AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Callaghan Ethel.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Date d'inscription : 11/05/2014
Source de l'image : Pixiv ID 36732280
Graphiste(s) : Moi-même.
Messages : 172
Sexe fictif : Féminin
Emploi : Etudiante.

MessageSujet: Callaghan Ethel.   Lun 16 Juin - 16:08


✖ Callaghan Ethel. ✖


Identité
Nom(s) : Liu, Kay,  récemment Callaghan.
Prénom(s) : Ethel

✖ Né à Cill Choca, en Irlande, il y a 19 années.

Sexualité : Incertaine.

Raison(s) de vivre : Vivre. Ne plus s'ennuyer, jamais, réussir à se distraire en permanence, ne plus jamais goûter à une sensation de lassitude. Réussir à jouir des plaisirs de sa condition de dragon tout en la cachant.

Code:
Tateyama Ayano, Kagerou Project || Ethel Callaghan
Divers
Particularités familiales : Sa forme de dragon est la seule chose qui puisse la lier à sa famille.

Race : Dragon.
Ces animaux mythiques existent bel et bien. Il est inutile de contredire ce fait puisqu'il est confirmé par l'existence d'un clan du nom de Kay-Liu.

Don : Contrat démoniaque.

Un papier, une plume, de l'encre et une signature. Congratulations ! Aussi simple que ça. Contrairement à ses confrères contrôlant les divers éléments, Ethel a la possibilité d'exaucer les souhaits des gens, avec un contrat soigneusement rédigé. Il est question d'échange équivalent, il n'est pas possible d'obtenir sans donner, la contrepartie est alors proportionnelle à la «taille» du souhait.

La clause de sortie est simple: pour annuler le contrat, il suffit de le déchirer, le brûler, le rendre illisible ou assez détérioré. Ainsi, si malencontreusement, le souhait que vous vouliez voir exaucer n'est pas réellement ce que vous souhaitiez, il suffit de déchirer ce bout de papier. Reste à réussir à le récupérer.

Malheureusement pour elle, Ethel ne peut évidemment pas exaucer ses propres souhaits et pour chaque bout de papier déchiré, son pouvoir diminue. C'est bien la raison pour laquelle, ceux-ci sont soigneusement cachés.

Est-il nécessaire de préciser que rarement Ethel rendrait réel le souhait que vous désirez ? La plupart du temps, si vous souhaitez réussir à tourner sept fois votre langue dans votre bouche avant de parler, c'est réellement ce qui arrivera. Demandez de réussir à garder votre langue dans votre poche, et vous trouverez réellement votre langue dans votre poche. Reste les fois où Ethel trouve son avantage en exauçant réellement votre vœux, lorsque la contrepartie l'intéresse suffisamment. Ou si elle vous apprécie. Elle a beau être douce de manière générale, une fois qu'elle a son devoir à exécuter, rien ne compte si ce n'est celui-ci ! Quitte à se jouer de vous.

Il lui est possible d'exaucer quelques petits souhaits en restant sous sa forme humaine, changeant simplement la couleur de ses yeux. Plus le souhait est gros, plus elle est obligée de virer dragon.

Arme : Son écharpe rouge.
Pure précaution. Si le milieu de son écharpe se constitue de pure et simple laine rouge, le reste dissimule une multitude de lames aussi tranchantes que discrètes. Il s'agit de lames purement ordinaires. Elle ne s'en sert que rarement, oubliant presque parfois l'existence des lames, se coupant plutôt régulièrement.

Situation familiale : Ethel a toujours été surprotégée par sa famille qui la couve bien trop à son goût. Sans réellement les détester, elle leur en veut énormément pour leurs agissements. Quand bien même elle est consciente qu'ils le font pour son bien, elle préfère s'éloigner de toute cette famille qu'elle considère comme la cause de son ennui. Toutefois, elle tente de mettre de côté ses différents depuis que Joon lui a cédé son indépendance. Un éloignement pour un rapprochement.

Code:
[color=#]Contrat démoniaque || Ethel Callaghan (pris 1 fois)[/color]
Code:
Lames  || Ethel Callaghan

Forme

✖ De quoi a-t-elle l'air ?
Si Ethel est une petite demoiselle au visage innocent et doux, sa forme démoniaque donne bien moins envie d'aller lui papouiller ses deux joues rondes.

