AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Une rencontre psychologiquement éprouvante || Will & Lola

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Une rencontre psychologiquement éprouvante || Will & Lola   Jeu 17 Avr - 19:06

Mensonge ou vérité
William se tenait derrière le comptoir de son salon de thé, nommé Sinful Souls dans un moment de rare ironie. Enfin rare était un bien grand mot...Disons qu'il était plus habitué au sarcasme et à l'ironie au sens péjoratif du terme qu'aux plaisanteries gentiment moqueuses. Et c'est bien une plaisanterie innocente qui avait donné lieu au nom du salon de thé/café/restaurant qu'avait ouvert Will peu après son arrivée à Sygridh. Une plaisanterie qui avait d'ailleurs beaucoup plut à Nina. La petite démone trouvait tout ce qui avait trait à leur situation quelque peu exceptionnelle (s'entend par là un Sage de Lumen avec une démone comme familier) tout à fait hilarant.

La petite féline lui tenait d'ailleurs compagnie, ce jour-là. Elle avait précisé qu'elle ne restait que parce qu'elle avait pitié de lui, tout seul dans le restaurant vide mais William soupçonnait que la démone avait juste envie de passer du temps avec quelqu'un. Ou peut-être était-elle fatiguée de sa semaine d'exploration qui l'avait tenue éloignée de la maison et voulait se reposer. Quelle qu’en soit la raison, elle était allongée sur le rebord de la fenêtre, très occupée à faire sa toilette.

L'application que la féline rousse mettait à se lécher le dos fit sourire l'homme. Même lui avait un cœur, et Nina était la seule à s'en être approché. Il fallait dire qu'elle était persistante et c'était dur de ne pas succomber à sa jovialité. William en avait fait l’expérience personnellement.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, leur relation avait mal commencé. Pour leur défense la pluie battante ne les avait pas aidés à être de meilleur humeur. Enfin, bref, Nina était partie en le traitant d'infâme menteur et William avait été, comme à son habitude, convaincu que la vie ne valait pas la peine d'être vécue. Ils ne s'étaient rapprochés que par un concours de circonstances assez...inexplicables. Pour résumer, Nina avait été jalouse d'un esprit divin qui souhaitait devenir le familier de William et après une sombre histoire de compétition, Nina avait prit le poste.

Comme à chaque fois qu'il pensait positif, un souvenir de jours sombres remonta insidieusement vers le courant de ses pensées. Son humeur obscurcit, il asséna un coup fatal au souvenir et le renvoya dans les abysses de son être.

C'est ce moment que choisit une jeune femme pour entrer dans le salon de thé, captant instantanément l'attention du patron des lieux. Il plaça avec une aisance qui ne venait qu'avec l'expérience un sourire factice sur ses lèvres.

"Bonjour, bienvenue à Sinful Souls." dit-il quittant le comptoir pour s'approcher de la cliente.

Revenir en haut Aller en bas
Date d'inscription : 10/03/2014
Source de l'image : June by Chibi, de Deviantart
Graphiste(s) : Joon Kay 8D
Messages : 223
Sexe fictif : Féminin
Emploi : Directrice d'un hôpital, chirurgien et kiné également

MessageSujet: Re: Une rencontre psychologiquement éprouvante || Will & Lola   Sam 19 Avr - 16:40

Jamais Lola ne put envisager que son insatiable sympathie et son éternel sourire seraient mis à aussi rude épreuve. Avec l'ouverture de son hôpital, les affaires allèrent rapidement bien. … Qui dit affaires qui vont bien dit patients en grand nombre et, surtout, dit capharnaüm insupportable à supporter pour notre Néphilim. Même le filtrage ne suffisait pas tant les émotions qu'elle sentait, les pensées qu'elle entendait et les douleurs qu'elle voyait ne cessèrent de narguer ses sens. Évidement, Lola continua de sourire, de soigner du mieux qu'elle le put, de laisser son aura joyeuse et généreuse envahir les lieux qu'elle foulait. En tant que directrice de cet hôpital, médecin et kinésithérapeute, elle se devait de garder les lèvres étirées en un sourire sincère. Car seuls ceux-là mettaient du baume au cœur de ses patients. Pas de tous, mais elle ne pouvait faire le bonheur du monde entier. Par plusieurs fois, son adorable nièce lui disait de s'arrêter, de faire une pause, car elle savait le calvaire qu'endurait notre maudite jeune femme. Par plusieurs fois, elle refusa, s'adonnant à sa tâche avec entrain et bonne volonté. Plusieurs jours se déroulèrent ainsi, jusqu'à ce qu'elle décide que son corps et son mental avaient besoin de repos.

C'est ainsi qu'elle se retira dans le Manoir familial, laissant son corps se reposer et son mental se requinquer. C'est dans cette perspective qu'elle se leva un matin, heureuse, reposée, avec l'intention de se remettre au travail dès le lendemain. Cela était avant. Elle avait oublié trop vite qu'elle était une Néphilim. Rares étaient les moments où Koizu et Nana ne se bagarraient pas et se taisaient pendant plus de dix minutes. Alors une semaine, imaginez un peu le caractère impossible de la chose. Alors qu'elle s'habillait de sa tenue habituelle et descendit les escaliers en suivant, une odeur d'oignon et de miel trop sucré lui envahit les narines. Sourire doux aux lèvres, Lola ne retint pas son soupir amusé. C'était également sans compter sa famille sectaire de fous furieux superficiels et méprisants.

- « Et bien, grande sœur ! Tu travailles cinq jours, et il te faut trois jours de repos ? Son altesse généreuse aurait-elle eu un quelconque problème ? », la railla-t-il d'une manière courtoise. … Plus ou moins au vu de son ton.

- « Oh, du tout, cher Sébastien. En vous souhaitant une bonne journée, j'ai à faire... », lui répondit-elle d'un ton doux et sympathique.

La voix masculine de son petit frère retentit dans sa tête ; encore une fois, ce dernier l'avait insultée en l'appelant '' enfant pourri gâté ''. Et, encore une fois, Koizu ne put s'empêcher un commentaire.

Pourri gâté ? Nan mais le sale gosse de bourges, quoi ! Et encore, je suis méga sympa, là ! C'est quoi ce salopard qui passe ses heures à faire son hypocrite à la con ?!

Koizu, je te prierai de surveiller tes pensées et leur registre linguistique ! Que Sébastien fasse son matamore n'est point un problème pour nous deux, ne déranges pas plus Lola... Mais surveilles ton langage, par tous les dieux !

Déranger Lola ? Excuses-moi, débilos, mais c'te quiche est requinquée, j'vais pas fermer ma gueule de magnifique personne durant six plombes neuf, hein !

Taisez-vous !

Visiblement, toute forme d'espoir était perdue d'avance avec ces deux-là... Qui reprirent aussitôt leur querelle. C'est ce moment-là que choisit Mister Bill pour sauter sur son épaule, bien se positionner contre la nuque de Lola, et plaquer ses ailes contre son corps. Ainsi, elles ne se voyaient pas. Disons juste qu'une partie de son dos luisait. Comme si le destin s'acharnait contre notre Johns, la guerre du langage entre Koizu et Nana prit une telle ampleur qu'elle ne put se concentrer sur son filtrage, et tout vint la happer d'un seul coup. Des douleurs, des émotions, des pensées, tout vint se bousculer dans ses sens. A un tel point qu'elle dévala les dizaines de marches qu'il lui restait, tête entre les mains, recroquevillée sur elle-même, en tombant. Opérant un blocage, elle se focalisa sur Mister Bill. Qui était inquiet, mais qui faisait au mieux pour juguler son émotion et ses pensées. Lola s'y raccrocha, se releva en regardant autour d'elle et se concentra de nouveau sur son filtrage. Personne ne l'avait vue, ni entendue, elle pouvait s'enfuir en paix.

Suivant les pensées de Mister Bill, elle s'enfuit près de la ville où elle prit un bus plein à craquer. Elle maintint son filtrage, et rajouta un blocage par-dessus en se focalisant sur Mister Bill. Elle ne put tenir longtemps. A peine un quart d'heure plus tard, ceux autour d'elle lui demandèrent si elle allait bien. Certains sincèrement, d'autres parce qu'ils se trouvaient obligés d'agir ainsi. Elle descendit donc en ville, enlevant son blocage. Durant toute cette journée, jamais son sourire n'avait cessé d'être sincère. Enfin, nous étions encore au beau milieu de l'après-midi. Conscient de toute la concentration que déployait son amie dans son filtrage encore bancal, Mister Bill se contenta de la guider vers les lieux les moins peuplés. C'est ainsi qu'elle se retrouva dans la Cité, entourée d'odeurs plus ou moins nauséabondes. Quelques odeurs agréables vinrent toutefois lui piquer les narines. Elle s'y dirigea, ne souhaitant pas rester près de personnes aux émotions et pensées plus désagréables les unes que les autres.

