AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Lola Séraphine Waynë Johns || Qui a dit que la gentillesse n'avait pas pour source une malédiction ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Date d'inscription : 10/03/2014
Source de l'image : June by Chibi, de Deviantart
Graphiste(s) : Joon Kay 8D
Messages : 223
Sexe fictif : Féminin
Emploi : Directrice d'un hôpital, chirurgien et kiné également

MessageSujet: Lola Séraphine Waynë Johns || Qui a dit que la gentillesse n'avait pas pour source une malédiction ?   Sam 7 Juin - 21:49


✖ Johns Lola ✖


Identity Card
Nom(s) : Wayne Johns
Prénom(s) : Lola Séraphine
✖ Née dans une ville inconnue, dans les Pyrénées Espagnoles, il y a 389 années.

Sexualité : Femme hétérosexuelle à tendances bisexuelles, monsieur !

Raison(s) de vivre : De une, ne plus avoir à supporter sa famille sectaire et le malédictions qui s'ensuivent. De deux, pouvoir ressentir tactilement ce qui l'entoure. De trois.. Que tout le monde vive vraiment. Vive avec un grand V.

Code:
Création unique, June de Chibi || Lola S. Johns
Divers
Particularités familiales : Les os. Tous les os de la famille sont d'une résistance à toutes épreuves, et ils peuvent s'en servir comme armes du moment que l'os utilisé ( ou les os utilisés, sous conditions ) retrouve sa place dans les deux heures qui suivent. Sinon la blessure ne cicatrisera pas d'elle-même, et il faudra que la forme divine s'en occupe. Assez fatiguant. Leur os coupe au niveau atomique, et c'est la raison qui fait qu'ils sont très recherchés. Bon, ce n'est pas tout à fait vrai, disons que si un membre de la famille Johns meurt, ils peuvent retirer une énorme somme des os du cadavre. Et oui. Ils sont comme ça. Ce sont des Jonhs.

La famille Wayne a la particularité de pouvoir ressentir lorsqu'un membre des Waynë est amoureux ou en train de procréer. Ah oui... Aucun d'entre eux ne ressentent une quelconque forme de douleur physique. Saignez-les, ils ne ressentiront rien. Bon, si vous leur cassez les côtes, ils ne ressentiront rien, mais la blessure sera toujours là et il faudra la soigner, hein. Handicapant ? Très. Dernier point. Leur ouïe est plus que fabuleuse et ils peuvent ressentir les battements de cœur d'une personne, son rythme cardiaque. Ne leur mentez pas. Parce qu'ils le sauront. Oh, j'oubliais. Chaque membre de la famille possède un sens qui ne marche pas. Soit l'olfactif, soit le gustatif.

Ce sont tous des Néphilims. Ils sont maudits ? Non !... Vous croyez ? Juste à peine...

Race : Rinë

Les Rinëiens sont une race créée par l'union d'un Jonhs et d'une Waynë, qui sont morts depuis longtemps ( et correspondent aux arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-grands-parents de Lola ). Leur particularité principale sont les signes étranges de couleurs qu'ils ont sur le corps, couleur qui changera selon leur forme. Ce sont par ces signes que les Rinëins arrivent à sentir l'amour qu'éprouve l'un de leur pair ( sans savoir pour qui ), si leurs pairs procréent ou non, ainsi que leur excitation sexuelle. C'est un peu dans le principe d'une meute. Donc, si l'un de leur pair est en danger, il le sentiront et iront lui porter secours. Si ce n'est pas dans le cadre d'un apprentissage. Le système éducatif des Rinëins est particulièrement... sanglant. Et mortel. Après tout, ils développent plutôt leur côté démoniaque. Normal, voyons, c'est le mal qu'il faut faire. Le bien, nous nous en fichons, non ?

Don : Malédiction des Sens.

Elle voit les douleurs, les localise, et les ressent comme si elles étaient les siennes. Elle sent les émotions, chacune ayant, selon elle, une odeur différente, et les ressent également. Elle entend les pensées, comme des voix en transe qui voudraient se faire entendre au grand jour et pas que dans sa boîte crânienne. Tout cela est bien beau, mais non seulement elle ne ressent absolument aucune douleur, Lola ne connaît pas les sensations physiques. Elle ne sait pas ce que c'est. Tactilement, elle ne ressent rien.