Un immense dragon noir aux reflets rouges. Un regard sanglant, rouge, effrayant. On pourrait croire à la forme du visage de cette chose, qu'elle sourit en permanence, ironique, sarcastique, consciente de votre fin prochaine. Ses griffes sont acérées, ses ailes terrifiante.

A première vue, Ethel semble plus être un dragon de feu qu'autre chose. Ce rouge presque omniprésent confortant dans cette idée.

✖ Quelles sont les aptitudes que vous avez en plus ?
Une résistance plus forte, ses ailes lui permettent de voler. Elle n'a jamais eu l'occasion d'expérimenter plus.

✖ Et le contrôle que vous avez sur elle ?
un contrôle peu élaboré. Elle n'a pu prendre sa forme de dragon seulement quelques fois en 19 ans, ayant un énorme retard contrairement au reste de sa famille. Elle volette plus qu'elle ne vole.

Code:
Shadow Dragon, Ascynd || Ethel Callaghan



Physique
✖ Taille : 1m55.
✖ Poids : 47 kilos.
✖ Couleur de peau : Cadavérique.
✖ Couleur des cheveux : Noir/châtain foncé.
✖ Couleur des yeux : Noisette.
✖ Style vestimentaire : Sac poubelle.
✖ En plus ? Garde en permanence son immense écharpe, même lorsqu'il fait 32°c. Se planque derrière des cheveux trop longs. A souvent des cernes.

«Bonjour, je m'appelle Ethel, et ça fait 19 ans que ma peau a beau saigner, je ne vois rien.

Mais j'ai des yeux.»


Le vent frais s'engouffre dans ses longs cheveux d'ébènes légèrement ondulés qui flottent lentement dans l'air, au même rythme que cette écharpe rouge qu'elle garde sur elle, été comme hiver. Tout en écartant sa longue frange qui lui cache la quasi-totalité de ses yeux, elle ne veut pas qu'on la regarde. Détournant le regard d'un magnifique arbre, elle voit son reflet dans une vitre. Elle s'observe un instant. Ce teint pâle, ces cheveux d'un oscillant entre le châtain foncé et le noir qui lui cachent la moitié de son visage, ces yeux en amande, ce regard brun virant vers le rouge parfois, soulignés par de profondes cernes, ces lèvres gercés, ce corps frêle, presque décharné. Elle soupire. Lentement. Elle laisse à chacun une sensation étrange, comme si tout son corps était en réalité un être mort. Sans vie, juste une marionnette tirée par quelques ficelles.

Ethel pourrait être très jolie, si elle le voulait. Si elle coupait ses cheveux trop longs pour leur donner une  jolie coupe, si elle s'habillait un peu mieux, si elle camouflait ses immondes cernes, si elle arrêtait de se mordre les lèvres. Oh oui, Ethel pourrait être très jolie, simple, mais jolie. Si seulement elle daignait s'occuper un peu plus de son apparence, au lieu de ressembler à un chat sauvage. En attendant, elle est juste banale, quoi qu'un peu glauque. On pourrait la comparer avec l'une de ces vieilles poupées, qui donne le frisson la nuit, dans une vieille chambre avec un plancher qui grince.

Elle a l'air fatiguée, Ethel. Trop fatiguée, trop ennuyée, trop désespérée. Ca, elle le montre à son reflet. Au vide, au vent.

Mais alors qu'une personne vient à la rencontre de son champ de vision, elle abandonne cette mine terne pour un sourire rayonnant, et un regard un peu idiot. Elle dévoile un peu plus ses joues encore un peu rondes, faisant passer son air de poupée de chiffon pour une mine de demoiselle mignonne qui n'y connait pas grand chose à la mode. Pour essayer de faire rire, pour se faire rire, pour essayer de tromper l'ennui.
Mental
✖ Quelques défauts : Rancunière. Intrusive. Stressante. Brute.  
✖ Quelques qualités : Sociable. Douce. Attentionnée. Douée. De bonne volonté.

Ethel c'est.

C'est.

C'est Ethel. Purement et simplement complexe.

