude à pendre... Mais imprenable. Owen, après sa toux bu de nouveau un peu de café pour passer le goût. Au moment ou il allait se lever pour aller voir si e n'était pas Tom qui s'était fait mal, il le vit arriver, avec un tire bouchon... Mais pourquoi faire? Alors il resta assit, fixa l'objet qui l'intriguait plus que tout.
« désolé, j’ai pas été trop long ? j’allais chercher… » Il regarda ce qu’il avait pris « mon … tire-bouchon ? »

Le démon ne pu s'empêcher de sourire en l'entant dire "tire-bouchon", comme s'il ne savait pas pourquoi il avait ramener l'objet. Owh.. En fait.. C'était certainement le cas, vu l'expression qu'il tirait, regardant uniquement son café comme s'il voulait disparaître.

« T-tu vas mieux ? »

Encore une hésitation, nouvelle gêne..  Décidément... Le démon ne comprenait pas pourquoi Tom se mettait dans un état pareil... Surtout face à lui... qui venait de casser sa porte! (oui oui oui, c'est grave pour Owen!)  
- Ca va beaucoup mieux, merci..
Il regarda ses yeux et remarqua la taille anormale de ses pupilles. En général, pour quelqu’un qui se drogue de temps en temps, c'est quelque chose que l'on reconnait rapidement..
- ... C'était quoi le bruit..?
Owen avait beaucoup de difficultés à rester assit comme les gens "normaux". Il avait pour habitude de recroqueviller ses  jambes contre son torse, ou bien de s’asseoir en tailleur... Voir de s’étaler si possible, pourquoi pas! Alors il ne semblait pas stable, tiquait, ses doigts s'agitaient sur son pantalon. Si seulement il pouvait mettre ses pieds sur le canapé... Mais bon, il fallait pas trop en demander, et il devait  paraître déjà bien assez étrange aux yeux du brun.





"Je dois porter sur le monde un regard sans haine..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/04/2014
Source de l'image : trafalgar Law Zerochan
Graphiste(s) : moi ? ( Graphiste c'est un peu pompeux pour un decoupage sur paint )
Messages : 139
Sexe fictif : Masculin
Lieu de vie : Dans l'arrière boutique de son magasin
Emploi : Tatoueur.

MessageSujet: Re: A Hazy Shade Of Winter. [ Owen ]   Lun 5 Mai - 23:02


This is outer space


Il essaya de se noyer dans sa tasse de café, ou du moins il essaya vainement de se faire oublier. Non mais… ramener un tirebouchon… D’ailleurs depuis quand avait-il un tirebouchon dans ses affaires ? il ne se souvenait même pas avoir ouvert une bouteille de quoi que ce soit… L’alcool n’était pas trop conseillé avec la batterie de médicaments qu’il prenait… Quoi qu’il n’était pas trop sûr que prendre tout ce qu’il prenait a côté était plus sain, au moins il avait bonne conscience, il n’était pas encore l’alcoolique, pitié pas trop d’addictions à la fois.
Il sourit pourtant, en voyant Owen sourire doucement à cause de sa maladresse, c’est vrai que l’autre n’avait pas l’air plus dégourdi que lui. D’un côté, ça leur faisait un point commun, et c’était une chose appréciable.


« - Ca va beaucoup mieux, merci.. »

Du soulagement pur passa sur le visage du junkie, mais alors  qu’il posait sa main sur son épaule, il fit la moue, il était encore gelé. Cependant, il ne dit rien ,e ne voulant pas paraitre trop familier de peur de vexer son vis-à-vis, il avait tendance à ne pas très bien comprendre les gens, aussi préférait il rester prudent. Il se sentait un peu plus léger, et un peu dans le brouillard.
Puis, d’un coup, le regard d’Owen, se fit plus perçant, alors qu’il fixait ses prunelles. Minces, celles-ci devaient être dilatée… Ce sirop était peut-être plus fort que ce qu’il avait cru… en fait, il n’était pas vraiment sûr de ce que c’était. Peut-être que l’autre se doutait que quelque chose n’allait pas…

« - ... C'était quoi le bruit..? »

Cette petite question le conforta dans son idée, l’autre se doutait de quelque chose. Mais le brun ne pouvait pas voir si ses gestes paraissent suspect, si ses pupilles étaient si dilatée, ou s’il avait inscrit sur le visage «  bonjour, je suis en pleine crise de manque alors j’ai pris le premier truc qui m’est tombé sous la main, je sais pas ce que c’est et si ça va faire passer le tout… mais Yolo si je puis dire. »
Aussi préféra t’il répondre un semi mensonge.

«  Oh, rien ne t’inquiète pas…. Ah, je suis plutôt maladroit, je me suis pris les pieds dans la table. J’pense qu’on est deux bras cassé… » lança-t-il dans un petit rire, doux et sincère. C’était un semi- mensonge alors il n’avait rien à se reprocher.
Mais, il ne remarquait pas que lorsqu’il parlait, son corps se mettait à pencher d’arrière en avant, comme si sa notion de l’équilibre était affaiblie.

Il voyait nettement tous ces tiques qui agitaient le jeune roux. Il fronça les sourcils, c’en était trop : chez Tom, on fait pas de chichis ! Il secoua la tête.