C'est ainsi qu'elle se retrouva à rentrer dans un bar vide. Complètement vide. Malgré son filtrage, elle entendait toutefois des voix, ainsi qu'une odeur de citron. Elle regarda aux alentours, et vit un homme. D'une trentaine d'années à en juger par sa carrure, sans aucun doute. Elle le regarda et vit plusieurs points de couleurs, répartis sur son foie, son cœur et sa tête. Secouant la tête, son éternel sourire au visage, elle s'avança vers l'homme. Une odeur piquante, certes, mais pas comme celles qu'elle avait enduré dans la rue. Donc, il avait une première apparence qui avait bon fond...

Il est pas bien dans sa tronche, c'lui là. Pis, il est blond. C'est forcément un enfoiré. Méfies-toi, Lola, j'te jure, il va te faire un coup bas d'ici trois secondes.

Ah, Koizu, je te prierai de nous laisser le plaisir de garder tes pensées closes. Et justement, le fait qu'il soit d'une teinte jaune solaire est plutôt positif...

Jaune solaire ? Mais quelle poète ! D'un jaune pisseux, oui !

Et sinon, vous pouvez vous la fermer, vous deux ? … Merci.

Un sourire au visage, l'homme s'avança. Un serveur, et visiblement, il était également le patron, à ce que ses pensées disaient. Un sourire plus léger, mais toujours aussi sincère, se posa sur son visage. Elle ne voulait pas savoir sa vie. Elle ne voulait pas en savoir sur lui. Pour qui se prenait-elle, à fouiller ainsi les autres ? Ignorant les pensées de Koizu, elle écouta la voix masculine lui parler.

"Bonjour, bienvenue à Sinful Souls."

Elle pencha sa tête de côté. Ainsi, c'était cet homme qui avait une odeur de citron ? Elle se rapprocha de lui et l'odeur de citron se fit plus forte. Elle plissa les yeux. Ah mais tiens, le citron était jaune aussi...

C'est ce que je disais, le citron, ça fait mal ! Et vu qu'il est blond... Pardon, jau-ne so-lai-re, il va te faire du mal ! Nan mais écoutez-moi quoi !

Koizu, s'il te plaît, tais-toi.

Lola maudit ses pensées de diverger ainsi. Koizu et Nana reprirent leur querelle pour débattre de la couleur de cheveux de l'homme, et c'est ainsi qu'un long silence s'installa de nouveau. Les yeux de Lola s'écarquillèrent, et elle se pencha respectueusement en s'excusant le plus platement possible. Elle devait dire quelque chose. Quelque chose de poli, de préférence, et surtout de sincère. Elle chercha quelque chose à dire, un sourire léger aux lèvres, pendant que les deux autres continuaient leur bagarre.

- « Bonjour, très cher... Le jaune solaire est plus... » elle s'interrompit en plein milieu de sa phrase.

Elle sentit une pointe d'exaspération poindre, mais elle se concentra sur son filtrage. Quelle idiote elle faisait, depuis quand était-elle aussi stupide ? Aller jusqu'à répéter ce que Nana disait...

Mouhahahaha, la nuuuuuulle ! Lola, tu vois, ça veut dire que ses cheveux sont jaune pisseux, bref, qu'c'est un blond, quoi ! Et que c'est un enfoiré qui va te faire du mal ! Tu vois, tu vois, j'ai toujours raison !

Ah, toi, fermes-là !

Vos registres linguistiques sont d'une bassesse sans noms et...

Toi aussi, tais-toi ! Un peu de silence, que diable, j'ai besoin de me concentrer !

Te concentrer pour parler, t'as vraiment rien dans ton grain de sab...

FERMEZ-LA !

Elle passait pour une femme stupide à présent... Décidément, cette journée mettait sa sympathie et son sourire à rude épreuves, même si ces deux points irradiaient d'elle toujours autant. Elle respira un grand coup, yeux clos, renforça son filtrage, et les ouvrit sur l'homme. Rien n'allait alors que, cette semaine, pour une fois, elle s'était enfin sentie utile... Et voilà que deux goujats allaient remettre cela en question... Penchant sa tête de côté, elle reprit la parole d'une voix calme, posée et sympathique.

- « Excusez-moi, mes idées divaguent... Et je vous remercie de m'acceuillir avec tant de patience. », elle s'accorda une pause avant de reprendre. « Serait-il possible de boire du thé, ou bien l'heure est décalée ? »

Elle se mordit discrètement l'intérieur de la joue. Même sa politesse et son respect marchaient de travers, quelle horreur... Heureusement qu'elle savait se rattraper. Regardant les yeux de l'homme, elle sentit une nuance cramée dans l'odeur de citron qu'elle percevait. Tiens donc...

H.R.P:
 


Dernière édition par Lola S. Johns le Sam 19 Avr - 22:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Une rencontre psychologiquement éprouvante || Will & Lola   Sam 19 Avr - 18:00

Et un ange apparu
La jeune femme qui venait d'entrer ne répondit pas immédiatement, penchant sa tête sur le côté en silence. William profita de ce moment pour la détailler. Elle était belle, c'était un fait. Sa chevelure rousse et ses vêtements moulants lui allaient à la perfection. Des yeux bleus et une taille fine venaient compléter le portrait qui se traçait dans l'esprit de William. Il compléta son examen en notant qu'elle avait l'air jeune. Il s'apprêtait à classer la jeune femme dans son dossier mental de 'personnes rencontrées' mais au dernier moment ajouta un air d'anormalité. Parce qu'il en était sûr, cette femme n'était pas humaine.

Portrait complété, William se mit à attendre la réponse de la jeune femme, patiemment et un sourire aux lèvres. Deux puis trois minutes s'écoulèrent sans que rien ne se passe. Et bien qu'il n'en montra rien, Will commençait à se demander si elle l'avait bien entendu.

« Bonjour, très cher... Le jaune solaire est plus... » la jeune femme s'arrêta dans son élan.

William haussa un sourcil. Cette femme était bien étrange. Il concevait parfaitement que l'on ne soit pas humain, surtout qu'il ne l'était pas lui-même, mais il y avait des limites à l'étrangeté que l'on pouvait associer à un non-humain. Parler de jaune solaire sans préambule dépassait définitivement les limites. Il attendit tout de même patiemment qu'elle parle, son éternel sourire aux lèvres.

La jeune femme prit une grande inspiration et se lança.

« Excusez-moi, mes idées divaguent... Et je vous remercie de m’accueillir avec tant de patience. », elle marqua une pause avant de continuer. « Serait-il possible de boire du thé, ou bien l'heure est décalée ? »

La première réaction de Will fut de noter qu'elle parlait dans un langage très soutenu. Elle devait descendre d'un clan important...

Il n'accorda qu'un dixième de secondes à ce constat et enchaina sans perdre de temps sur sa réponse.

"Mais bien sur!" lui assura-t-il, un sourire lumineux éclairant son visage. "Laissez-moi vous guider à une table. Près de la fenêtre, peut-être ?"

Sachant pertinemment que tous ses clients répondaient par 'oui' à cette question, l'homme n'attendit pas avant de se diriger vers une table pour deux. Il tira la chaise afin de permettre à la jeune femme de s'asseoir. Une fois sa cliente installée, il lui tendit la carte des thés et desserts.

"Je peux vous offrir des thés verts, des thés noirs ou des thés parfumés. Je vous laisse le temps de choisir. N'hésitez pas à m'appeler lorsque vous aurez décidé."

Avec un dernier sourire, il se détourna et s'éloigna silencieusement.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Date d'inscription : 10/03/2014
Source de l'image : June by Chibi, de Deviantart
Graphiste(s) : Joon Kay 8D
Messages : 223
Sexe fictif : Féminin
Emploi : Directrice d'un hôpital, chirurgien et kiné également

MessageSujet: Re: Une rencontre psychologiquement éprouvante || Will & Lola   Sam 19 Avr - 22:31

Il s'impatientait, malgré que son visage ne marque nullement cela. Et la trouvait étrange par dessus tout. Lola envoya une pensée brève et explicite à l'adresse de Nana et asséna une claque mentale à Koizu. Ceci fait, elle parla de nouveau.

« Excusez-moi, mes idées divaguent... Et je vous remercie de m’accueillir avec tant de patience. », elle marqua une pause avant de continuer. « Serait-il possible de boire du thé, ou bien l'heure est décalée ? »

Il pensait qu'elle était d'une famille prestigieuse à présent. Elle se mordit la lèvre et sentit la bataille de Koizu et Nana la submerger. Elle se concentra vivement sur Mister Bill, mais ne put ignorer les querelles stupides de ses deux formes.

Je vous l'avais dit ! Un enfoiré de premier ordre, il n'y a qu'eux qui s'attachent comme des débiles aux apparences.

Quelle insolence et que de vulgarité ! Lola a excellemment parlé, ce n'est pas son tort si les vaines superficialités de façade ravagent les individus depuis mathusalem. Lola, tu as très bien agi, au contraire !

Peut-être, mais... Il vaut mieux s'adapter avant que mes manières ne me fassent réellement du tort.

Sitôt après sa nouvelle résolution, l'homme se précipita dans sa réponse, tout en restant le plus agréable possible. La jeune Néphilim regarda le sourire lumineux de l'homme, ne pouvant résister à l'envie de le lui rendre.

"Mais bien sûr!" lui assura-t-il, un sourire lumineux éclairant son visage. "Laissez-moi vous guider à une table. Près de la fenêtre, peut-être?"