Vous comprenez sa malédiction ? Vous vous imaginez, vous, ne rien ressentir lorsque votre peau effleure un mur, lorsque la brise murmure dans votre cou, lorsque vos doigts saisissent un tissu doux ou râpeux ? Certes, ses autres sens fonctionnent. De très bien ( gustatif, visuel ) à très très bien ( olfactif ) à sur-développé ( auditif ). C'est vrai. Ce que tactilement elle ne ressent pas, elle le voit, le sent, l'entend, peut le goûter parfois. Oui. Mais elle ne connaît pas la sensation du toucher. Que ce soit un être magique, un être crée par le don de quelqu'un, un être vivant ou inerte, rien, tactilement, elle ne ressentira rien. Et ce n'est pas tout. Que de simplicité, sinon.

Lorsqu'elle touche une blessure, elle peut connaître l'histoire de cette blessure. En fait, cela marche avec les blessures, superficielles ou profondes, les plaies, fraîches ou non, les cicatrices, et, pour ceux dont l'esprit est extrêmement faible, les tâches de naissance. Cas extrêmement rare, parce qu'elle évitera de les toucher, ne voulant pas connaître le passé d'une personne qui ne lui appartient pas. Ah, et le meilleur de tout. Qui a dit qu'il y avait une limite spatiale ? Personne ? Exactement. Elle peut localiser la douleur de quelqu'un au Paradis alors qu'elle se trouve en Enfer ( exemple, hein ). Et ce ne sera pas moins puissant qu'une personne à côté d'elle, non, non, l'intensité restera la même à un mètre ou un million de kilomètres de distance..

Avec le temps, Lola a appris à se focaliser sur une seule personne, qui se retrouve au "premier plan" et les autres en "arrière-plan". Moins douloureux, mais érodant très facilement l'esprit. Dans le sens que cela la fatigue davantage au-delà de cinq minutes, elle évite de le faire, en règle générale. Ou sinon, elle opère un blocage, et se concentre que sur une seule personne qui se trouve dans son champ de vision. Bon, petit hic, le blocage ne marche que sur les pensées, et les émotions n'étant pas trop fortes. Ah, et lorsque je parle de personne, j'inclus les animaux dedans. Il n'y a pas que vous, dans la vie. Et oui, je sais, c'est dur à entendre mais... c'est ainsi.

Cependant, le mode dans lequel elle est en permanence est celui du "filtrage". C'est assez simple, en réalité. Tout ce qu'elle ressent, pensées, émotions, douleurs, elle les filtre, et c'est comme si son esprit les rangeait au fur et à mesure dans un tiroir correspondant à une personne. Cela lui permet d'avoir la paix, mais cela lui demande une concentration nécessaire. L'avantage pour elle, c'est qu'elle ne ressent "comme à la normale" que ceux qui se trouvent dans un périmètre de deux mètres autour d'elle. L'inconvénient, c'est que si elle le relâche sa concentration, tout viendra la happer d'un seul coup.

Les douleurs, elle les ressent jusqu'aux tréfonds d'elle-même et elle les voit. C'est une sorte de point rouge à l'endroit où la personne a mal. Si la douleur est d'ordre psychique, elle sentira juste que la personne souffre, sans savoir de quoi. Enfin, si, elle peut savoir, soit par la couleur du point ( rouge - physique -, bleu - maladie psychique -, violet - tourments mentaux - ), soit en se " focalisant" sur la personne. Chose qu'elle ne fera pas... Systématiquement. Les émotions, elle les sent, toutes ont une odeur distincte selon la personne, mais elle saura toujours associer à l'odeur l'émotion/sentiment qui correspond. Elle les ressent également. Les pensées, elles se bousculent dans sa tête.

Bien sûr, son pouvoir ne marche absolument pas sur elle-même. Ce pouvoir est compliqué ? C'est une Malédiction ? Comme tous les pouvoirs de la famille Johns. Bienvenue dans la Secte Rinëine...


Arme : Anneau magique.

Un anneau qui peut être soit un arc souple, agile et performant, soit une lance dont la pointe, faite de diamant entre autres est incassable, soit... Bah, un anneau entouré de pointes trempées de narcoleptiques. Des pointes qui ressemblent à des arabesques et non à des pointes. Que de cachettes...


Situation familiale :  Leur famille est gigantesque. Pour vous donner un ordre d'idée, Lola a douze arrière-arrière-grand-mères et arrière-arrière-arrière-grand-pères. Et ce ne sont pas les plus anciens de l'arbre généalogique de la famille. Rien que cela parle. Leur famille, ce n'est pas une secte, c'est pire. Relations de pouvoirs, de stratégie, de politique, de tout, absolument tout. Pire encore, lorsqu'une personne de la famille est amoureuse, tous le sauront. Idem si ladite personne est en train de procréer. Et la procréation est une affaire politique très importante dans cette famille. Coucher ou non avec telle personne et non avec une autre peut devenir une affaire, voire un problème, politique. Oui. Flinguez-vous.