«  Tu sais, tu peux te mettre à l’aise, assied toi comme tu veux, on dirait que t’es dans la salle d’attente chez le toubib’ ahah… » Plaisanta t’il sur un ton léger.
Il se leva, chancelant un demie seconde, et attrapa une couverture qu’il posa sur les épaules d’Owen, malheureusement, il se prit les pieds dans la table et son état aidant : il perdit l’équilibre et chuta sur le roux. Il eut le reflexe, de se rattraper sur ses coudes, pour éviter de l’écraser et de s’étaler de tout son long pour lui, mais sa main toucha la peau nue du cou de son vis-à-vis.
Erreur fatale : en cas de crise, éviter tout contact physique, peau à peau, avec quelqu’un qui dégage quelque chose d’aussi fort et qui est chamboulé. Pas avant d’avoir assimilé les ondes et calmé le jeu. Il le savait très bien, et pourtant cela arriva.
Sa respiration se bloqua, le contact l’électrisant de douleur, il roula sur le canapé et se recroquevilla sur lui-même, crispé. Pendant un instant tout son corps souffrit, et pourtant … une douleur fut plus forte que les autres, à l’estomac… mais il ne s’en formalisa pas, occupé par sa propre souffrance. Il laissa échapper un gémissement, alors que l’instant d’après, tous ses muscles se relâchaient douloureusement, ses articulation bénissant le ciel d’avoir arrêté la crise avant de rompre. Il respira plus calmement, et tenta de se relever, n’ayant plus trop de force dans les bras, il se poussa grâce à ses pieds au fond du canapé et s’y adossa.
Il Etait toujours torse nu, et avait la chair de poule. Il pressa une main tatouée sur son estomac puis la remonta jusqu’à ses yeux qu’il frotta. Il regarda Owen et sourit.

« A-ah… desolé, c’est, c’est rien… Ce que je suis maladroit, je t’ai pas fait mal au moins ? » Il crut bon d’ajouter « ce n’est pas ta faute hein ? J’ai euh… quelques petits soucis de santé, ça m’arrive de temps à autre… Plus de peur que de mal. » il ne voulait pas Qu’Owen croit que ce qu’il s’était passé était de sa faute, cela ne l’était nullement, c’était encore sa… malédiction…

Il regarda à ses pieds et vit que dans sa chute il avait froissé une esquisse. Il la prit dans ses mains l’observa longuement. Il la trouva horrible, faible, sans âme… il se dégouta lui-même. Avec un air nostalgique, il la froissa doucement et la fit rouler entre ses mains. Il pensa un instant a Mr Fiztgerald, en regardant le sol de sa pièce à vivre, un vrai capharnaüm.  Il sourit a Owen.

«  C’est vraiment Babylone ici, j’suis désolé pour l’accueille. Les folies d’un homme fou se prenant pour un artiste. »




lightsteelblue pour mes paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ziggy-can-hear-major-tom.tumblr.com/
Date d'inscription : 17/04/2014
Source de l'image : zerochan
Graphiste(s) : moi.. et ça se voit xD
Messages : 263
Sexe fictif : Masculin
Lieu de vie : Cité

MessageSujet: Re: A Hazy Shade Of Winter. [ Owen ]   Sam 24 Mai - 16:34



Requiescat in Pace.


«  Oh, rien ne t’inquiète pas…. Ah, je suis plutôt maladroit, je me suis pris les pieds dans la table. J’pense qu’on est deux bras cassé… »

Owen et Tom des bras cassées? Voila qui résumait bien la situation. C'était aussi à l'origine du sourire du démon qui s'amoindrissait légèrement en voyant son interlocuteur tanguer d'avant en arrière.
Au moment même ou Owen allait lui demandé s'il allait bien, il n'eu pas même le temps de prendre sa respiration que l'autre ajouta:

«  Tu sais, tu peux te mettre à l’aise, assied toi comme tu veux, on dirait que t’es dans la salle d’attente chez le toubib’ ahah… »

Le voila qui souriait de nouveau. Il est vrai que dans la salle d'attente, la dernière fois qu'il était allé voir un médecin, il était instable, pas du tout à son aise vu ce qu'il redoutait d'apprendre. Mais bon.
Puis il le regarda se levé aussitôt et prendre une couverture qu'il venait déposer sur ses épaules. Seulement, trébuchant, le brun s'était retrouvé au dessus d'Owen qui avait légèrement du mal à capter ce qu'il venait de se passer. Et comprenait d'autant moins quand Tom se poussa en se repliant sur lui même, gémissant de douleur.
Le démon se redressa aussitôt, très surpris mais surtout très inquiet.

- Hey..?! Qu'est ce qu'il t'arrive..?! Tu veux quelque chose ?!

Il attendit un peu pour avoir une réponse, le voyant se redresser en se frottant les yeux.

« A-ah… désolé, c’est, c’est rien… Ce que je suis maladroit, je t’ai pas fait mal au moins ? »
« ce n’est pas ta faute hein ? J’ai euh… quelques petits soucis de santé, ça m’arrive de temps à autre… Plus de peur que de mal. »


S'il lui avait fait mal? Il trouvait encore le moyen de se préoccuper du démon alors qu'il n'allait lui même pas bien du tout.

- Non non.. Pas du tout mal.. Mais...

Il n'ajouta rien. Après tout, s'il avait des problèmes de santé, il ne souhaitait peut être pas en parler, et savait surement ce qu'il devait faire pour améliorer sa situation. Enfin c'est ce qu'espérait Owen qui restait tout de même très inquiet pour lui, même s'il ne le connaissait que depuis peu.
Il le regarda ensuite attraper une esquisse qui traînait sur le sol et qui avait malheureusement été froissée dans tout ce remue-ménage. Tom la regardait en silence, un petit moment avant de la transformer en vulgaire boule de papier. Ne comprenant pas, et à cause de sa curiosité insupportable, le démon lui prit doucement des mains en l'écoutant.

«  C’est vraiment Babylone ici, j’suis désolé pour l’accueille. Les folies d’un homme fou se prenant pour un artiste. »

Il défroissa la feuille et regarda le dessin.

- ... Fou  je ne sais pas.. Mais un artiste c'est certain. Et pour le rangement.. Je ne peux rien dire, c'est largement pire chez moi..

Il rit un peu et se leva en prenant la couverture et la déposant sur ses épaules nues.

- ..Tu devrais te couvrir aussi. Et penser un peu plus à toi. T'as vraiment pas l'air bien. Si tu veux quelque chose.. Surtout n'hésite pas.. J'ai quand même cassé ta porte je te rappel.. D'ailleurs, je vais aller chercher mon chéquier, je vais me changer et te rapporter tes vêtements. Ca te va?