Sa réaction ne se fit pas prier. Alors que lui pensait que les clients souhaitaient généralement être contre la fenêtre, ce n'était nullement son cas. Pourquoi ? Equation simple. Qui dit contre la fenêtre, dit vers les personnes qui passaient à l'extérieur, donc plus d'émotions, de pensées et de douleurs à supporter. Elle secoua aussitôt la tête, attirant son attention. Puis, elle regarda autour d'elle. Et lui désigna la table la plus éloignée de la porte d'entrée et de tout contact avec l'extérieur.

- « Plutôt celle-ci, si possible. », lui répondit-elle avec son sourire bienveillant.

Il l'y amena, et lorsqu'il tira sa chaise, elle ne put s'empêcher de secouer sa tête, amusée. Quel gentleman... Elle entendit le désaccord virulent de Koizu, mais l'ignora royalement. Elle avait suffisamment gâché sa journée. Lorsqu'il lui tendit la carte de thés, elle ne la consulta nullement. Et l'écouta avant toute chose.

"Je peux vous offrir des thés verts, des thés noirs ou des thés parfumés. Je vous laisse le temps de choisir. N'hésitez pas à m'appeler lorsque vous aurez décidé."

- « Alors je prendrais un Sakura Imperial, s'il vous plaît. »

Elle avait seulement entraperçu la carte des thés, et l'odeur de ce thé avait le don de l'apaiser. Car c'était une odeur de plénitude, de calme intérieur, une odeur qu'elle chérissait et ne sentait que rarement. Elle avait hâte de ressentir cette odeur. Alors qu'il préparait le thé, elle tiqua sur sa propre pensée. Fenêtre... C'est ainsi qu'elle reporta son regard vers une petite femelle, qui était dotée de couleurs plutôt surprenantes. Noires et rouges... Elle plissa les yeux. Quand Mister Bill sortit de sa cachette et parla avec Lola. Avec sa télépathie, ne souhaitant pas déranger le monsieur.

Ooooh, tu as vu ? C'est beau ! On dirait une chatte-démone ! Haha, une chatte-démone noire rougissante ! Dis, dis, je peux la garderage ?

Non, non, ne la manges pas, Mister Bill !

Ah... Bon, d'accord. Mais c'est dommage ! Ça ressemblage à un arc-en-ciel rouge noirissant !

Lola sourit et tendit sa main, sur laquelle Mister sauta et s'allongea de tout son dos. Lola regarda autour d'elle, mais ne trouva ni bol, ni eau. Quant à la grenouille, elle avait deux pattes enroulées autour de son pouce. Et la tête bien calée à la naissance dudit pouce. Aussi brusquement que soudainement, elle demanda à voix haute, d'un ton aussi agréable qu'une douce et petite cascade des jardins japonais.

- « Oh, et serait-il possible d'avoir également un bol d'eau ? »

H.R.P:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Une rencontre psychologiquement éprouvante || Will & Lola   Dim 20 Avr - 11:57

Le masque fissuré
Tout en s'affairant à préparer tasse, théière et pots, William observait la jeune femme du coin de l’œil. Il n'en était pas sûr, parce qu'il ne se souvenait pas de la dernière fois qu'il avait ressenti une telle émotion, mais il pensait être curieux. Tout simplement, parce que cette cliente se démarquait des autres. Par son apparence, certes mais aussi par son attitude. Pas seulement sa façon de parler mais aussi sa préférence pour la table isolée et son choix immédiat du Sakura Imperial. Il fut à peine surpris lorsqu'une grenouille sortit d'on ne sait où pour se poser sur la main de la rousse.

Il se détourna pour porter son attention à la bouilloire qui venait de signaler que l'eau était prête. Il plaça les feuilles de thé dans une boule à thé, qu'il mit ensuite à l’intérieur de la théière blanche décorée avec sobriété par des motifs japonisant. Il versa l'eau et referma la théière avec soin. Il plaça ensuite la théière sur un plateau avec une tasse, un pot à lait et un pot de sucre, avant d'emporter le tout à sa cliente.

"Et voici." annonça-t-il gaiement en plaçant les divers récipients sur la table.

Il s’apprêtait à lui demander si elle désirait autre chose mais elle le devança.

« Oh, et serait-il possible d'avoir également un bol d'eau ? »


William, en bon serveur, lui sourit.

"Mais bien sûr! Je vous apporte ça immédiatement."

Il retourna donc derrière son comptoir et farfouilla dans ses rangements pour trouver une assiette creuse. Il finit par trouver et se dirigeait vers le robinet, lorsque Nina sortit de sa transe toilettage. La petite chatte se tourna vivement vers la grenouille et ses pupilles félines se rétrécirent tandis qu'une lueur espiègle s'alluma dans les iris vertes. Elle bondit souplement de son perchoir et un instant plus tard était sur la table de la jeune femme à taquiner la pauvre grenouille du bout de la patte.

William jura intérieurement. Il s'empressa de remplir l'assiette creuse d'eau et s'avança vers la table à longues enjambées.

Il voyait la victime de Nina s'agiter et lui-même commençait à paniquer. Le démon prenait avantage de son moment de faiblesse et s'insinuait comme un liquide sombre dans ses veines. Il ne mit pas longtemps à contrôler chaque parcelle du corps de l'homme. Celui-ci se figea soudainement, les yeux grands ouverts. Il ne voyait plus la table et ses occupants, mais du rouge. Du rouge vif, sanglant, qui recouvrait tout. Il sentait un cauchemar se former mais il ne pouvait pas l'arrêter il ne contrôlait plus rien.

Il se débattait intérieurement, faisant tout ce qu'il pouvait pour ne pas se noyer dans la mer sombre qu'était son démon. Mais le liquide le pressait de tous les côtés et l'attirait vers le fond inéluctablement...

"Will!"

Il se raccrocha désespérément au miaulement de Nina.

"Will!"

Il émergea brusquement. La scène devant lui redevenant normale. Avec pour seule nuance Nina qui se tenait désormais sur une table à côté de lui, levant la tête le plus haut possible et ses yeux verts remplis d'inquiétude.

William lui adressa un sourire et alla poser le bol d'eau sur la table de la jeune femme.

"Excusez-moi pour l'attente. Voici le bol d'eau."

Nina sauta dans ses bras sitôt ses mains libérées. Il l'attrapa et la tînt contre lui pendant qu'elle frottait affectueusement sa joue rousse contre le cou de l'homme.

"Avez-vous besoin de quoi que ce soit d'autre?"
demanda-t-il à sa cliente faisant de son mieux pour replacer son masque souriant.

Revenir en haut Aller en bas
Date d'inscription : 10/03/2014
Source de l'image : June by Chibi, de Deviantart
Graphiste(s) : Joon Kay 8D
Messages : 223
Sexe fictif : Féminin
Emploi : Directrice d'un hôpital, chirurgien et kiné également

MessageSujet: Re: Une rencontre psychologiquement éprouvante || Will & Lola   Lun 21 Avr - 2:24

"Et voici." annonça-t-il gaiement en plaçant les divers récipients sur la table.

Elle lui sourit aimablement, et regarda autour d'elle. Le confort de son ami la préoccupait. Quoiqu'il en dise, elle savait qu'il adorait se reposer dans des bols d'eau. Or, sa main était loin d'avoir l'humidité requise pour le repos d'une grenouille. C'est après un regard sur cette dernière qu'elle demanda à l'homme d'une voix douce et fluide :

- « Oh, et serait-il possible d'avoir également un bol d'eau ? »

Le sourire de l'homme lui fit un baume au cœur. Elle laissa ses pensées divaguer, et ces dernières allèrent naturellement vers Zuma, sa nièce. Qui ne ressemblait pas du tout à sa mère, dieu soit loué. Elle aurait adoré pareil endroit. Sa nièce avait beaucoup de points en commun avec Lola, et rien qu'à la théière immaculée aux motifs légers et apaisants... Elle aurait adoré. Elle allait devoir l'y amener un jour. Une phrase interrompit sa réflexion qui s'était déroulée à toute allure.

"Mais bien sûr! Je vous apporte ça immédiatement."

Elle le regarda s'en aller, vérifia le thé à l'odeur et ouvrit légèrement la théière pour en voir la couleur. Attendre encore un peu. Elle vit à peine la féline s'approcher de sa table pour taquiner Mister Bill. Réveillé dans sa séance de repos, il bougea de tous les côtés, puis finit par sauter sur l'épaule de Lola. Le tout en inondant cette dernière de pensées indignées quant à cette attitude. La Néphilim haussa les épaules ; une chatte restait une chatte, et ces dernières étaient très joueuses. Elle regarda son ami, celui-ci n'étant pas blessé, elle se rasséréna aussitôt. Mais une odeur lui fit tourner vivement la tête.

Une odeur de poireau. Qui se transforma en une odeur d'œuf mollet. Et elle entendit. Un battement de cœur totalement irrégulier. Elle fixa le serveur/patron de Sinful Souls. Il paniquait. Ce fut une émotion de détresse qui prit le dessus avec l'odeur de poireau. Elle sentit tout un flot de noirceur la happer, sans que ses sens ne puissent définir une voix, une vue, une odeur, rien. Et elle resta figée, les yeux dans le vide. Elle ne vit plus rien. Absolument rien. Comme si tout autour d'elle s'était noirci. Elle n'entendait plus rien non plus. Quel était cette sensation inconfortable et...