C'est une demoiselle qui semble ne s'animer qu'en présence de personnes autour d'elle. Dès lors qu'elle se retrouve entourée, son air morne disparaît pour laisser place à une demoiselle enjouée. Douce et serviable, elle se plierait en quatre pour rendre un service en souriant. Parce qu'elle sourit beaucoup, la petite demoiselle. Des sourires gais, tristes, amusés, nerveux, maladroit. Pour toutes les situations elle trouve à orner son visage d'un petit sourire.

De bonne volonté, elle ne cesse toujours de faire de son mieux dans n'importe quelle situation, se donnant à fond. Qu'il s'agisse de réconforter quelqu'un, d'offrir un cadeau, de jouer ou bien même de faire le mal. Contradictoire mais pas tellement.

Sans réel tabou, il est facile d'aborder n'importe quel sujet avec elle. Quand bien même il s'agirait de sa maladie. Elle en parlerait avec un sourire. Parce qu'il y aurait quelqu'un.

Joueuse, elle doit probablement tous les connaître et adore s'y prêter. Pour passer le temps, l'espace d'un instant. Que ça soit avec des enfants, des jeunes de son âges ou avec des adultes. Elle adore raconter des histoires, s’immiscer dedans seule ou à plusieurs, se créant un tout nouveau monde.

Plutôt vulgaire pendant ses moments d'agacement, elle essaye néanmoins de contenir ces jurons pour rester calme, prônant la délicatesse à la brutalité. Elle l'est pourtant parfois, brute. Sans réel tact, il lui semble souvent difficile de retenir certaines paroles qui peuvent blesser. Mais elle fait toujours en sorte de se rattraper, rassurant et réconfortant au mieux.

Ethel a beau être agréable, sociable, énergique, douce et pleine de surprise, elle reste une personne incroyablement frustrée et peinée.

Cachant le mieux possible cette partie d'elle, elle ne la laisse visible que lorsqu'elle se retrouve seule. Ou face aux membres de sa famille, bien habitués à cet état chez la demoiselle. Une coquille vide, à la fois dénuée de toute envie et recherchant ces envies. Plus jeune, elle était déterminée à vivre comme elle l'entendait, mais les frustrations accumulées ont peu à peu détruit l'espoir qui lui restait que ça soit possible.

Depuis qu'elle a eu la permission de s'éloigner de cette famille, elle a encore du mal à le comprendre, encore partagée entre l'abandon d'une vie normale et le désir ardent de vivre à cent à l'heure. Probablement à cause de toute cette frustration, Ethel est particulièrement rancunière, ne pardonnant presque jamais.
Histoire

« Je m'ennuie, je m'ennuie, je m'ennuie, je m'ennuie, je m'ennuie, je m'ennuie, je m'ennuie, je m'ennuie, je m'ennuie, je m'ennuie, je m'ennuie, je m'ennuie, je m'ennuie, je m'ennuie, je m'ennuie, je m'ennuie, je m'ennuie, je m'ennuie, je m'ennuie, je m'ennuie, je m'ennuie, je m'ennuie, je m'ennuie, bon dieu de bordel de je m'emmer-

_Ethel, ton langage.

_Je m'ennuie. »

Comme sujette d'une cruelle plaisanterie du destin, Ethel était aussi lassée que son envie de vivre était forte. Combien de temps, encore, avant que quelque chose de nouveau ne se passe ? Allaient-ils tous réellement la laisser stagner dans ces couloirs jusqu'à la fin des temps ? Elle détestait clairement cette maison qui l'abritait. Abandonnant sa mine d'enfant capricieuse pour son fameux air dénué d'émotion et vide, elle quitta le salon, frustrée.

Elle avait huit ans, n'avait jamais pu battre ne serait-ce qu'une fois des ailes,  et son cousin de quatre ans venait d'effectuer son premier vol.

Injustice.

Elle aurait pu voler, elle en était certaine. Elle était un dragon, elle était dure, elle avait des ailes, elle pouvait voler, point. C'était sa nature, son essence, elle aurait dû pouvoir voler comme n'importe quel autre crétin qui l'entourait. Mais non, on le lui refusait, encore et encore. Comme tout le reste, alors elle s'ennuyait. Alors elle observait, et détruisait sa jolie chambre bien rangée, balançant tout ce qu’elle trouvait sur le sol.