Il ramassa ses affaires trempées, remit son bandeau et sourit à Tom avant de chercher la sortie du regard puis de s'y diriger.
Arrivé à la porte, il s'appuya au cadre de celle-ci, ne voyant plus que trouble devant lui. Il n'aurait peut être pas du se relever aussitôt, il le savait bien pourtant, et se demandait pourquoi il avait fallu que les deux personnes dans la pièce soient certainement malades à en crever. Une dernière pensée avant de mettre de nouveau un pied devant l'autre, de tousser légèrement avant de s'effondrer sur le sol dans l'autre pièce, inconscient. Mais son "inconscient", lui, était tout à fait éveillé.  Owen s'était retrouvé dans cette autre dimension de la conscience qui faisait de lui ce qu'il était, un démon. C'est ici qu'il se battait pour rester quelqu'un de bien, ou du moins d'aussi bien qu'il lui était permit d'être. Il n'avait jamais réellement accepté sa véritable identité. Surtout qu'elle était la cause aujourd'hui de ses problèmes de santé qui réduisaient de jour en jour son espérance de vie.
Il était donc là, allongé, à se battre sans que personne ne puisse le voir, saignant à l'arcade faute d'être tombé sans rien pour amortir la chute.



"Je dois porter sur le monde un regard sans haine..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/04/2014
Source de l'image : trafalgar Law Zerochan
Graphiste(s) : moi ? ( Graphiste c'est un peu pompeux pour un decoupage sur paint )
Messages : 139
Sexe fictif : Masculin
Lieu de vie : Dans l'arrière boutique de son magasin
Emploi : Tatoueur.

MessageSujet: Re: A Hazy Shade Of Winter. [ Owen ]   Dim 25 Mai - 16:27

I need a Coma


La douleur avait été brève, rapide, Lacèrente  et elle laissait maintenant dans tout son corps des relents de souffrances, dans ses muscles, ses articulations. Pourtant au fil des minutes, cela s’amenuisait, il retrouvait une respiration normale.

- Non non.. Pas du tout mal.. Mais...

La voix était emprunte d’inquiétude, ce qu’il ne souhaitait pas, il ne voulait pas qu’Owen s’inquiète pour lui, puisqu’il avait déjà l’air si torturé. Au moins, il ne lui avait pas fait mal, c’était le principal, il autorisa un sourire à revenir sur ses lèvres ne voulant pas affoler le roux plus que de raison.

- ... Fou  je ne sais pas.. Mais un artiste c'est certain. Et pour le rangement.. Je ne peux rien dire, c'est largement pire chez moi..


Le roux lui avait pris l’esquisse des mains et l’avait observé, il reconnut au fond de son œil la lueur critique des amateurs d’art. Ce qui fit que le compliment le toucha d’autant plus, il ne montrait pas souvent son travail. Il rêvait d’exposer quelque part quelques-unes de ses peintures ou de ses dessins, il avait d’ailleurs repéré une petite galerie d’art en ville, mais était trop timide et trop peu sûr de lui pour tenter d’aller proposer son travail au gérant.

«  Merci… »
Lâcha-t-il simplement. Le brun sursauta lorsqu’il sentit la caresse de la couverture sur ses épaules nues.

..Tu devrais te couvrir aussi. Et penser un peu plus à toi. T'as vraiment pas l'air bien. Si tu veux quelque chose.. Surtout n'hésite pas.. J'ai quand même cassé ta porte je te rappel.. D'ailleurs, je vais aller chercher mon chéquier, je vais me changer et te rapporter tes vêtements. Ca te va?


Tom sourit à l’évocation de cette porte, effectivement cela avait l’air de beaucoup marquer le jeune roux, voir même de l’obnubiler. Et puis voilà qu’il voulait maintenant le rembourser, il était pas fou ce type ? Tom ne voulait pas d’argent, et les vêtement il pouvait les garder.

«  Arrête avec cette porte… Pas la peine de- »

Mais il ne put finir sa phrase car l’autre était déjà debout, ayant ramassé ce qui lui appartenait. Il passa le rideau de perle. Tom voulut le suivre, l’arrêter, il tendis le bras mais celui-ci fut trop lent pour le retenir, et ses jambes ne voulaient pas se lever tout de suite. Il compta le nombre de pas, il savait combien il fallait en faire pour arriver jusqu’à la porte, pour sortir, il connaissait sa boutique et ses dimensions par cœur.
Un.
Deux.
Trois.
Quatre. Il devait être au niveau du fauteuil
Cinq.
Six.
Sept.
Huit.
Il attendit le neuvième pas. Mais il ne vint pas. Alors ? ou était ce neuvième pas qui permettait de sortir ? Le brun tendis l’oreille. Une sorte de bruit étouffé, quelqu’un qui tousse, puis un autre, plus sourd. Comme un sac qui tombe, comme une masse qui s’effondre, comme…
Tom avait compris. Mu par la force de la panique, il se précipita, passa le rideau de perle et vit ce qu’il craignait. Le corps D’Owen, sur le sol, comme un pantin à qui on aurait coupé ses fils. De ses longues et grandes jambes il ne lui suffit que de quelques enjambées pour se rapprocher du corps. Il l’observa, le secoua doucement.
«  Owen… Owen ! …. Merde »
L’autre était inconscient. Le regard du junkie se fit plus dur, plus professionnel. Il avait fait des malaises toute sa vie, il avait passé plus de 6 mois dans un hôpital. Il pouvait gérer les cas de crises. Tout en continuant de parler a Owen, de tout de rien, pour essayer de le tenir avec lui, même si ses yeux semblaient désespérément fermés. Il tourna son corps sur le côté, faisant attention à ce que sa tête reste bien tournée, il dégrafa ensuite la boucle du pantalon, tira sur le col pour éviter qu’il manque d’air.