Tu vois, tu vois ! Jaune solaire, mon cul, jaune pisseux oui ! Je te l'avais dit que c'était un enfoiré ! Je te l'avais dit qu'il allait te crever à mort ! Mais on ne m'écoute jamais ! Et... Lola ? Lola tu m'écoutes ? OY !

Lola ? Quelque chose ne va pas... Lola, reprends tes esprits !

Quelque chose ne va pas, mais ça se voit, ça, enflure divine ! Regardes-la, on dirait qu'elle vient de se taper une douleur plus forte qu'elle n'en avait jamais ressentie au fond de ses tripes et... Oh non... Oh merde... Bordel de merde ! Sale type ! Enfoiré ! Salopard ! Arrêtes de faire souffrir mon souffre-douleur, putain !

Cesses ce langage outrageant ! Et cesses de l'employer à outrance, il ne t'entendra pas ! Cela dit... Lola ! Reprends-toi ! Concentres-toi sur ton filtrage, Lola ! ... LOLA !

Mettez-la en veilleuse, que diable, je vous ai déjà dit que j'avais besoin de me concentrer !

Se concentrer sur son filtrage ? C'était ce qu'elle faisait. C'était ce qu'elle faisait, et les gouttes de sueur qui perlait de son front montraient toute son ardeur à ignorer ce qui la submergeait. Ne pas se préoccuper de la vie des autres. Ne pas entrer dans leur vie. De quel droit faisait-elle cela ? Elle restait figée, ne sentit même pas son propre corps bouger. Sa main referma la théière convenablement, et elle retomba le long de son corps. Et puis tout se stoppa. D'un seul coup. Si brusquement qu'elle manqua d'y perdre son filtrage dans le même temps. Mais elle était si concentrée qu'il tint bon. Mais elle restait figée, regard vide, comme si elle ne voyait pas l'homme se rapprocher d'elle. Ni le bol d'eau se poser sur la table.

"Excusez-moi pour l'attente. Voici le bol d'eau."

Soudainement, la langue fine de Mister Bill dans son oreille la ramena à la réalité. Un sourire absent se dessina sur ses lèvres. Que venait-elle de vivre ? Quel était ce déferlement de noirceur totalement inconfortable ? Même les fous furieux de sa famille n'arrivaient pas à une telle noirceur. Eux, c'était d'une violence telle que son filtrage ne tenait pas et qu'elle pouvait même s'évanouir si Audrey, son ascendante, n'était pas là. Là, la violence était tout autre. Beaucoup plus profonde. Beaucoup plus tranchante. Beaucoup plus incisive. Et lente, s'immisçant doucement en elle...  

- « Merci. Et... ce n'est... rien... », sourire absent, une voix témoignant que son esprit était totalement ailleurs.

La langue fine de Mister Bill vint claquer à nouveau dans son oreille. Clignant des paupières, un sourire sincère et pur étira ses lèvres, et elle jeta un regard empli de remerciements à son ami. Avant de regarder à nouveau le serveur et d'incliner sa tête.

- « Je suis désolée. L'attente ne fut pas longue, ne vous en faites pas. »

Elle regarda la chatte frotter sa joue contre le cou du serveur. Puis Mister Bill s'approcher du bol d'eau et s'allonger dedans sur le dos. En faisant parvenir à son amie un flot de pensées, qui la firent sourire avec plus de tendresse. Il ne changera donc jamais...

"Avez-vous besoin de quoi que ce soit d'autre ?" demanda-t-il.

Elle regarda l'homme, et son regard se remplit d'une humanité profonde et étincelante. Vivre avec tant de noirceur... Comment faisait-il ? Comment faisait-il pour supporter cela ? ... Comment faisait-elle pour vivre avec une secte pareille et un don pareil ? ... Un son soudain l'interrompit. C'était juste Mister Bill qui avait pris une petite gorgée d'eau, et qui nageait calmement dans le bol.

« Vos pensées sont si noires... Pourquoi tant d'obscurité ?  »

A peine eut-elle eu le malheur de prononcer ces mots qu'un flot venant de Koizu et Nana l'envahit. Cela n'allait pas. A ce rythme-là, elle allait devoir se reposer pendant toute la nuit pour aller travailler à l'hôpital le lendemain. ... Pas question que ses patients la voient fatiguée, cela pourrait leur enlever ce sourire si beau et ce regard si sincère qu'ils avaient. Mais si elle se mettait à se reposer de nouveau, elle allait créer des problèmes administratifs...

Bordel, Lola ! Il t'a causé assez d'emmerdes, non ?! N'en cherches pas plus et cesses de vouloir aider tout le monde ! Il n'y a pas que des gentils monsieurs, putain ! Regardes-moi ce blond et ce regard machiavélique...

Koizu ! Elle pensait à ses patients ! Elle pense au bien de cet homme à la chevelure jaune solaire et au sourire luminescent ! Oublies ta... ta... ton facies pour une fois et penses à autrui, par tous les saints !

... Et sinon... Vous ne savez pas ce que " se la fermer " veut dire ? La troisième fois ! Stop ! TAISEZ-VOUS !!

Cela suffisait. Elle se servit une tasse de thé et en huma les chaudes vapeurs odorantes. Immédiatement, elle se détendit. Elle sentit les muscles de son visage se détendre. Elle regrettait de ne pas sentir ce qu'était des vapeurs effleurant son visage. Elle but une gorgée, et son visage se fit serein et calme, son regard tendre et empli d'humanité, son sourire sincère et plein de sympathie. Ne pas laisser sa curiosité la piquer. Piquer... Elle leva la main qui était tombée le long de la chaise et ouvrit sa paume. Resta perplexe devant ce qu'elle voyait. Ne ressentait pourtant aucune douleur.

Son ongle était incrusté dans sa paume. Deux de ses ongles. Elle prit ses deux doigts, et les retira. Elle ne sentit rien. Entendit le bruit, mais ne sentit rien. Son visage, son regard, son sourire, rien ne changea. Du sang commençait à couler. Elle mit sa main à l'horizontale, faisant comme une crevasse pour que le sang ne déborde pas, et la posa sur ses cuisses. Ce n'était rien, ce n'était pas important, pas besoin de s'en soucier. Ses perles de sueur s'échappèrent et se mélangèrent au sang dans sa paume. Ce qu'elle vit aussi. Elle ferma les yeux. Se concentra sur son filtrage. Regarda Mister Bill boire l'eau tout en laissant assez d'eau pour y nager. Elle rebut une gorgée d'eau et songea à ses paroles.

- « ... Excusez-moi... Je ne voulais pas être indiscrète.  »

H.R.P:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Une rencontre psychologiquement éprouvante || Will & Lola   Lun 21 Avr - 10:49

Ange et démon
La jeune femme avait le regard distant et un sourire absent se dessina sur ses lèvres. L'inquiétude envahit William. Ceci n'était qu'un hasard n'est-ce pas? Elle n'avait pas pu...Il devait savoir qui elle était, non, ce qu'elle était.

«  Merci. Et... ce n'est... rien... »

Son visage ne dévoilant rien de son agitation, William regarda la femme patiemment alors que celle-ci semblait enfin reprendre ses esprits.

« « Je suis désolée. L'attente ne fut pas longue, ne vous en faites pas. »

Il posa la question presque machinalement. S'interdisant de relâcher son sourire ne serait-ce qu'une seule seconde. Elle ne devait pas savoir, personne ne devait savoir. L'image d'un grand maigre à la chevelure noire apparut dans son esprit. Bon presque personne alors...En tout cas, pas elle. Il ne la connaissait pas mais savait qu'elle appartenait à ce monde-là. Et il ne voulait rien avoir à faire avec ces gens-là, ce monde et ses créatures. Il savait que ce n'était pas chose facile à Sygridh. Ils étaient partout et 'normal' n'avait pas la même définition qu'ailleurs. Mais comme le disait le dicton la meilleur façon de cacher un arbre est de le mettre dans une forêt.

Malheureusement, la femme annihila tout espoir qu'il avait de garder son secret.

« Vos pensées sont si noires... Pourquoi tant d'obscurité ?  »

William sentit son cœur s'arrêter. Elle savait. Il n'arrivait pas à former de penser cohérentes. Ses membres refusaient de bouger. Il était comme prisonnier d'une cage de glace.

« ... Excusez-moi... Je ne voulais pas être indiscrète.  »

William cligna des yeux et remit les pieds sur terre. Son regard se posa automatiquement sur la main sanglante de la jeune femme. Il se sentit calme tout d'un coup. Le démon avait revêtu un sourire grimaçant et pour une fois William s'accordait avec lui. A quoi bon nier? Elle savait tout. Mais cela ne voulait pas dire qu'il devait la laisser l'affecter. Elle pouvait se plonger dans son chaos interne si elle voulait, elle en souffrirai plus que lui. Parce que l'obscurité qu'il y avait en lui était le pire de tous les cauchemars.