C'était tout de même fou, sur elle-ne-savait-combien de générations, elle devait être le seul dragon couvé dans cette foutue famille. Elle devait être le seul dragon né avec trop d'endorphine, aussi. Au final, elle connaissait le mot, pas franchement ses conséquences. Elle savait juste qu'on lui interdisait tout, et c'était purement frustrant. Pas le droit de voler, d'abuser de ses jeunes pouvoirs, de jouer avec d'autres enfants démons, rien. Elle n'avait même pas le droit de sortir seule. Même juste de rester trop longtemps seule. C'est bien pour ça qu'elle fut vite rejointe dans sa chambre, mise dans un capharnaüm immonde. A croire qu'on la détestait pour lui infliger un tel traitement.

« Mais maman ! Juste deux minutes, deux minutes ! Et avec Papa, ou alors quelqu'un d'autre ! Pas plus j'te jure, juste deux minutes.

_Ethel, on en a déjà parlé... Ecoute, on ne peut pas prendre le risque de te laisser voler. Il suffit qu'avant tu aies eu quoi que ce soit, et que tu tombes. Un malaise, n'importe quoi. Imagine une attaque ! Tu ne la sentirais pas, et tu t'écroulerais. C'est non seulement dangereux pour toi, mais pour les autres aussi. »

Alors comme tout enfant de huit ans, elle sentit les larmes monter. Et comme tout enfant démon et fier, elle les ravala et se glissa dans son lit.  

Et il grandit le petit enfant démon fier comme un coq. Avec cette fois, non pas des larmes aux bords des yeux, mais de la rancune. A treize ans, elle regardait le monde de haut, alors qu'elle n'en avait rien vu. Et c'est bien ce qui lui permettait de le faire selon elle. Dès qu'elle se retrouvait dans la même pièce qu'un Kay ou qu'un Liu ayant comploté contre sa non initiation à ses origines, elle relevait la tête, se pensant menaçante du haut de son pauvre mètre quarante.

« _ Ethel, baisse le menton, tu vas avoir mal au cou.

_ Put-

_Ethel, ton langage. Encore. »

C'était agaçant de se faire remettre à sa place ainsi par sa mère. Ne voyait-elle donc pas qu'elle n'en pouvait plus de rester entre quatre murs à cause d'eux ? D'accord, elle acceptait de ne pouvoir sortir, d'accord, elle acceptait plus ou moins de vivre comme une assistée, d'accord. Mais bon dieu, elle avait au moins le droit de jurer comme un cochon et de les prendre de haut ! Ce n'est pas comme si elle était toujours ainsi, que c'était son caractère. Les fois où elle voyait quelques cousins et cousines passer le pas de sa porte, elle se montrait plutôt agréable, après tout. Sauf lorsqu'ils se permettaient de se moquer d'elle sur le fait qu'à son age, elle n'avait encore jamais vu sa forme de dragon. Si ce n'était ça, elle jouait avec eux ! Lisait des histoires, en inventait ! Elle leur préparait même le goûter parfois. Alors, elle avait le droit de montrer son mécontentement de temps en temps.

Et ce n'est que l'Ethel à seize ans, qui sut comment réellement prouver qu'elle n'en pouvait plus de cette vie. Ses limites craquaient. Ne pas pouvoir sortir seule, ne pas pouvoir jouer à certains jeux, ne pas pouvoir voler, ne rien faire, passer son temps à passer des examens médicaux. C'était trop. Alors elle décida de sortir, et de faire ce qui lui avait été interdit depuis sa naissance. Devenir un dragon.

D'accord, ça n'avait duré que trois minutes. D'accord, ça lui avait donné un foutu mal de crâne au réveil parce qu'elle s'était lamentablement prise un arbre. D'accord, le vol et le contrôle des ailes ne lui était pas venu naturellement puisqu'elle n'avait jamais rien appris. D'accord, son père l'avait ramené par la peau des fesses en lui passant la pire soufflante de toute sa vie. D'accord. Restait à dire, que ça avait été le moment le plus dingue de toute sa vie entière.

Fallait dire qu'il n'y avait pas eu grand chose, si ce n'était la fois où elle avait trouvé un rat dehors qu'elle avait voulu ramené chez elle. Chose refusée, puisque sait-on jamais si le rat ne pouvait pas la rendre malade. Mais passons.