«  […] puis Van Gogh arriva à Arles, c’est en France dans le sud. A côté de Marseille je crois, enfin j’suis jamais allé en France. T’y es allé toi ? ça a l’air joli vu ce qu’il en disait. Oh et la-bas… »

Il ne s’arrêtait pas de parler, continuant sa litanie dans le silence de la boutique.
Il approcha sa tête du torse du roux. Il soupira de soulagement, son cœur battait et ses poumons fonctionnaient bien. Ce qui l’alarmait pour l’instant était cette vilaine entaille à l’arcade, mais ça, il pouvait soigner.
Il respira un bon coup. Et attrapa Owen dans ses bras. Argh, il était lourd, ou alors c’était plutôt le junkie qui était trop proche de la constitution d’une allumette, additionné à un bigoudi en mousse.
Il arriva vers le canapé et essaya d’y déposer ce qu’il portait de la plus douce des façons. Le brun se dirigea ensuite vers son placard à pharmacie, remplit de … vous savez quoi. Il dénicha néanmoins des pansements et du désinfectant.
Il s’appliqua du mieux qu’il put, de ses doigts fins comme des pattes d’araignée pour bander la tête de son ami. Une fois cela fais il observa le visage de son vis-à-vis. Il avait l’air torturé, il avait l’air de souffrir et lui ne pouvait rien y faire. Il s’assit à côté de lui et lui pris la mains. Il ne savait pas trop ce qu’il faisait, mais la vison de l’homme dans l’inconscience lui rappela ce qu’il avait été à l’hôpital, lui aurait voulu que quelqu’un soit à ses côtés, il aurait voulu ne pas souffrir dans son coma toute ces nuits si longues  et ces jours l’étant aussi. Il aurait aimé qu’on lui parle, qu’on lui mente mais qu’on ne l’abandonne pas dans l’abime de son esprit. Mais il avait été seul, et ne voulait pas que cela arrive à quelqu’un d’autre. Alors en prenant la main du roux, il continua à parler. Oui il parla d’art, il lui parla de Van Gogh, des peintres impressionniste, disserta longuement sur les œuvres de Dali, cracha un peu sur l’art contemporain et fini par s’extasier sur le travail de Kandinsky… il parla, il avait l’habitude de parler seul, mais il ne l’était pas vraiment, puisqu’à côté de lui un combat faisait rage.




lightsteelblue pour mes paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ziggy-can-hear-major-tom.tumblr.com/
Date d'inscription : 17/04/2014
Source de l'image : zerochan
Graphiste(s) : moi.. et ça se voit xD
Messages : 263
Sexe fictif : Masculin
Lieu de vie : Cité

MessageSujet: Re: A Hazy Shade Of Winter. [ Owen ]   Sam 31 Mai - 1:29



Dans le noir complet.



Etait-ce simplement un songe? Toutes ces personnes réunis autour de lui, les personnes qu'il avait tant aimés, mais qui l'avaient toutes quitté. Pourquoi étaient-elle là? L'inconscient du démon était un lieu glauque, noir, ou il pouvait y marcher des heures sans jamais y voir le moindre brin de lumière, ou d'espoir. Il lui arrivait là bas, de croiser des illusions plus que réalistes qui essayaient de le plonger sans cesse plus profond encore dans cet état presque comateux. Mais il se battait, résistait à l'envi de passer le reste de l'éternité à leur cotés.
Un jour, Thanen lui avait dit qu'il fallait se battre, sans cesse. Il fallait se battre pour ce dont on croyait. Ainsi, nul cause ne serait jamais perdu s'il y  avait toujours un pauvre fou pour la défendre. Owen, lui, défendait leur mémoire en continuant de se battre pour vivre. Juste pour eux. Pour que quelqu'un se souvienne de leur existence futile dans ce bas monde.
Le plus dur pour le démon était de leur faire face. Leur visage, leur regard... Tout était tellement réaliste ici bas. Mais rien n'avait jamais été aussi faux. Il marchait dans l'obscurité, sans jamais s'arrêter, n'écoutant que les bruits de ses pas sur le sol, fermant le plus fort possible son œil, se bouchant les oreilles. Ainsi, il était presque impénétrable, jusqu'à ce qu'il marche sur une feuille, la sentant glisser sous son pied. Ouvrant son œil, il aperçu une photo de lui et son frère qu'il prit dans sa main pour la contempler. C'était vieux ça. Très vieux. Une table était apparu devant lui, ou il allait aussitôt s’asseoir. C'était comme ça ici. Tout était fait pour que l'on veuille y rester. Alors tout ce que l'on désirait venait à apparaître. C'est pourquoi étaient présentes les projections de ces quelques personnes. Après avoir délicatement posé la photo sur la table, il remua les cartes en pensant à tout un tas de choses.
Notamment à ce sentiment d'amour qu'il s'était pourtant juré de ne jamais ressentir, jusqu'à croiser les bras et y déposer sa tête en regardant au loin, dans le vague. Le temps avait une toute autre allure dans cette utopie dystopique. Il avançait au ralenti. Le démon avait même l'impression qu'il reculait. Étrange comme sensation.
C'est en se laissant porter par ses souvenirs qu'il perdait le contrôle dans cet abysse, jusqu'à être rappelé à la réalité par un bruit sourd. Qu'était-ce? Le démon secoua la tête, comme pour tenter une réflexion personnelle et essayer de se concentrer. C'était une voix. Celle d'un homme, et elle ne lui était pas inconnu. Non, en vérité, il s'en souvenait maintenant très bien. Il n'y avait pas grand monde dans son entourage pour parler de Kandinsky. Tom..  



-  Nul cause n'est perdu, tant qu'il y a un pauvre fou pour la défendre..

A ce moment même, dans la réalité du brun, le roux venait juste de marmonner ces quelques mots qu'il se mettait à convulser. Oh, c'était peut être à l'origine de ce phénomène étrange. Les feuilles qui jonchaient le sol se mirent à tourbillonner dans la pièce, les murs tremblaient et le tout donnait l'impression d'agonie.
Owen se redressa d'un coup, comme réveillé d'un terrible cauchemar en sursaut et essoufflé. Les yeux grands écarquillés, tout était retombé au sol, en même temps, n'arrangeant pas le rangement. Il tourna son regard vers Tom, terrifié.