"J'aimerais bien savoir qui vous êtes avant de vous répondre." lui dit-il calmement, sourire froid aux lèvres. "Et par qui, j'entends quoi."

Afin de se montrer plus convaincant dans sa demande il créa l'ébauche d'un monde cauchemardesque autour d'eux. Les couleurs s'assombrirent et virèrent aux tons rouges. Des ombres inquiétantes filaient sur les murs, sans jamais s'approcher d'eux.

Le regard perçant du serveur se posa de nouveau sur la paume de la jeune femme. Il posa Nina sur une table avoisinante, agissant comme si l'espace autour de lui n'avait pas changé. D'un geste précis il sortit un mouchoir en tissu de sa poche et attrapa la main de la femme. Il la banda sommairement avec le mouchoir avant de la lâcher pour reprendre sa place à quelques pas de la table de sa cliente.

"Comprenez que je n'ai pas l'habitude de dévoiler ma...noirceur à des étrangers." lui dit-il, sourire glacial toujours aux lèvres. "Je ne manque pas d'ennemis voyez-vous."

Son sourire se fit moqueur et une lueur inquiétante s'alluma dans son regard.

"Enfin...Ce n'est pas moi qui vous empêcherais de visiter. Simplement, vous risqueriez de ne pas en revenir."



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Date d'inscription : 10/03/2014
Source de l'image : June by Chibi, de Deviantart
Graphiste(s) : Joon Kay 8D
Messages : 223
Sexe fictif : Féminin
Emploi : Directrice d'un hôpital, chirurgien et kiné également

MessageSujet: Re: Une rencontre psychologiquement éprouvante || Will & Lola   Lun 21 Avr - 12:58

Elle en souffrirait plus que lui. Lola le regarda et, instantanément, elle vit de suite que quelque chose avait changé. Que des sourires factices. Un sourire glacial trônait au milieu du visage du serveur. Et de nouveau, une noirceur l'envahit peu à peu. Incisive, tranchante, profonde, et d'une lenteur démesurée. Mais son expression qu'elle s'était forgée, calme et sereine, son regard tendre et humain, son sourire luminescent, sincère et empli de sympathie ne la quittèrent pas. Elle était ainsi. Elle le regrettait. Elle ne voulait pas rentrer dans les méandres d'une personne, elle se l'était toujours refusé, et... Une personne différente et...

Elle en souffrirait encore plus que lui. La voix résonna dans sa tête, et elle se focalisait tellement dessus qu'elle n'entendit que cette voix dans sa tête. Mais son esprit était calme. Koizu lui avait dit qu'il n'allait pas la rater, et il ne la ratait pas. Mais Lola n'entendait pas Koizu. Ni Nana. Elle s'était totalement focalisée sur l'homme. Et ça, elle savait ce que cela signifiait. Elle voulait l'aider. Même si elle allait encore souffrir. Qu'importe. Elle allait rester calme. Sereine. Tendre. Humaine. Sincère. Qu'importe...

"J'aimerais bien savoir qui vous êtes avant de vous répondre." lui dit-il calmement, sourire froid aux lèvres. "Et par qui, j'entends quoi."

Elle souffrirait encore plus que lui. Elle ne regardait pas sa froideur, ignora le calme glacial de l'homme. Elle regardait les deux points violets, immenses, rayonnants, sur le foie et la tête de l'homme. Un traumatisme. Un traumatisme psychique. Ce n'est qu'après qu'elle prit conscience des paroles du serveur, et de ses actes. Sans qu'une seule fois son expression ne change d'une cellule. Les tons rouges et les ombres dansantes lui firent instantanément fermer les yeux. Rester calme. Calme...

Lola.. Lola... Lola ! Eloignes-toi de lui !

Lola ! Sale maso, va ! Espèce de déjantée qui croit que le monde est rempli de bisounours ! Si tu m'avais écoutée, non n'en serions jamais là ! Il ne faut jamais s'approcher d'un blond, regardes le résultat !

Son âme est si noire...

Attardée... Si tu veux morfler, restes focalisée, tu vas voir, tu vas savoir toute sa vie pourrie et remplie de roses noires. C'est ça qu'tu veux ?! Tu te rends compte que je vis toutes tes souffrances ? Et tu crois que tu vas pouvoir me cacher que t'es en train d'agoniser les quatre fers en l'air ? Tu sais à quel point je morfle, là ?! HEIN ?!!

Elle souffrirait encore plus que lui. Elle se focalisa à nouveau sur le serveur. Ouvrit les yeux en conséquence. Elle vit qu'il sortit un mouchoir en tissu de sa poche, elle le vit s'approcher... Et la noirceur s'engouffrer plus loin. Rester calme. Mettre de la distance. Ce n'était pas elle qui souffrait autant, c'était lui. Lui. Lui. Pas elle. Elle inspira profondément, expira profondément. Le remercia d'avoir arrêté l'hémorragie, sans qu'elle n'ait senti le moindre contact avec sa main. Effleura son torse pour qu'il s'éloigne. Il avait déjà esquissé le geste, et s'en alla à quelques pas de sa table.

"Comprenez que je n'ai pas l'habitude de dévoiler ma...noirceur à des étrangers." lui dit-il, sourire glacial toujours aux lèvres. "Je ne manque pas d'ennemis voyez-vous."

Pourquoi diable avait-elle esquissé ce geste ? Un flot l'assaillit. Une vague déferlante. Une mer calme. Une jeune femme. Et une tempête. Elle se concentra sur son filtrage et cessa de se focaliser sur le serveur. Points violets, traumatismes psychiques. Elle finit la tasse de thé d'une gorgée, calme, et s'en resservit une autre.

- «  Un Sage de Lumen possédant un pareil pouvoir... Je ne doute pas de vos ennemis. », lui répondit-elle avec tendresse alors qu'un sourire moqueur étirait les lèvres du serveur.

Lorsqu'une lueur inquiétante embrasa son regard, elle sentit Koizu vouloir prendre le dessus et suffoqua. Enfin, vu de l'extérieur, elle soupira, comme si elle avait avalé trop d'oxygène d'un coup. Lutter. Si Koizu prenait le dessus, cela allait mal finir, et Nana en paierait encore les frais. Elle huma les vapeurs chaudes du Sakura Imperial, et en but une énième gorgée. Si elle commençait à paniquer, il allait le flairer immédiatement. Donc, rester calme, expression inchangée. Elle allait se montrer que vivre avec des fous sectaires pouvait avoir du bon. Et puis, s'ils ne venaient pas, ce n'est uniquement parce qu'un danger extérieur ne la menaçait pas. Encore que...

"Enfin...Ce n'est pas moi qui vous empêcherai de visiter. Simplement, vous risqueriez de ne pas en revenir."

Elle éclata d'un rire sincère et cristallin. Doux, carillonnant et léger. Si sincère qu'elle en fut elle-même surprise. Son rire n'était en rien menaçant, mauvais ou quoi que ce soit d'autre. Il témoignait juste du fait qu'elle était étonnée. Elle le laissa se tarir, et se mit à parler, sourire plus que luminescent et joyeux aux lèvres.

-« C'est vrai, j'aurais dû me présenter avant toute chose. Ah... Excusez-moi... Je suis Lola, gentleman. Enchantée... », sa dernière phrase fut ponctué d'une inclinaison respectueuse de la tête.

Elle posa un coude sur la table, sa main venant soutenir son menton, et pencha légèrement la tête. Totalement rayonnante et amusée de sa propre attitude. Restant fidèle à elle-même, calme, sincère, emplie de compassion pour le monde qui l'entourait. Quelles que soient les souffrances que ce monde lui faisait endurer. D'une voix légère et amusée, elle répondit enfin aux glaciales phrases de cet homme.

- « Qui je suis, donc... Et vous entendez quoi par qui, en plus ? Mépriseriez-vous les êtres vivants pour me maudire à ce point ? Je suis une Néphilim, je suis déjà maudite. »

Pour être maudite, elle l'était... Qui voudrait d'une telle famille de fous furieux sectaires - oh, pardon, sectaire était trop réducteur - assoiffés de sang ? Qui voudrait ne rien ressentir tactilement, absolument rien ? Et qui voudrait d'un don qui commençait par Malédiction ? ... Elle n'avait pas à se plaindre, elle respectait trop son don qui lui permettait d'aider les autres. Ainsi que les rares membres de sa famille qui étaient pour elle de véritables piliers qui la soutenaient nuit et jour. Elle n'avait pas à se plaindre. Mais pour être maudite... Elle but une gorgée de thé. ... Elle était plus que maudite. Mais elle vivait, dans la lumière ou l'obscurcité, quelles que soient ses difficultés, elle vivait. Qui arrivait à vivre, à Vivre, de nos jours ? Trop peu d'êtres. Lola n'avait donc rien à dire, et n'avait pas à se lamenter sur son sort.

Parce qu'elle ne survivait pas, et ne restait pas accrochée à son passé.

Une phrase lui revint en mémoire. Ne jamais revenir ? Seul son sourire changea. Léger, doux, mais qui ne fit que renforcer ses mots.