Ce moment avait été grandiose, magique. Et elle voulait clairement recommencer.
Alors elle batailla avec sa famille durant longtemps. Des jours, des mois, des années. Elle avait même ramené une bestiole rencontrée dans la forêt lors d'une de ses escapades nocturnes de rebelle. Ses parents avaient hurlés en voyant ce minuscule renard s'agripper comme un dingue au bras d'Ethel avec ses minuscules crocs. Mais cette fois, elle la garderait cette chose, elle ne la balancerait pas comme le rat. Ils ne voulaient pas lui offrir sa liberté ? Elle leur offrirait des canapés mâchouillés par cette sale chose qui lui bavait dessus. Mais malgré ça, des promesses faites, des couinements, des pleurs, des menaces, rien n'y avait réellement changé grand chose.

Jusqu'à.

Jusqu'à ce que Joon Kay pointe le bout de son nez. Il eut suffi de quelques heures. Quelques jours tout au plus. Ethel Liu serait dorénavant Ethel Callaghan, elle n'aurait aucun lien familiale que ça soit avec les Liu ou les Kay, elle aurait la permission de vivre sa vie à condition qu'on puisse continuer à veiller sur sa petite personne et sa santé en toute discrétion. A Sygridh.

L'unique condition. Avec celle de faire tout de même attention à elle.

Ethel n'en revenait clairement pas. Elle avait du mal à le croire. Après autant d'année, de temps, de vie foutue en l'air, on lui accordait ce qu'elle avait tant voulu. Comme ça. Presque en claquant des doigts. Grâce à un seul homme. Elle avait tellement attendu ce moment, et pourtant, ça lui semblait trop irréel à présent qu'on lui avait enfin cédé.

Bon dieu de bordel de. Comment était-elle censée réagir à ça ?

✖ Quel est le nom de votre familier et pourquoi ?
Truc, Chose Slumber, machin, truc, bidule, saloperie, happiness... Et des tas d'autres appellations. Personne ne sait réellement comment s'appelle l'animal. Ethel semble changer en permanence, et le plus impressionnant reste que la bestiole sait toujours si ça lui est destiné ou non.

✖ A quoi ressemble-t-il ?
Si on ne sait pas réellement comment il s'appelle, on ne sait pas non plus d'où il vient. Il a juste cette apparence particulière avec plusieurs queues, et un regard qui peut rapidement vous glacer le sang s'il est dans sa période de vilaine chose.


✖ Quel pouvoir a-t-il ?
Aucun listé.

✖ Quel est son caractère et votre relation ?
A l'image de sa maîtresse, ce petit renard roux peut tout aussi bien apparaître sous deux visages différents. Si Ethel passe d'une jeune femme joyeuse et rieuse, à une coquille vide, mature et lasse, cette bestiole peut tout aussi bien être adorable que méchante.  Elle vous berne avec ses grands yeux brillants et son poil doux, pour finalement vous voler ou vous mordre. On a souvent dit à Ethel de dégager cette chose bien loin, à cause des multiples morsures qu'elle inflige à Ethel. Sait-on jamais ce qu'elle pourrait lui ramener comme maladie à traîner partout, et à mordre n'importe qui jusqu'au sang. Mais elle a toujours refusé de perdre cette bestiole aux divers noms, qu'elle considère comme sa seule source de chaleur.

Code:
[b]Goupix[/b], Pokemon || Ethel Callaghan

In real life
Mon pseudonyme fréquent est Opocorne, j'ai 195 ans et j'aime les cookies et bébés crus. J'ai connu le forum grâce à un parto et j'apprécie le tout. Le code est Tourner à gauche, puis à droite, et encore à droite, ensuite reculer de trois pas et ... Vous voici nulle part !.

Ouyah bouyah.





Dernière édition par Lou Kelen le Jeu 19 Juin - 21:32, édité 1 fois (Raison : Corrigée)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Callaghan Ethel.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand ma mémoire me ramène... (pv Ethel/Akiko)
» Un peu de tranquillité et d'air frais ne fait pas de mal à personne, même en compagnie. [PV Ethel Dawkins]
» Lilly Rachel Callaghan
» Eireann N. Callaghan
» Embrouille familiale [pv Ethel] Terminé!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sygridh : New Battle :: Personnage :: ✐ Présentation des personnages :: √ Fiches approuvées-