- ... Qu'est ce que.. Qu'est ce qu'il s'est passé...?  

Il parlait d'une voix basse, épuisée, en accompagnant sa main sur son arcade, le faisant grimacer.







"Je dois porter sur le monde un regard sans haine..."



Dernière édition par Owen Winchester le Dim 1 Juin - 18:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/04/2014
Source de l'image : trafalgar Law Zerochan
Graphiste(s) : moi ? ( Graphiste c'est un peu pompeux pour un decoupage sur paint )
Messages : 139
Sexe fictif : Masculin
Lieu de vie : Dans l'arrière boutique de son magasin
Emploi : Tatoueur.

MessageSujet: Re: A Hazy Shade Of Winter. [ Owen ]   Dim 1 Juin - 15:36


mr Chaussette.


Alors qu’il était assis la, sur le canapé, a continuer de parler seul, il sentait le roux s’agiter dans son sommeil. A quel genre de cauchemar était-il soumis ? Quel genre de démons pouvaient bien hanter ses pensées ? après tout chacun avait ses démons, ses monstres tapis dans un coin de son esprit qui n’attendaient que le sommeil pour sortir. La nuit de l’esprit les rendant invisible et d’autant plus vicieux.
Un sommeil réparateur, c’était peut être ce qu’il manquait a Owen. Actuellement le junkie se sentait totalement inutile, et ne pouvait s’empêcher de continuer de parler.
Pourquoi parlait il ? C’était peut-être inutile a après tout, aussi inutile qu’il l’était. Owen ne l’entendait peut être pas là où il était . Mais c’était ainsi, il n’arrivait pas à s’en empêcher car ce flot de parole qui constituait le court de son esprit avait besoin de sortir, il n’arrivait plus à penser, et voulais dans cet épanchement de parole se faire croire que quelqu’un pouvait l’écouter. Mais le silence était un mur inébranlable, sa voix rebondissant lamentablement dessus.
Il fixait d’un œil un peu vide, absent, leurs tasses de café à moitié vide abandonné là, le tirebouchon toujours pas à sa place sur sa table basse.
Le brun observa le visage du roux. Il aurait voulu l’aider, au moins pour pouvoir enlever cette grimace de douleur de son visage, mais il ne savait pas comment faire. Inconsciemment, il déplia ses longs doigts tatoués et caressa la pommette de son vis-à-vis, s’amusant un instant du contraste entre leurs peaux, celle de nacre d’Owen et la sienne plus halée. A force de contact, il reçut un électrochoc de douleur, la douleur d’Owen, qui lui parcouru tout le bras. Il retira vivement sa main, pas que cela lui ai fait mal, il avait vu pire. C’est juste qu’il s’était rendu compte du geste qu’il avait eu, un geste… tendre ?
Pourquoi ? lui qui d’habitude n’était pas très à l’aise avec ça … Peut-être s’était-il laissé avoir par sa passion pour les corps, la tentation de détailler les reliefs de ce visage assoupi et torturé était peut-être trop forte ?
Il soupira une nouvelle fois, ne sachant pas trop ce qui lui arrivait. Il attrapa une chaussette propre qui trainait par là et se la mit sur la main, voilà qui faisait un interlocuteur de choix pour continuer sa dissertation sur L’art abstrait. Il y avait parfois du bon à être un fou qui hallucine au moins on était jamais seul.

« Donc, j’te disais : Kandisky première œuvre abstraite en 1910 et.. »
« Tch ! bien sûr que non ! tout le monde pense qu’il a antidaté son œuvre ! »
« Et bien j’pense pas comme tout l’monde, et ne me coupe pas comme ça. »
« t’façon c’est moche. »
« pardon ? mais pas du tout ! »
« ça ressemble à rien »
« Il essaie de peindre ce qui est spirituel, tu crois que ça ressemble a quelque chose ce qu’il y a dans ta tête ? »
« mec… tu parles à une chaussette… »
« Une chaussette idiote, non mais regarde : les triangles représentent l’humanité, le blanc c’est le silence, le noir l’impossible, le rouge le mouvement… Tout est codifié. »
« poil au nez. »
« j’te hais. »
« je sais »
« t’es une cause perdu tu l’sais ça aussi ? »

Nul cause n'est perdu, tant qu'il y a un pauvre fou pour la défendre..


« oh, s’il te plait ne lui donne pas raison ! » rétorqua-t-il avant de se rendre compte de quelque chose. Cette voix la, ne venait pas de sa tête. Il se retourna d’un bloque pour apercevoir le visage D’Owen, émergeant des limbes du sommeil. Il cacha sa chaussette derrière lui, ce n’était pas le moment de passer pour un fou. Puis soudain, le roux se mit à convulser, et tout sembla se confondre dans une énergie étrange qui sembla transpercer tout l’être de Tom, alors qu’autour d’eux tout tremblait, les murs, les feuilles, tous les pots de peinture qui semblaient s’entre choquer dans un joyeux bazar.
Aussi vite que cela était apparu, tout se calma.

- ... Qu'est ce que.. Qu'est ce qu'il s'est passé...?

Owen semblait terrifié et complétement perdu. Le brun ne put retenir une moue inquiète quant à son visage si fatigué. Il posa sa main sur son front et essaya de prendre la voix la plus rassurante dont il était capable.

« J’sais pas trop, tu t’es cassé la margoulette près de ma porte, encore une fois. Et pis là… j’sais pas trop mais actuellement j’m’en fout un peu. » Oui, actuellement l’état d’Owen le préoccupait plus que tout. Il retira la main de celui-ci de son arcade et voulu voir si le pansement était toujours bien fait, enfin avant il remarqua qu’il avait toujours la chaussette sur une main et la retira. Il fit la moue et se leva pour aller près du placard…LE placard.
Il l’ouvrit, mais juste assez pour que le roux ne puisse pas voir tout son contenu. Effectivement, c’est là qu’il rangeait ses médicaments et… sa came. Donc autant vous dire que le placard était bien rempli.