- « Ne jamais revenir... Mourir ? Cela ne m'effraie pas, je devrais mourir un jour ou l'autre, comme chaque être, vivant ou inerte. Rester piégée ? Je le suis déjà, mais pas dans les rouages de votre âme. Mon "don" est mon piège. Et votre passé le piège de votre don... N'est-ce pas ? ? »

Elle se focalisait sur Mister Bill, à présent, bien occupé à se détendre dans son bol d'eau. Rechassant son inquiétude, vu qu'il savait que cela n'allait faire qu'empirer les souffrances de la Néphilim. Une mine sérieuse se composa sur son visage. Sourire doux et attentionné. Regard d'une telle humanité que ne pas le voir était impossible.

«  Ma question va vous paraître stupide, peut-être... Cela étant... Vous préférez le thé noir, le thé vert, le thé parfumé, ou cela dépend de vos humeurs ? »

H.R.P:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Une rencontre psychologiquement éprouvante || Will & Lola   Lun 21 Avr - 14:13

Entre le passé et l'avenir
Un éclat de rire aussi sincère qu'inattendu emplit la pièce. William, imperturbable, continua de fixer la jeune femme qui décidément semblait trouver la situation hilarante. Lorsque son rire s'éteignit, un sourire lumineux resta sur les lèvres de la jeune femme.

« C'est vrai, j'aurais dû me présenter avant toute chose. Ah... Excusez-moi... Je suis Lola, gentleman. Enchantée... »
dit-elle, en inclinant la tête.
Elle ne semblait pas du tout perturbée par le cauchemar environnant ou par la froideur de l'homme. Elle plaça ses coudes sur la table et continua d'une voix légère.

« Qui je suis, donc... Et vous entendez quoi par qui, en plus ? Mépriseriez-vous les êtres vivants pour me maudire à ce point ? Je suis une Néphilim, je suis déjà maudite. »

Dès les mots prononcés, le cauchemar s'effaça, le sourire froid devint agréable et les yeux de William reprirent leur habituelle chaleur distante.

"Ravie de faire votre connaissance. Comme vous l'avez déjà deviné je suis un Sage de Lumen, William Seavers."

Pendant qu'il parlait William s'attela à la tâche d'enfermer son démon derrière une barrière mental. Satisfait de l'installation, il s'employa à effacer les résidus de la présence maléfique de son esprit. Son masque parfaitement en place, il reporta son attention sur la jeune femme qui arborait désormais un sourire doux.

« Ne jamais revenir... Mourir ? Cela ne m'effraie pas, je devrais mourir un jour ou l'autre, comme chaque être, vivant ou inerte. Rester piégée ? Je le suis déjà, mais pas dans les rouages de votre âme. Mon "don" est mon piège. Et votre passé le piège de votre don... N'est-ce pas ? ? »


Les paroles de la jeune femme apportèrent une touche de sombre ironie à son sourire.

"Je n'entendais ni mourir ni piégée." lui affirma-t-il doucement, son ton tranchant avec ses paroles. "Vous seriez partei en étant Lola et vous seriez revenue toute autre. Étant Nephilim vous devez comprendre ce que c'est qu'allier bien et mal. Dans mon âme vous auriez compris combien les deux sont semblables, jusqu'à en oublier qu'ils sont deux choses différentes."

Il laissa sa phrase s'achever comme un soupir, comme si elle n'avait jamais été prononcée. Son sourire lumineux et son expression plaisante ne laissait rien paraître de l'atroce noirceur dont il venait de faire part à sa cliente.

«  Ma question va vous paraître stupide, peut-être... Cela étant... Vous préférez le thé noir, le thé vert, le thé parfumé, ou cela dépend de vos humeurs ? »

Le sujet de conversation étant redevenu léger et commun, William relâcha la tension dans ses muscles et l'atmosphère devint immédiatement moins pesante.

"J'aime tous genres de thé mais j'avoue pencher pour le thé parfumé à la rose." une moquerie imperceptible dans la phrase. "Mais récemment je me suis mis au café."

Une image se superpose à sa barrière mentale et la renforce, c'est un homme grand et maigre, un gout prononcé et parfumé avec une pointe d'amertume. Celui qu'il associait au café était devenu son bouclier contre le démon, une force qui s'ajoutait à la sienne et le protégeait. Si le thé à la rose était le passé, le café était l'avenir.

"Pourquoi cette question?"


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Date d'inscription : 10/03/2014
Source de l'image : June by Chibi, de Deviantart
Graphiste(s) : Joon Kay 8D
Messages : 223
Sexe fictif : Féminin
Emploi : Directrice d'un hôpital, chirurgien et kiné également

MessageSujet: Re: Une rencontre psychologiquement éprouvante || Will & Lola   Lun 21 Avr - 17:01

- « Ne jamais revenir... Mourir ? Cela ne m'effraie pas, je devrais mourir un jour ou l'autre, comme chaque être, vivant ou inerte. Rester piégée ? Je le suis déjà, mais pas dans les rouages de votre âme. Mon "don" est mon piège. Et votre passé le piège de votre don... N'est-ce pas ? »

L'ironie noire s'ajoutant à son sourire lui fit immédiatement comprendre. Point sensible. Aïe. Pourquoi n'avait-elle pas pu s'empêcher d'y penser ?

Et vlan, dans la gueule de cet enfoiré jaune pisseux ! Touché... Coulé !

Elle secoua doucement la tête, ne changeant pas d'expression. Décidément, Koizu n'en ratait jamais une pour placer ce genre de commentaires... Elle reporta son regard sur l'homme. Derrière ce sourire et ce regard... Factices ou non ? Bien qu'elle ne le montrait pas, elle était désormais méfiante. Une fois, pas deux. Lorsqu'il reprit la parole, elle l'écouta avec une attention telle qu'elle entendit et Nana la féliciter et Koizu ricaner.


"Je n'entendais ni mourir ni piégée." lui affirma-t-il doucement, son ton tranchant avec ses paroles. "Vous seriez parti en étant Lola et vous seriez revenu toute autre. Étant Nephilim vous devez comprendre ce que c'est qu'allier bien et mal. Dans mon âme vous auriez compris combien les deux sont semblables, jusqu'à en oublier qu'ils sont deux choses différentes."

Oh mon dieu. Rien ne changea sur le visage de Lola, mais si ledit William avait entendu le ricanement de Koizu et la guerre qu'elle menait désormais avec Nana... Il aurait vite compris. Bien sûr qu'elle savait ce qu'était qu'allier bien et mal. Mais ses deux formes... Visiblement, elles n'en savaient rien. Sauf en plein combat. Ah, ce qu'être une Néphilim et une Johns de surcroît aidait... Au vu de la manière dont il finit sa phrase, elle décida de ne pas relever. Elle avait parfaitement compris qu'il mélangeait passé et présent, que son époque de traumatisme l'avait profondément troublé. Les deux points violets l'attestaient.

Elle devait changer de conversation, sans vraiment en changer. De manière... Pédagogique. Lorsqu'une personne vous faisait part d'un poids, le mieux à faire est de l'accepter, de faire comprendre qu'elle l'avait accepté et compris en hochant la tête. Ce qu'elle fit. Et en préférant un sujet de conversation plus commun qui apaisait. Ce qu'elle fit. Et qui détendit le jeune William, à ce que son odeur disait.  

- «  Ma question va vous paraître stupide, peut-être... Cela étant... Vous préférez le thé noir, le thé vert, le thé parfumé, ou cela dépend de vos humeurs ? »

Totalement débridé comme question. Tellement qu'il y répondit immédiatement, sans tarder. Et que Nana ragea devant les vitupérations de Koizu. Quelles plaies...

"J'aime tous genres de thé mais j'avoue pencher pour le thé parfumé à la rose." une moquerie imperceptible dans la phrase. "Mais récemment je me suis mis au café."

Putain, la poisse, encore un dépressif... Nan mais sérieux, faut arrêter de déprimer pour une rose fanée ! J'te parie qu'il aime plus le thé parfumé à la rose parce que... Une fois, ce con l'a parfumé aux épines de la rose ! Haha, j'aurais trop voulu voir ce blond avaler des épines ! Mouahahaha, il aurait tellement moooorfléééé...

Lola but une gorgée de thé et regarda l'homme rester debout. Il n'aimait peut-être pas s'asseoir... Instinctivement, elle se leva souplement et lentement, sans bouger d'un pouce après.

Mais c'quoi ce faux-espoir ! Barres-toi, abrutie !

Toi, j't'ai pas claquée alors boucles-là !

Non mais. Nana avait au moins le mérite de se taire. Saleté de démone hystérique. Elle prit la tasse et l'approcha de ses lèvres, toujours levée. Bien décidée à s'asseoir lorsque lui s'assiérait. Un peu naïve comme pensée, mais enfin... Et ce fut en laissant la boisson chaude la calmer de son liquide bienfaiteur qu'elle tiqua. Avant, thé parfumé à la rose qui était le passé. Après, café qui est l'avenir. Ante-traumatisme et post-traumatisme ? Et pourquoi Koizu avait parlé des épines d'une rose ?

- « Les épines d'une rose meurtrissent et les pétales d'une rose guérissent... », souffla-t-elle à voix haute, douce et légère, en réponse à elle-même.