Lola s'entend bien avec ses parents. Quelques cousins par-ci par-là. Elle s'est entourée de ceux qui lui ressemblent, et est, malgré tout, une personne influente de la famille. Que l'on soit clairs. A part ses parents, sa nièce préférée ( Zuma ), son cousin adoré ( Jonathan ), sa troisième grand-mère ( Audrey ) et l'aîné de ses arrière-grand-pères ( Daniel ) du côté maternel, elle ne blaire aucun membre de cette secte de malades. Ah, et ce n'est pas parce que je dis " un " qu'elle n'en a que le nombre dit, hein. Il y en a plus. Et, oui, il y a des personnes que Lola ne supporte absolument pas, ce sont ses trois sœurs. " Des bordels d'enfoirés égoïstes, avares et ambitieux comme des lards ! ", dirait Koizu. Lola ne le dirait pas de la même façon, mais l'idée reste la même.
Code:
[color=#]Malédiction des Sens || Lola S. Johns (pris 1 fois)[/color]
Code:
Anneau magique || Lola S. Johns

Forme

✖ De quoi a-t-elle l'air ?

Lola, sous sa forme de Néphilim, est une jument ailée dorée. En comptant ses ailes ( faisant chacune un mètre soixante quinze ), elle fait bien trois mètres soixante sept de largeur. Et de hauteur... Hm... Un mètre quatre-vingt sept. Plutôt dangereuse et imposante, cela reste Lola. N'ayez crainte. Elle a les yeux rouges, rappelant son sang démoniaque, mais une corne d'une couleur d'or pur, rappelant son sang divin. Son pelage est doré, mais sa crinière et sa queue sont de la même couleur flamboyante que les cheveux de Lola ; roux donc.

✖ Quelles sont les aptitudes que vous avez en plus ?

Sa corne permet de soigner n'importe quelle blessure, bien qu'elle ait une limite de temps selon l'importance de la blessure. Elle ne soigne ni les maladies, ni du poison, ni de la paralysie, mais soigne les brûlures et les infections. Et, malheureusement, sa corne ne sert à rien s'il faut poser des points de suture. Elle a également un pouvoir sur la lumière, mais très limité ; elle peut juste la modeler en des jets de lumière qui peuvent brûler, déstabiliser. Ou bien, se protéger des attaques extérieure, et dans ce cas elle se mettra à scintiller. Le pouvoir de soin de sa corne vient également de la lumière.

A part cela, Lola a une vue périphérique à 380° absolument parfaite dans un rayon de sept mètres, et également une excellente vision nocturne sans limitation spatiale. Elle peut aussi voir de façon très précise dans un rayon de plus de dix kilomètres, selon où elle se trouve, de nuit ( où sa vision sera meilleure ) ou de jour. Agile, extrêmement rapide, mais sa force musculaire reste la même.

✖ Et le contrôle que vous avez sur elle ?

Lola peut se transformer partiellement ou totalement, et a sur ses transformations un parfait contrôle. En revanche, si son pouvoir lui fait ressentir une douleur insoutenable et, paradoxalement, si elle ressent un vif et immense bonheur, son aura se mettra à s'illuminer. Et, pour le premier cas, elle se transforma dès la douleur insupportable ressentie. Pour le deuxième cas, elle devra se transformer dans la journée et, plus elle se retiendra, plus la transformation viendra la chercher.

Code:
Pégase doré, de fede211295 ( création unique ) || Lola S. Johns



Physique
Ceux qui ne la connaissent absolument pas diront qu'elle a un manque cruel d'hygiène, ce qui, entre nous, est absolument faux. Lola ne s'encombre tout simplement pas de dix millions de tenues, elle n'en a qu'une seule. Enfin, elle n'a que la même tenue dans sa garde robe, en plusieurs fois, et c'est seulement le bas qui change d'une tenue à l'autre. Le corset-bustier blanc aux extrémités ( au niveau de la poitrine et de la taille ) d'arabesques de dentelle noire ne change absolument pas. Cette noirceur renvoie à son collier qui moule son cou, noir, tantôt doté de perles noires, tantôt de pièces de soie, tantôt d'un simple fil de cuir.