« t’as mal quelque part ? j’ai des anti-douleurs si tu veux… enfin, si t’as besoin d’autre chose dis le moi » Il se tourna vers lui et lui sourit doucement. « Et mon canapé et à ta disposition, repose-toi autant que tu veux, t’as une tronche pas possible. »





lightsteelblue pour mes paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ziggy-can-hear-major-tom.tumblr.com/
Date d'inscription : 17/04/2014
Source de l'image : zerochan
Graphiste(s) : moi.. et ça se voit xD
Messages : 263
Sexe fictif : Masculin
Lieu de vie : Cité

MessageSujet: Re: A Hazy Shade Of Winter. [ Owen ]   Dim 8 Juin - 16:28



Remettre en ordre ses pensées.



Le démon était un peu perdu. Tout les événements qui venaient de se produire l'avaient complètement désorienté. Il avait un terrible mal de crane et énormément de mal à recoller les morceaux. En plus de ça, il se sentait faible, comme ces périodes ou, durant  plusieurs jours, il restait allongé des heures, des jours entiers sans pouvoir bouger le petit doigt.
Son cou avait beaucoup de mal à supporter sa tête qui tanguait légèrement de droite à gauche. Oh, ce n'était  à peine visible. Il fit un petit effort pour la redresser et le regarder.

« J’sais pas trop, tu t’es cassé la margoulette près de ma porte, encore une fois. Et pis là… j’sais pas trop mais actuellement j’m’en fout un peu. »

Voila quelque chose qui ne l'étonnait pas plus que ça. Ça lui arrivait de temps en temps, durant quelques périodes de perdre conscience, comme ça, sans prévenir. Il regarda la main venir contre son arcade, pour une vérification. Il avait vaguement senti la présence d'un pansement.
Il pu entre apercevoir la chaussette que Tom avait discrètement pousser de son genoux. Que faisait-elle là?  Il secoua la tête. Une chaussette.. Il avait du rêver, encore une fois. Sa main grattait sa nuque pendant qu'il recollait  petit à petit les morceaux. Il n'avait que des vagues d'images qui lui revenaient, mais dans tout les sens, défiant toute logique. Il releva la tête de nouveau pour le regarder se lever et aller vers son placard. Celui-ci l'avait ouvert de telle sorte que le démon ne puisse voir ce qui s'y cachait. Mais il n'était pas dupe et avait reconnu la fraiche odeur de toutes ces plantes illégales, ce qui le fit légèrement sourire.

« t’as mal quelque part ? j’ai des antidouleurs si tu veux… enfin, si t’as besoin d’autre chose dis le moi "
« Et mon canapé est à ta disposition, repose-toi autant que tu veux, t’as une tronche pas possible. »


- J'ai.. Non ça va..

A vrai dire, il n'aurait pas refuser un petit truc à fumer, mais pour serait-il passer? Il regardait dans tout les sens, à la recherche de ses affaires, sans les voir.

- Hum.. T'aurais pas vu mes affaires..? Je crois que j'avais des cachets..

Il avait toujours dans son pantalon un petit pot de médicament qui présentait des vitamines, rien de bien méchant. Mais en réalité, il avait changer les cachets à l'intérieur. Ca lui permettait d'oublier un peu ce qu'il était  parfois obliger de prendre. Il se mordait la lèvre inférieur en espérant ne pas les avoir oublier, car c'était déjà arriver. Comme cette fois quand il était au taff.. Qu'il avait fait une crise au mauvais moment, et qu'il n'avait rien sur lui. Ou cette autre fois qui remontait à la Russie... Il avait faillit y laisser sa peau ce jour là. Après tout, peut être que ça aurait été mieux ainsi. Pour lui, pour ses proches qui seraient peut être toujours en vie, pour tout le monde en fait, y compris pour cette porte !  La porte? Ca y est. Il se souvenait. Tout venait de lui revenir, et dans le bon ordre. Il se senti alors affreusement gêné de déranger autant Tom qui n'avait rien demandé, et qui s'était occupé de lui. Personne ne s'était plus occupé de lui depuis longtemps, alors il ne savait plus vraiment comment réagir.

- ..Merci..

Il tenta de se relever en vain. Il était bloqué sur le canapé, au moins pour les quelques minutes qui allaient venir.



"Je dois porter sur le monde un regard sans haine..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/04/2014
Source de l'image : trafalgar Law Zerochan
Graphiste(s) : moi ? ( Graphiste c'est un peu pompeux pour un decoupage sur paint )
Messages : 139
Sexe fictif : Masculin
Lieu de vie : Dans l'arrière boutique de son magasin
Emploi : Tatoueur.

MessageSujet: Re: A Hazy Shade Of Winter. [ Owen ]   Mar 10 Juin - 23:14



Maladeuh, complètement maladeuh


« J'ai.. Non ça va.. »

Ouais bien sûr, et vu ta gueule tu vas aller courir un marathon après ? Tom soupira fortement, secouant la tête, comme il aurait soupiré devant l’entêtement d’un enfant. Il attrapa tout de même un doliprane qui trainait dans un coin avant de refermer le placard. C’était le genre de trucs qu’il ne prenait plus lui, ça ne lui faisait plus vraiment d’effet, à moins qu’il n’en prenne quatre ou cinq d’un coup. Enfin, ça aurait peut-être don de calmer quelques douleurs sommaires chez son ami. Celui-ci d’ailleurs semblait légèrement affolé, tournant frénétiquement la tête dans tous les sens.