"Pourquoi cette question?", demanda-t-il simultanément à la prise de paroles de la rousse.

Mister Bill releva sa tête vers Lola et choppa un insecte qui volait et qui compliquait encore plus la tâche à la Néphilim. Ce qui la ramena à la question posée par William. Pourquoi cette question...

- « Excellente question, Captain Obvious... Je ne sais pas. »

Elle resta debout, prit une énième gorgée de thé, quand Koizu l'assaillit, encore plus forte qu'avant. Elle recula de quelques pas, et, aussitôt, Mister Bill lança sa langue fine dans l'oreille de Lola. Mais cela ne suffisait plus. Ses cheveux virèrent au rouge, redevinrent roux, puis virèrent au rouge et ce, inlassablement. Elle recula, se tint la tête, et sa chevelure rousse mi-longue se fit courte et rouge. Ses yeux se firent rouges sanguins. Elle portait les même habits, mais d'étranges marques rouges aléatoires ornaient sa peau. Et surtout, son expression était noire, fermée, ses yeux lançaient des éclairs, son sourire était diabolique. Psychopathe in the place.

Koizu ! Arrêtes ça de suite !

- « Ecoutes-moi bien, sale enflure ! Quand une personne détourne le sujet pour éviter que sa majesté l'enfoiré ne soit trop angoissé par son passé de roses, on ne pose pas une question aussi craignos ! Et si t'as avalé un jour la tige truffée d'épines de la rose et non le thé parfumé aux pétales de rose, tu le gardes pour toi et tu fais pas chier mon souffre-douleur, putain ! », lança froidement Koizu à l'adresse de William.

Koizu, mais t'as pété une durite ou quoi ?! VIRES !

- « En plus ! Déprimer en buvant son café et en restant dans son passé rose tout beau avant d'avoir eu un traumatisme ça sert à quoi ?! Mais t'es con ou t'es un enfoiré de mélancolique qui ne sait pas vivre ?! Et tu fais morfler Lola en plus ! Bordel ! Et tu... »

Koizu n'acheva pas sa phrase que déjà Lola reprenait le dessus et son physique changea en conséquence. Son visage n'avait pas changé, toujours aussi humain, calme, serein, un sourire lumineux. Seul son regard témoignait d'une très très très petite exaspération, cachée dans l'océan de douceur de ses yeux. Quand Kozu essaya de reprendre le dessus, Lola siffla, sèche. Ce qui contrasta avec son visage inchangé.

- « Stop ! T'as assez déblatéré tes commentaires pour aujourd'hui ! »

Inutile de dire qu'elle s'adressait à Koizu, cela se voyait. Son regard se détendit, et elle s'inclina si respectueusement que son intention transparaissait dans son geste.

- « Je suis désolée, vraiment désolée... », dit-elle alors, voix douce et légère, empreinte d'une compassion et d'une pointe imperceptible d'exaspération.

Elle ne bougea pas et resta ainsi, pendant que Nana incendiait Koizu de son attitude.

H.R.P:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Une rencontre psychologiquement éprouvante || Will & Lola   Lun 21 Avr - 20:53

Le yoyo divin
William fut légèrement surpris d'entendre la voix de la jeune femme se superposer à la sienne. Il reprit très vite contenance et répondit d'un ton léger.

"Parfois ce sont les pétales de la rose qui meurtrissent plus que les épines."

Oui, si Rose n'avait pas été si pure, si douce, si gentille; si à la place elle avait été tranchante et intouchable comme les épines de la fleur dont elle portait le nom, alors ce n'aurait pas été aussi dur de la perdre. Les roses et leurs doux pétales étaient si beaux que les voir se faner était plus douloureux, plus déchirant que d'être empalé par les épines. En cela, les roses étaient comme le bonheur.

« Excellente question, Captain Obvious... Je ne sais pas. »

La jeune femme venait de répondre à la question qu'il lui avait posé. Et ce de manière...assez inattendu. William haussa un sourcil marquant son étonnement quant à la réponse de la jeune femme.

Mais il n'avait encore rien vu de l'étrangeté de cette personne car peu après qu'elle ait parlé, l'apparence de la jeune femme commença à changer. De roux, ses cheveux devinrent rouges. Ils devinrent aussi beaucoup plus courts qu'avant et d'étranges marques de la même teinte apparurent sur le corps de la femme. Lorsqu'il croisa son regard William vit que ses yeux étaient eux aussi devenus rouges.

Il n'avait pas besoin d'être un génie pour voir que la femme en face de lui n'était plus du tout la même que quelques secondes auparavant. Plus Lola, donc, mais quelqu'un d'autre. Quelqu'un qui semblait le détester au vu de son regard noir et de son sourire diabolique.

« Ecoute-moi bien, sale enflure ! Quand une personne détourne le sujet pour éviter que sa majesté l'enfoiré ne soit trop angoissé par son passé de roses, on ne pose pas une question aussi craignos ! Et si t'as avalé un jour la tige truffée d'épines de la rose et non le thé parfumé aux pétales de rose, tu le gardes pour toi et tu fais pas chier mon souffre-douleur, putain !

Un tic nerveux agita le sourcil de William, seul signe de sa colère grandissante. Non mais, pour qui se prenait-elle celle-là? Que savait-elle exactement de lui? Il pouvait supporter qu'on déblatère pas mal de bêtises...

« En plus ! Déprimer en buvant son café et en restant dans son passé rose tout beau avant d'avoir eu un traumatisme ça sert à quoi ?! Mais t'es con ou t'es un enfoiré de mélancolique qui ne sait pas vivre ?! Et tu fais morfler Lola en plus ! Bordel ! Et tu... »

...mais il avait ses limites. En un instant, un yoyo avait glissé de sa manche et était serré dans sa main. D'un geste discret et si rapide qu'il en était invisible à l’œil nu, il passa le cordon du 'jouet' autour de son doigt.

Dans l'instant qui suivit, le yoyo partit à toute vitesse en direction du visage de la jeune femme qui était en train de changer à nouveau d’apparence. Elle dit quelque chose mais il n'y prêta pas attention. Elle baissa la tête et le yoyo ne fit que l'effleurer, suffisamment toutefois pour laisser une trainée sanglante sur la tempe de la jeune femme.

« Je suis désolée, vraiment désolée... »

Le regard aqueux de William se durcit alors que ses pupilles se rétrécissaient.

"C'est bien beau d'être désolé mais il faudrait peut-être commencé par avoir assez de contrôle sur soi-même pour ne pas avoir à l'être." asséna-t-il froidement à l'intention de la rousse. "Si j'avais aussi peu de contrôle que vous, nous ne serions pas en train de discuter en ce moment même."

Il prit une grande inspiration et ravala sa rage, repoussant les assauts du démon qui voulait plus que jamais faire surface. Le yoyo disparut dans sa manche et il reprit la parole, plus calme.

"Si vous n'avez rien d'autre à me dire, buvez votre thé et partez. Vous en avez assez fait."

Il se détourna à demi, reprenant Nina dans ses bras et dardant un regard glacial vers la jeune femme.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Date d'inscription : 10/03/2014
Source de l'image : June by Chibi, de Deviantart
Graphiste(s) : Joon Kay 8D
Messages : 223
Sexe fictif : Féminin
Emploi : Directrice d'un hôpital, chirurgien et kiné également

MessageSujet: Re: Une rencontre psychologiquement éprouvante || Will & Lola   Sam 26 Avr - 18:01

"C'est bien beau d'être désolé mais il faudrait peut-être commencé par avoir assez de contrôle sur soi-même pour ne pas avoir à l'être." asséna-t-il froidement à l'intention de la rousse. "Si j'avais aussi peu de contrôle que vous, nous ne serions pas en train de discuter en ce moment même."

Lola ne répondit pas, elle ne fit que s'avancer pour finir sa tasse. Lentement, avec calme et sérénité. ... Elle savait. Elle savait que sa panique s'était faite ressentir, c'est seulement pour cela que Koizu avait pu prendre le dessus. Mais l'heure n'était plus à s'apitoyer sur son sort. Son aura dégageait tant de calme et de plénitude qu'on aurait pu se demander si elle avait entendu le serveur ou non. Elle resta debout, et reposa sa tasse, n'ayant toujours pas vu ou senti qu'elle saignait au niveau de sa tempe gauche. Elle ajusta ses gants, puis entama une longue conversation mentale avec Nana, qui fut interrompue manifestement par l'homme qui s'était calmé.

"Si vous n'avez rien d'autre à me dire, buvez votre thé et partez. Vous en avez assez fait."

Prenant son amie dans ses bras, il lui jeta un regard glacial qu'elle soutint de son univers de douceur et de tendresse. Un sourire doux se peignit sur ses lèvres, cachant parfaitement ses intentions. Non. Elle n'allait pas abandonner. Jamais elle n'abandonnerait une personne vivant avec trop de noirceur. Elle ne fit que murmurer quelques paroles, aussi légères qu'une brise, et se retourna à demi également.