Mine de rien, elle soigne un minimum son apparence, et prend garde à toujours être présentable. Elle porte toujours son long collier de perles blanches, enroulé deux fois. Elle pourrait ressembler à une noble rebelle du XVIII siècle. Sachez qu'à cette époque-là, elle s'habillait également ainsi. Oh, j'oubliais... Elle possède, ce qui se nomme en anglais, des " Opera Length Fingerless Gloves " d'une blancheur totalement immaculée. Ce sont des gants couvrant les trois quarts du bras, s'arrêtant donc après le coude, qui ne couvrent pas les doigts. Un anneau de tissu blanc s'enroule simplement autour du majeur, et elle les portera toujours avec elle. Je vous l'ai dit. Seul le bas change.

Parfois, cela sera un pantalon de cuir très souple et noir, parfois ( cas le plus fréquent en notre temps ), cela sera un short de cuir très souple également et noir enfilé par-dessus des bas blancs dont l'extrémité au niveau des chevilles est fait de dentelle noire. Dans tous les cas, les bas qu'elle porte lui garantissent la liberté et la souplesse de mouvements qu'il lui faut. Vous l'avez compris, la jeune femme est plus dans les tons blancs et noirs, et sa penderie ne contient que ces tenues, en neuf ou dix fois chacune. Environ trente tenues en tout ? Oh, mais dites donc, vous savez compter !... Vous la connaissez un peu mieux, niveau vêtements, vous devriez vous estimer satisfaits désormais, non ? Quoi ? Toujours pas ? Ah, ces mathématiciens...

Et bien... Vous êtes bien persévérants, hein... Nous passerons donc à sa coiffure, tant que nous sommes dans le sujet... Avec sa chevelure de feu, elle se montre plutôt simple. Elle rabat les trois quarts de ses cheveux roux du côté droit, et accroche une broche retenant le reste de ses cheveux... roux ( non, vous croyez ? ) du côté gauche. Ladite broche représente deux roses brunes en corolle, dont deux feuilles sont représentées par des perles blanches, qui marquent seulement le contour desdites feuilles. Ce que vous venez de lire n'a pas d'importance ? Hm... Pour cette partie, c'est plutôt ce qui va suivre qui n'en a pas. Retenez ses vêtements, leurs détails. C'en est presque d'une importance capitale. Pour elle. Certes.

Ses lèvres fines d'un rouge rosé sont toujours étirées en un sourire aimable, avec quelques nuances douces, chaleureuses ou légères. Ses yeux d'un bleu aigue-marine tirant sur un gris clair sont remplis de gentillesse et de bonté. Sa peau est blanche, avec de légères teintes rose clair, mais vraiment très légères. Elle n'est pas spécialement dotée d'une grande force, et n'est exceptionnellement rapide non plus. Avec une corpulence fine et élancée comme la sienne, cela ne choquera personne ( elle mesure 1m 72cm 50mm pour 53,024 kilos. Une taille de guêpe, nous vous l'avions dit ; et non, elle n'est pas squelettique ou anorexique, elle a simplement une corpulence de mannequin ). En revanche, elle possède une réelle souplesse, une magnifique et formidable souplesse. Elle ne possède pas du tout de muscles saillants, restant tout en finesse, mais ne sous-estimez pas pour autant sa force musculaire. Elle reste une Johns. Son corps est capable d'exécuter des contorsions aussi spectaculaires qu'impensables.
Mental
Lola, c'est un ange. Un véritable ange de bonté. Généreuse et ouverte, elle n'hésitera pas à aider son prochain, si celui-ci est honnête. D'une gentillesse et d'une douceur sans limites, vous croiserez rarement une personne comme elle. Que voulez-vous, Lola, c'est un ange. Elle est extrêmement sympathique, et cherchera les embrouilles le moins possible. Suivant ses idéologies d'Harmonie, de Paix, et d'Apprentissage, qui sont des idéologies typiquement asiatiques ou latino-américaines, pour la majorité d'entre elles, elle ne se met jamais en colère. Elle est calme et posée, et cela ne changera pas de sitôt. Plutôt silencieuse, elle est très attentionnée envers les autres et possède un sens de l'écoute et la compréhension allant au-delà, parfois, de toute raison. Lola préfère largement s'occuper des autres qu'elle-même, sans se négliger pour autant, et sera toujours prête à écouter les autres et les aider dans leur malheur. Elle peut comprendre qu'une personne tue, si cette dernière n'est pas irréfléchie, et fera de son mieux pour l'aider. Souriante, elle masque absolument toutes ses émotions et ses états d'âme, et garde tout pour elle. Enfin, pour elle seule, en excluant Nana et Koizu, en fait.