«Hum.. T'aurais pas vu mes affaires..? Je crois que j'avais des cachets.. »

Le brun hocha la tête, ah voilà qui était mieux. Si le roux avait un traitement à prendre autant le lui donner. Il observa ce garçon remettre ses idées en place et sentit à nouveau de la gêne chez lui. Il se pinça le haut du nez, si c’était encore à cause de cette maudite porte, il ne savait pas s’il devait rire de lui, pleurer ou lui donner une bonne baffe histoire de le réveiller pour de bon. Enfin, quoique qu’avec sa force de bigoudi en mousse, l’autre risquait d’avoir l’impression de se recevoir une omelette dans la tête plutôt qu’un coup. Quoi qu’il en soit la gêne n’avait pas lieu d’être, c’est vrai quoi, c’était plutôt normal d’aider un type qui venait de tomber dans les pommes, fallait pas être le dernier des idiots pour penser comme cela. Ou alors c’était peut-être cela, oui Tom était peut être un imbécile après tout. On le lui avait souvent dit, sa mère le lui disait -mais étant elle-même a moitié folle cela ne devait pas vraiment compter-, ses profs le lui disaient, Jeff le lui disait de temps en temps quand il le désespérait, et Isaac… ah, ça Isaac devait le lui répéter environ une bonne dizaine de fois toutes les semaines à chaque rendez-vous.
Oh, et puis bon, ils avaient peut être raison, il était peut être sot, mais au final cela avait du bon et il s’en contentait.

« merci… »

Il vit l’autre essayer de se relever. Le brun soupira a nouveau et fit pression sur le torse de son vis-à-vis pour l’obliger à se rallonger. Non mais, il n’allait pas lui fausser compagnie dans cet état.

« pas d’merci… pas besoin » soupira-t-il dans un sourire, non vraiment pas de remerciement. Dans un sens, il exorcisait de cette manière une de ses vieilles hantises : la peur de la solitude dans ses crises. Il en avait souffert, ô combien de temps, et refusait de laisser quelqu’un dans un état à peu près similaire seul et démuni. C’était au-dessus de ses forces. « Je sais ce que c’est… »
Il lui ébouriffa les cheveux et se leva pour aller querir les affaires d’Owen qu’il avait laissé sécher dans un coin, elles étaient encore un peu humide, mais vu l’état de leur propriétaire elles risquaient d’avoir effectivement plus que tout leur temps pour éliminer les dernières traces d’humidité.
Il tendis à Owen l’objet de ses désirs et le laissa un instant. Il ne savait pas quel rapport le jeune roux entretenait avec son traitement, aussi il préféra ne pas regarder. Lui par exemple ne supportait pas qu’on le regarde se piquer, et ce même à des fins médicales. Ça lui rappelait trop de choses, trop de mauvaises chose. La plus petites et bégnine des prises de sang était devenu pour lui un calvaire, une crise d’angoisse. Il frissonna rien que de penser à la prochaine qui l’attendait Samedi, c’était toujours le même cirque. Il secoua la tête, non non non fallait pas penser à ça.
Il se retourna et rencontra à nouveau le visage d’Owen. Il était inquiet, et espérait fortement que la prise de médicaments allait l’aider à se sentir mieux.

« Si t’as des cachets c’est que tu suis un traitement…j’imagine. » le junkie se gratta la nuque, évidement cette simple constatation n’était pas une invitation à l’aveu, il était souvent dur de parler de ses maladies, il ne le savait que trop bien et comprenait que l’autre n’aimasse pas que l’on n’évoque le sujet, aussi continua-t-il sur sa lancée, s’asseyant sur la table basse à côté du lit « J’me souviens qu’une fois j’avais oublié de prendre mon traitement ahah… j’ai cru que mon doc’ allait me disséquer sur place… Enfin j’m’en suis bien tiré.. Il m’a juste attaché sur sa table d’opération et m’a obligé à avaler toute sortes de trucs dégueu… beurk » il grimaça en se souvenant de l’une de ces milles et unes misère qu’Isaac lui faisait endurer « enfin, c’était pas le pire, il me fait toujours des coups comme ça quand j’oublie mes médocs, mon rendez-vous, que j’oublie de manger ou alors que j’pren-.. »

Il s’arrêta de suite. Ça allait trop loin, pourquoi parlait il autant ? il avait failli tout lui révéler, sur son addiction pourquoi diable avait-il commencé à avouer qu’il prenaient un traitement idiot. Idiot ! « j’suis désolé… j’sais pas pourquoi je te raconte tout ça… »
et il avait d’ailleurs parlé en oubliant qu’Owen n’était pas une de ses hallucinations.. Owen était réel…Owen était réel… Mais… mais ça tête tournait encore à cause de ce qu’il avait pris, et puis d’ailleurs, il dormait quelques heures auparavant, peut-être qu’au final tout ce ceci n’était que songe, et que lui-même n’était encore que dans une hallucination. Il avait toujours vécu comme cela, et il ne cherchait plus depuis longtemps a comment se réveiller pour de bon. Pris d’un doute plus torve que léger, un doute grandissant, il effleura la peau pale d’Owen, comme pour s’assurer de sa présence, comme pour ce prouver qu’il était réel.





lightsteelblue pour mes paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ziggy-can-hear-major-tom.tumblr.com/
Date d'inscription : 17/04/2014
Source de l'image : zerochan
Graphiste(s) : moi.. et ça se voit xD
Messages : 263
Sexe fictif : Masculin
Lieu de vie : Cité

MessageSujet: Re: A Hazy Shade Of Winter. [ Owen ]   Dim 19 Oct - 23:32


Mille fois merci Tom..


Après s'être vu remettre sa boite de médicaments, il ne pu s'empêcher de fixer l'étiquette. Vitamines.. Au tout début, ça le faisait sourire. Aujourd'hui, il ne la regardait presque plus. Sa main secoua doucement le plastique et  les cachets qui se trouvaient à l'intérieur pour avoir une idée approximative du nombre de pilules encore à sa disposition. Une dizaine se disait-il. Avec ça, il était au moins sur de pouvoir rentrer chez lui. Il ouvrit l'opercule, en sortant quatre comprimés dans son autre main. Un seul aurait pu rendre un éléphant hystérique. Deux l'auraient endormi. Trois l'auraient plongé dans le comas, et cinq cachés l'auraient tué. Mais malgré les apparences, Owen restait un démon, et un démon comme lui avait besoin d'une dose colossale de petite pilules pour se sentir mieux. D'autant plus qu'il y était habitué, et que la morphine qui était contenue dans le cachet ne faisait presque plus effet sur son organisme. Il avait aussi pu remarquer que le brun l'avait laissé prendre son "traitement" en toute intimité, ce qui lui plaisait. Il n'allait pas avoir à se justifier sans le vouloir. Après les avoir avalé son hôte prit la parole.