- « Les cerisiers ont toujours une fleur qui éclot après toutes les autres... »

Elle ouvrit la théière, la referma et vida son contenu. Qui ne remplit qu'une demi-tasse, qu'elle porta à ses lèvres. Respirant posément et avec une quiétude retrouvée. S'il voulait qu'elle parte, elle n'allait pas s'en priver. Par contre, c'était elle qui avait les cartes en main, lui avait joué les siennes... A elle de sortir une quinte flush royale, et de garder une carte entre ses doigts. Après tout, le Joker n'intervenait qu'en cas d'extrême nécessité. Elle ne devait pas encore l'utiliser... Pas encore, pas maintenant. Car la fleur de cerisier qui s'épanouissait après les autres s'ouvrait dans l'adversité. Et que Lola s'épanouissait toujours dans l'adversité. Elle allait commencer par poser un full aux as.

C'est ainsi que, en la nommant à voix haute, Nana prit la relève. De longs cheveux immaculés, des yeux d'un bleu cyan-bleu ciel, des signes aléatoires de la même couleur que ses iris... Et une attitude tellement sereine et apaisante qu'elle en devenait contagieuse. Elle posa son regard sur William, ignorant la froideur de son regard et lui renvoya des yeux d'un calme olympien. Aucune faille dans son attitude, aucun signe trahissant une quelconque émotion autre qu'une plénitude entière, un calme à faire pâmer les dieux de l'Olympe, et une humanité sans pareille. Elle s'avança vers le serveur, plaça sa main sur son épaule et lui dit des mots simples, soutenus mais simples. D'une voix posée et fluide. Apaisante.

- « Cher William... Les combats les plus longs sont certes les plus instructifs, mais, quitte à être dans l'obscurité... Ne survivez point, Vivez. »

Ceci dit, elle se retourna, laissant Lola prendre petit à petit le dessus. Une Lola qui se dirigeait vers la sortie et qui n'avait absolument pas payé. Ses blessures à la main et à la tempe avaient disparu, guéries. Elle se focalisait sur son filtrage, aidée par Mister Bill qui sauta sur l'épaule de son amie et s'y allongea confortablement. Les paroles de Nana étaient lourdes de sens, et répondaient directement à la pique froide que le serveur avaient prononcée à l'encontre des excuses de Lola. C'est en méditant là-dessus qu'elle se dirigea vers la sortie, et mit sa main sur la poignée de la porte. Puis s'arrêta. Sereine, calme, humaine, elle s'arrêta. Allait-elle partir, comme le lui avait demandé William ?

Lola... Cela ne sert à rien d'essayer d'éclaircir des ombres aussi épaisses que celui de ce jeune homme à la chevelure solaire. Si tu paniques dès que tu n'arrives pas à accomplir ton but, jamais tu n'aideras les personnes qui sont comme lui. Prends de l'assurance, et vas toi aussi dans les ténèbres profondes. Bats-toi, Lola, et peut-être reprendra-t-il son combat...

Elle lâcha la poignée. Et se retourna. Jamais elle ne partirait, jamais elle n'éprouverait une once d'hésitation quant à cette idée. Sa posture changea aux yeux de ceux qui savaient voir. De l'assurance ? Très bien. Elle en prendrait autant qu'il lui en faudra. Elle ne partira pas. Pas avant d'avoir compris. Elle défit le mouchoir qui lui enserrait la main, et le regarda. Des parties imbibées de sang... Elle devait le nettoyer maintenant. Elle revint vers sa table, et regarda l'eau du bol qu'il restait. Là où Mister Bill était. Il en restait un peu. Elle immergea les parties rouges du mouchoir, qui teintèrent en un rien de temps l'eau du bol. Elle répéta plusieurs fois l'opération, en essorant entre chaque essai. Puis, fixa le résultat. Les tâches persistaient, moins voyantes cela dit. Il lui fallait de la Javel, mais...

- « Vous aviez dit que j'en avais assez fait... »

Elle n'en rajouta pas plus, un sourire nostalgique. Au fond, elle le savait... Elle était totalement inutile. Aux yeux de sa famille, et de bien d'autres encore. Elle n'affectionnait pas cette sensation. Lola était bien placée pour savoir qu'aider tout le monde était impossible. Comme disait Koizu, le monde n'était pas un univers de bisounours. Elle ne pouvait pas aider tout le monde.

Et tes patients, espèce d'enfoirée ? Tu as oublié toutes les personnes que tu aides à l'hôpital ?! Sale égoïste ! Double enflure ! Insensible ! Reprends-toi, espèce d'idiote ! Qui dit tout le temps que se plaindre et s'apitoyer sur son sort ne sert pas à avancer ?!

Une flamme s'alluma dans son regard, et elle finit d'essorer le mouchoir. Mister Bill se pencha pour voir l'eau rougeoyante, et tapa dans ses pattes.

- « C'est beauté, le rouge mais... C'est très tristage, ce rouge pourprissant... Tu crois qu'on pourrait le javelage pour le blanchirage davantage ? »

Elle posa le mouchoir sur le table, en réfléchissant à comment elle pourrait le rendre à sa couleur d'origine. Puis repensa aux paroles du jeune homme, et reprit le mouchoir, pour reculer de quelques pas. Non, elle ne partirait jamais. Mais si elle doit en revanche s'absenter... Elle n'hésitera pas. Et s'absentera.

- « Je le nettoierai, et je vous le rendrai. »

A présent, si il ne l'en empêchait pas, elle partirait. Elle avait déjà amorcé le geste, de toutes façons. Et avait posé l'argent sur la table, histoire qu'il ne la retienne pas pour une stupidité monétaire pareille. Car, après tout, il voulait qu'elle parte, à la base. Et bien, elle ne fera que s'absenter.

H.R.P:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Une rencontre psychologiquement éprouvante || Will & Lola   Lun 28 Avr - 10:01

Bon débarras
Du coin de l’œil William vit la jeune femme copier ses gestes.

« Les cerisiers ont toujours une fleur qui éclot après toutes les autres... »

Il ne dit rien. Il était de plus en plus persuadé que cette fille avait plus de problèmes que lui. Des problèmes mentaux s'entendaient. Peut-être devrait-il faire preuve de bienveillance à son égard et appeler un asile?

Il ne fut même pas étonné par la nouvelle transformation. Cette fois les cheveux roux devinrent blanc et les yeux de la femme prirent une teinte bleuté. L'être quel qu'il soit, qui se tenait face à Will dégageait une aura de calme et de bonté qui l'irrita légèrement. Ce genre de gens lui paraissait toujours exister pour lui rappeler que lui-même était complètement à l'opposé. C'est ce qu'on appelle remuer le couteau dans la plaie.

« Cher William... Les combats les plus longs sont certes les plus instructifs, mais, quitte à être dans l'obscurité... Ne survivez point, Vivez.»

William haussa un sourcil peut impressionné. 'Vivez' disait-elle. Et de quel droit lui disait-elle comment il devait exister? Elle l'énervait à penser tout savoir, alors qu'elle ne savait visiblement rien. Toutes ces années il n'avait pas fait que survivre sinon il n'aurait jamais autant souffert. Il avait vécu et c'était pour cela qu'il était aussi sombre.

La jeune femme changea à nouveau d'apparence et redevint la rousse qui était entrée dans le salon de thé. Elle avait avancé jusqu'à la porte et avait une main sur la poignée. William allait l'arrêter étant donné qu'elle n'avait pas payé et qu'il ne se sentait pas d'une humeur très généreuse. Il n'eut cependant pas besoin de dire quoi que ce soit car elle lâcha la poignée et se retourna.

Elle revint vers la table qu'elle venait de quitter, le mouchoir qu'il avait utilisé pour bander sa paume à la main. Elle commença à le tremper dans le bol d'eau dans lequel sa grenouille s'était baigné. William la regarda se démener pour faire partir les tâches de sang pendant quelques minutes. C'était bien une gosse de riche celle-là, si elle ne savait même pas comment nettoyer du sang. Lui, il avait l'habitude.

« Vous aviez dit que j'en avais assez fait... »

Effectivement c'était bien ce qu'il avait dit. Ressentant une profonde lassitude, William décida de l'aider dans sa tâche, histoire qu'elle parte plus vite.

"Si vous voulez faire partir le sang, vous allez devoir rincer le mouvoir à l'eau froide et frotter la tâche avec du savon. Après vous rincez le mouchoir toujours à l'eau froide et vous le passez à la machine à laver." récita-t-il d'un seul souffle.

«Je le nettoierai, et je vous le rendrai.»

William leva les yeux au ciel.

"Si ça vous fait plaisir."

La fixant du regard avec insistance il attendit qu'elle atteigne la porte et parte. Plus rien ne la retenait après tout, d'autant qu'elle avait pensé à laisser de l'argent sur la table cette fois.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une rencontre psychologiquement éprouvante || Will & Lola   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une rencontre psychologiquement éprouvante || Will & Lola

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une journée éprouvante [PV Eden]
» Nos chers auteurs...(Abel/Lola)
» Horrible...Histoire de la petite Lola...
» LOLA HARPER ♛ Treat me like your mother
» (F/M) Victoria « Lola » Campbell • i'm not a fortune teller

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sygridh : New Battle :: Sygridh :: ≫ Ruelles commerçantes :: ❦ Restaurants & Fast-food-