Réservée, elle ne partage pas si facilement sa vie et ses ressentis avec les autres, et ne partage que le strict minimum avec Koizu et Nana. Qui sont celles à en savoir le plus sur Lola, c'est dire. Discrète, vous pourrez presque ne pas la voir si son physique d'albinos et sa chevelure de feu l'étaient autant que sa personnalité. A cause, ou grâce, à son pouvoir, Lola a des tendances agoraphobes, même si elle sait très bien que son "blocage" n'atteint pas les douleurs des autres, elle n'aime pas du tout s'infiltrer dans les rouages d'une personne, humaine, divine, démoniaque, hybride, ou animale. Malheureusement pour elle, elle ne peut maintenir son blocage éternellement, et elle ne le fait que lorsqu'elle dort. Avec toutes ses aptitudes, elle est particulièrement méfiante envers les personnes qui l'approchent, même si cela ne se verra absolument pas avec son sourire éclatant. Elle use d'ordinaire un langage versant dans le courant-à-la-frontière-du-courant/soutenu.

Elle ne supporte en revanche les personnes qui mentent, qui utilisent les autres pour faire des tâches qu'eux-mêmes peuvent faire, ainsi que ceux qui se la jouent et qui ne connaissent pas les valeurs de la modestie et de l'humilité, qui font totalement partie d'elle. Avec ce genre de personnes, dans lesquelles vous pouvez rajouter les sanguinaires irréfléchis et les femmes ou hommes à la cuisse légère juste pour " le fun ", elle possède un langage familier, voire vulgaire. Sa patience et sa tolérance sont très élevés, sauf là. Chacun ses faiblesses... Vous ne verrez pas qu'elle est agacée, mais si vous avez le malheur de l'interpeller, lui demander son avis, ou de tenter de faire tomber la goutte qui fera déborder le vase, elle fera dans le même registre. C'est-à-dire qu'elle vous demandera poliment de dégager de son majestueux passage et de lui foutre la paix.

Elle s'est forgée une force mentale conséquente, tout comme un vaste panel de connaissances en tous genres. Elle est intelligente, c'est indéniable, et possède une confiance en elle qui restera ancrée et inchangée. Elle n'en ignore pas pour autant ses limites, qui sont nombreuses. Elle évite, dans la mesure du possible, de blesser autrui, sauf si elle n'en a absolument pas le choix, ou bien dans le cadre d'un entraînement qui a pour objectif de se surpasser. Comme elle dit, toujours plus loin, toujours plus haut, toujours en se dépassant soi-même et ce, inlassablement.

Et n'oublions pas de parler de Koizu et Nana. Ce sont ses deux autres personnalités, très distinctes l'une de l'autre. Commençons par Nana. Une fois qu'elle a une idée dans la tête, elle ne la lâchera pas. Elle reste une personne très déterminée, mais qui a ses manières. Courtoise, respectueuse, elle ne parle qu'en langage soutenu avec des mots qui, parfois, ne sont plus dans le langage actuel, dépassés d'au moins deux siècles. Ou bien dans un langage courant près du soutenu... Vous pourriez la qualifier de pédante, une érudite qui sait tout sur presque tout, sauf qu'elle ne le montre pas. Elle a le miracle d'être modeste.

Parfois un peu naïve, elle a un caractère doux et aimable se rapprochant plus de Lola que celui de Koizu. Et le langage de cette dernière ne plaît pas du tout à Nana, tout comme ses envies de sang constantes. Pas plus que ses enfantillages à vouloir tout le temps compliquer la tâche à Nana. Malgré qu'elles ne manquent pas de se taper dessus, au fond, elles s'aiment bien. Mais très très au fond. Elle représente le côté divin de Lola, qui est une Néphilim, rappelons-le. Ensuite, je vous conseille d'éviter Koizu. Dès que cette dernière a une proie en tête, elle la traquera jusqu'à ce qu'elle obtienne ce qu'elle veut. Guerrière, sanguinaire, d'une franchise épatante et d'un vulgaire à faire frémir les " racailles " mêmes, Koizu est le stéréotype des samouraï assoiffés de sang. Sadique, un peu psychopathe sur les bords, elle pense souvent à comment elle va faire chier Nana, dont elle n'apprécie pas la bonté.