« Si t’as des cachets c’est que tu suis un traitement…j’imagine. »

En effet, ça paraissait plutôt logique, sauf que sur la boite, il n'était indiqué que "vitamines". Alors le brun devait avoir perçu le subterfuge.  Il fallait bien que ça arrive. Et puis, au vu de son état précédemment dévoilé, ca paraissait d'autant plus logique que les cachets n'étaient  pas là uniquement pour lui redonner quelques forces. Seulement, Tom faisait erreur sur un point. Il ne s'agissait pas d'un "traitement" en tant que tel.  Le démon n'avait jamais fait le nécessaire   auprès des médecins pour se soigner. Il savait que le mal qui le rongeait provenait d'une maladie  qui s'était développée en parallèle au mal qu'il combattait. Par "mal", il parlait bien sur de son coté démoniaque. Son refoulement, le fait qu'il se contenait aggravait grandement son état. Tout ça pour dire... Les cachets qu'il prenait, c'était certes un peu de vitamines, mais avant tout des anti douleurs.

« J’me souviens qu’une fois j’avais oublié de prendre mon traitement ahah… j’ai cru que mon doc’ allait me disséquer sur place… Enfin j’m’en suis bien tiré.. Il m’a juste attaché sur sa table d’opération et m’a obligé à avaler toute sortes de trucs dégueu… beurk »

Alors comme ça,  le brun lui avait menti tout  à l'heure, quand il s'était effondré. Ce n'était pas rien comme il le prétendait. Il était lui aussi malade, au point de voir régulièrement un médecin.. Et de suivre un traitement qui, d'après ce que disait Tom, semblait être très important.  Surtout si le médecin en venait à utiliser ce genre de méthode extrême.

« enfin, c’était pas le pire, il me fait toujours des coups comme ça quand j’oublie mes médocs, mon rendez-vous, que j’oublie de manger ou alors que j’pren-.. »

Le démon  souriait un peu. En fait, ça lui faisait plaisir qu'on lui parle ouvertement, c'était plutôt rare. Personne ne le faisait jamais. Malheureusement, ce n'était pas forcément le sujet le plus joyeux qui puisse exister. C'est pourquoi le brun s'arrêta de parler quand il se rendit compte qu'il en disait beaucoup sur lui à quelqu'un qu'il ne connaissait presque pas. Mais s'arrêter en disant "j'pren-.." ça voulait tout dire. Il était grillé.  Cela étant, ce n'était certainement pas Owen qui allait pouvoir le juger sur ça, il aurait été très mal placé.

« j’suis désolé… j’sais pas pourquoi je te raconte tout ça… »

Le démon appuya doucement sur le pansement collé à son arcade pour le refixer un peu, car le sang commençait à le décoller légèrement.

- Il à l'air sympa ton médecin.. !

Il se mit à rigoler un peu. C'était évidement ironique. Seulement pour le fait de lui faire avaler des cachets attaché. Pour le reste, il ne se serait pas permit d'insinuer quoi que ce soit vis à vis du médecin. Il ne le connaissait pas pas et ne pouvait par conséquent le juger.

- T'excuse pas.. Ce que tu m'as dit, ça  me réconforte au moins dans mon idée que je n'irais jamais voir de médecins.. De toute façon, j'ai en horreur l'hôpital.

Il se rendit compte que ce qu'il venait de dire, ce n'était pas spécialement ce que l'autre voulait entendre. Ne pas aller voir de médecins alors qu'il était malade à en crever, sans aucun jeu de mots, c'était pas pour tout le monde la meilleur des solutions. Mais le démon en avait fait son choix pour plusieurs raisons. D'abord, comme il le disait, il détestait les hôpitaux, et angoissait rien qu'à l'idée de s'en approcher. Il avait conduit beaucoup trop de personnes là bas qui n'en étaient jamais ressorti vivantes. Ensuite, il n'avait tout simplement pas les moyens de payer un médecin, et encore moins un traitement. Mais en réalité, la raison qui le poussait à agir de la sorte, c'est qu'il estimait que la valeur de sa vie ne valait rien. Il avait été la cause de nombreux décès, et ça, il ne pouvait se le pardonner.
Automatiquement, les cachets qu'il venait de prendre ne paraissaient plus être un traitement approprié, et il ne voulait pas inquiéter Tom.

- Mais.. Hm... Comme j'ai rien de grave.. Pas de problèmes.. Ha ha....

Il fallait que quelqu'un lui dise qu'il mentait mal, il faisait peine à voir. Un enfant de 5 ans pratiquait cet art avec génie à coté de lui.
Rapidement, et pour éviter  toute possibilité de refus, il jeta ses pieds à terre et se leva. Il allait déjà un peu mieux. Il regarda  le brun dans les yeux en souriant sincèrement.

- Merci pour  tout Tom... Vraiment. Je vais vachement mieux... Alors je vais rentrer et.. Comme prévu, je te ramènerais toutes tes affaires dès que possible !  Et pour la porte, c'est peut être rien pour toi mais, je tiens à te la rembourser. J'ai pas envie de partir comme un voleur, surtout après ce que tu as fait pour moi..




"Je dois porter sur le monde un regard sans haine..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: A Hazy Shade Of Winter. [ Owen ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

A Hazy Shade Of Winter. [ Owen ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Signature de contrat - Owen Nolan
» Présentation : Pierre, papa de Shade
» Test Winter Assaut par Manik
» Jean-Guillaume de Winter
» Glaze et Shade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sygridh : New Battle :: Sygridh :: ≫ Rues-