Les deux formes se font chier mutuellement, et particulièrement sur un terrain : le langage. Koizu est plus dans le langage vulgaire, familier si vous avez de la chance. Malgré ses grands airs, elle est compréhensive, et reste consciente des pouvoirs de Lola. En fait, elle n'est compréhensive et attentionnée - à sa manière de folle - qu'envers Lola. Elle a bien compris que c'était elle qui dirigeait et que c'était elle le corps principal. Malgré qu'elle soit sanguinaire, Koizu est doté d'un don de la nature pour la stratégie, et n'a encore jamais foncé tête baissée. Ou alors son coup était calculé. Koizu fait tout pour frapper six fois avant l'adversaire, calculatrice et réfléchie comme elle est...

Histoire

1635. Au mois de Décembre, alors que Noël approchait à pas lents, une petite fille à la peau blanche et aux cheveux roux naquit, avec le sourire aux lèvres. Agitant ses petits bras çà et là, mais ne ressentant absolument pas ce qu'elle touchait. Elle fut de suite considérée comme étant " le cas à part ". Les Rinëins ne comptaient que des personnes à la peau mate, parfois blanche, mais tous avaient des cheveux noirs ou brun sombre. La petite qui naissait ressemblait en tout points à une parfaite albinos, née dans les Pyrénées espagnoles de l'ouest, non loin d'un volcan "éteint". La dénommée Lola était née dans une forêt inexplorée de ces montagnes, par le plus grand des hasards. Et c'est là qu'elle fut élevée durant ses dix premières années par sa mère, qui ne voulait qu'elle affronte la dure réalité de la-plus-que-secte qui était leur famille, et qui se faisaient appeler par abus de langage les Jonhs.

1645. Le premier lieu qu'elle vit après la forêt fut l'intérieur d'un volcan, parcourut de roches et de chemins rouges qu'elle voulut toucher. S'agitant et en tendant le bras, nul doute n'était permis ; Lola s'apprêtait à prendre de la lave dans sa petite main. Sa mère, Cathy, l'en empêcha, bien évidemment. Lola n'était encore qu'un enfant, de dix ans, certes, mais dont la peau était suffisamment chaude par la température des lieux. Ce que sa mère ne savait pas, en revanche, c'est que Lola ne ressentait pas cette chaleur. Elle se sentait bien. Elle souriait toujours autant, et ne semblait nullement contrariée de l'interdiction qui lui a été posée. Elle avait compris que cette coulée rouge pouvait la brûler, et pourtant, elle n'en avait jamais vu.

Elles traversèrent le volcan sans encombre, mais il y eut un incident. Les nombreuses créatures qui rôdaient dans les lieux n'étaient pas toutes amicales, vous vous en doutez, et lorsqu'un espèce d'oiseau de pierre lui fonça dessus, Lola prit peur et sauta dans les bras de sa mère. Là, sa mère se mit à proférer des mots doux et la bête s'en alla après quelques grognements. Sauf qu'en s'en allant, elle se cogna légèrement l'aile droite. Et que Lola grinça des dents, émettant un léger cri, et porta sa main à son bras droit. Cathy, surprise, enleva la main de sa fille et, constatant qu'il n'y avait rien, lui demanda où elle avait mal. Car ce n'était pas du tout la première fois que sa fille réagissait ainsi.

- Machin a mal à l'aile droite. J'ai mal au bras droit.

Elles ne s'attardèrent donc pas dans ce lieu, et se dirigèrent vite vers le manoir. Il fallait encore marcher deux ou trois kilomètres, et le cerveau de sa mère tourna à toute vitesse. Elle parlait avec sa fille, et cette dernière lui indiqua même un "point rouge" qui montrait la douleur de l'animal. Elles décidèrent qu'elles en parleraient plus tard, mais Cathy signifia bien à sa fille qu'elle allait devoir apprendre à se maîtriser, car sa famille n'étaient pas du tout des tendres. Lola hocha la tête, signifiant qu'elle avait saisi l'ordre sans en avoir saisi sa portée. Ne pas montrer quand elle avait mal, elle avait compris. La petite fille s'arrêta et s'allongea de tout son long dans la neige. Elle ne se rendit même pas compte que la neige était douce et froide, elle se rendit surtout compte que son corps se sentait mieux.

Le manoir sombre était désormais sa demeure. Sa mère lui expliqua des règles de base pour pouvoir survivre dans cette famille de malades. Tout d'abord, faire profil bas, et ne pas se vanter de ses capacités. Lola savait de quoi parlait sa mère. Du fait qu'elle avait une agilité, une précision, et une souplesse remarquables. Pas spécialement rapide, mais suffisamment pour ce qu'elle faisait. Sa mère parlait aussi du fait que sa fille, mine de rien, était très intelligente, lisait beaucoup, expérimentait beaucoup, s'enrichissait de diverses manières et faisait ce qu'elle souhaitait. Quatre points que ne partageait pas sa génération dans la famille. Elle en avait encore pour un moment pour arriver dans cette antre de l'enfer, aussi Cathy donna sept cartes très détaillées à sa fille. Le manoir, dans ses plus complexes détails, absolument tout ses passages secrets et souterrains, ainsi que les dangers de cette maison, et le seul endroit qui lui était interdit pour l'instant. D'autres parchemins sur chaque personne de la famille dans ses plus grands détails, lesquels éviter, absolument ou non, ceux dont il fallait se méfier...

- Maman, si tu les crains tant, pourquoi tu m'y amènes ?

Réponse très claire. Parce qu'elle n'avait pas le choix. Lola ne prêta pas attention aux pensées et émotions de sa mère, préférant se focaliser sur celles de son ami Mister Bill qui commentait tout sur tout, et elle filtrait le reste de ce qu'elle ressentait par les autres, et c'est comme si ils se retrouvaient au fin fond de l'horizon, des sortes de pensées, émotions, et douleurs, qu'elles ressentaient comme elle voyait le lointain. Cela ne l'empêchait pas d'ignorer les douleurs soudaines et impromptus, et ses yeux qui se plissèrent légèrement témoignaient de sa concentration sur son pouvoir et sur ce que disait sa mère.

Cela ne l'empêchait pas d'ignorer les flots de colère, les pensées les plus manipulatrices les unes que les autres, comme les douleurs aiguës. Le filtrage n'empêchait rien, il lui permettait juste de mettre à distance. Lorsqu'elle parvint aux portes du manoir, et qu'elle vit un garçon de son âge la saluer, un flot de haine la percuta de plein fouet et lui fit lâcher sa concentration sur son filtrage. Aussitôt, tout l'assaillit, comme dans une salle de tortures où tous les instruments étaient utilisés contre elle. Elle s'accroupit et se tint la tête, et sentit distinctement cette odeur d'œuf pourri et de cramé. Mépris, dédain, et colère. Et bien, sa mère l'avait prévenue, mais elle ne pensait pas que cela allait atteindre de sommets pareils. C'était un véritable cauchemar. A peine elle entra que sa mère lui indiqua sa chambre, spacieuse, et lui somma d'aller se vêtir.

Elle en ressortit avec les vêtements qu'elle allait toujours porter par la suite, son corset-bustier blanc aux extrémités de dentelle noire, son pantalon de cuir noir, des bottes en cuir, des " Opera Length Fingerless Gloves " blancs enfilés, un accessoire dans les cheveux. Sa tenue était décidée, elle n'allait désormais que se vêtir ainsi. Elle choisit également un autre bas, au cas où l'envie lui prendra de changer. Et elle resta enfermée dans sa chambre de longs jours, histoire de lire tous les documents que sa mère lui donnait. Ce ne fut que deux semaines plus tard qu'elle affronta la réalité de sa famille, après avoir appris ses coutumes, ses traditions, ses règles auprès de sa mère. Et ce, de manière très détaillée.

1993. Affreux. Monstruosité. Heureusement que Lola avait appris à se concentrer totalement sur son filtrage durant toutes ces décennies. Elle repensait aux massacres des guerres qu'elle avait subies, et rien que d'y penser, cela lui faisait davantage encore mal au cœur. Une odeur de miel exécrable lui atteignit les narines, la coupant dans sa nostalgie naissante, et elle sut de suite qui se dirigeait vers elle. Un de ses frères et sœurs. Cette odeur... Elle correspondait exactement au comportement hypocrite de l'époque victorienne. Une voix mielleuse, une attitude courtoise, mais seulement en apparence. Une hypocrisie sans bornes derrière. ... Quelle horreur...

Depuis quelques temps déjà, ils vivaient à Sygridh. Enfin, une partie de la famille... Ils étaient, en tout, plus de sept cents dans cette famille de fous furieux. Et, naturellement, tous ne vivaient pas au même endroit. Ils possédaient des manoirs lugubres dans tous les pays stratégiques pour eux. Lola était allée à Sygridh sans hésiter quand les seuls membres de la famille qu'elle appréciait projetaient de s'y installer. Petit problème, toute sa clique de frères et sœurs avaient dû venir également. Lorsque l'odeur de miel affreux se fut changée en une odeur d'oignons, elle put reconnaître précisément de qui il s'agissait. Et ne dit absolument rien quand l'intrus entra dans ses appartements.

-" Ta saleté d'hôpital est opérationnelle... "

Elle ne dit rien, se contenta de l'ignorer pour qu'il parte plus vite de lui-même et, par son filtrage, ne pas avoir à lire les pensées immondes qu'il ressentait. C'était le frère qu'elle arrivait le moins à... comprendre. Dans le sens d'encadrer, de supporter, bref, tout ça. Mais son sourire doux et léger s'agrandit quelque peu. Elle allait pouvoir pleinement aider les autres, en commençant par Sygridh. Et cela... Cela la ravissait.


✖ Quel est le nom de votre familier et pourquoi ?

Ah, vous parlez de Mister Bill... A l'origine, quand Lola l'a découvert, il disait s'appeler Bill, alors Lola n'a pas cherché à déformer son prénom. Elle l'appelle Mister Bill simplement parce qu'elle trouvait que cela sonnait mieux. Elle voulait se montrer polie au départ, et n'a pas changé une fois que Lola eût appelé Mister Bill ainsi.

✖ A quoi ressemble-t-il ?

C'est une grenouille verte de taille normale à la langue extensible et élastique, et qui, en prime, est doté d'ailes de fées vert pomme/amande.

✖ Quel pouvoir a-t-il ?

Son pouvoir est assez simple. Quand il chope quelque chose avec sa langue sans salive, il mange. Quand il y a de la salive, il garde l'objet/l'animal/la personne en lui. Assez encombrant pour un curieux comme lui qui choppe tout ce qu'il peut. Malgré tous les objets qu'il doit contenir, dont nous nous abstiendrons de compter, il ne change pas de taille pour autant. Il peut faire recracher le dernier objet qu'il a gardé en lui, ou bien le faire apparaître à ses côtés, pour peu qu'il se souvienne de la forme et de l'objet en question.

✖ Quel est son caractère et votre relation ?

Comme dit précédemment, Mister Bill est si curieux qu'il ne se souvient pas forcément de tout dans l'instant. Avec un bavard tel que lui qui parle de tout ce qui trouve autour de lui de manière peu compréhensible et, il faut le dire, assez puérile, ou enfantine, au choix, et qui a une mémoire sélective, c'est une tâche ardue que de retrouver un truc/machin/être vivant qu'il a gobé.. Quoi qu'il en soit, notre ami parle beaucoup, beaucoup trop même, et il est incapable de se taire. Presque incapable, il se tait quand il sait que Lola ne l'écoute pas. Ou quand il sait que Lola souffre trop ou est très heureuse, en bref, dans des situations où il sait qu'elle préfère le silence.

C'est le seul à pouvoir entendre Koizu et Nana sans se faire assaillir. D'ailleurs, inutile de vous fatiguer à ouvrir ou fermer votre esprit, c'est inutile. Il parle comme vous et moi. Il peut transmettre ses pensées à Lola, qui la supporte, l'aime, c'est pour cela qu'il est fidèle, attentionné et loyal envers elle et que, et seulement que, envers elle.

Code:
[b]Grenouille verte ( Mister Bill )[/b], Instant Lunch by strerenus ( création unique ) || Lola S. Johns

In real life
Mon pseudonyme fréquent est trop pour en avoir un fixe x), j'ai trois cents dix sept ans et j'aime ... ben... Demandez plutôt ce que je n'aime, ce sera plus simple xD. J'ai connu le forum par la fonda, qui d'autre ? *w* et j'apprécie trop de choses ( le fofo, ses membres, les /PAN/ ) ; encore une fois, demandez plutôt ce que je n'apprécie pas. Le code est Ouh god, je l'ai oublié depuis le temps xD Lui, non ? Tourner à gauche, puis à droite, et encore à droite, ensuite reculer de trois pas et ... Vous voici nulle part !.

Faut pas manger trop de chocolat, ça fait saigner du nez. Vécu x)



Dernière édition par Lou Kelen le Jeu 19 Juin - 21:30, édité 1 fois (Raison : Corrigée)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Lola Séraphine Waynë Johns || Qui a dit que la gentillesse n'avait pas pour source une malédiction ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nos chers auteurs...(Abel/Lola)
» Horrible...Histoire de la petite Lola...
» Padawan Lola Taah [terminée]
» Lola Flemming
» LOLA HARPER ♛ Treat me like your mother

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sygridh : New Battle :: Personnage :: ✐ Présentation des personnages :: √ Fiches approuvées-